Season 5 – From June 30th to July 7th, 2019

Improvisation Summer Academy, Oboe & English Horn

Jazz & Current Music

Former guests

William Dongois – Season 4

Improvisation, Ancient music
Cornetto
Professor at the HEM Genève

After studying the trumpet (national conservatoires of Reims and Paris) and writting (national conservatoire of Reims), William Dongois teaches this instrument and has as well an intense musical activity. He initiate to the cornetto with Jean-Pierre Canihac, then with Bruce Dickey at the Schola Cantorum Basiliensis. He has played and recorded for various bands. He leads Le Concert Brisé ensemble. “Diapason” awarded “La barca d’amore” recording (Carpe Diem, 1998, reissued Accent, 2009) with “five diapasons”, acknowledging “an outstanding performer” and “a precious guide on the way of an assumed period style”. Craig Zeichner (« Early Music America », 2011) writes about the live recording of the sonatas of Pandolfi-Mealli (Carpe Diem, 2010): “Dongois is stunning and plays with a fluid and precise timbre utterly irresistible, a timbre that can be clear and bright, but as well smooth like Miles’”. Two of the latest recordings of Le Concert Brisé, dedicated to Bertali (ACC 24260) and Scheidemann (ACC 24302) received a “golden diapason” (2014 and 2016). He collaborates with the instrument manufacturer Henri Gohin. William Dongois teaches improvisation during Master-Classes in various European institutions of higher education in music. He teaches the cornetto at the Haute École de Musique (HEM) of Genève.

Publications

2006 : Méthode d’improvisation et de diminution Apprendre à improviser avec la musique ancienne (éd. Color & Talea, Symétrie).
2014 : Article « Gibt es ein idealen Klang des Zinken für die Kirche, in Über den Klang aufgeklärter Frömmigkeit, Retrospektive und Progression in der geistlichen Musik, Michaelsteiner Konferenzberichte », N°78. Wissner Verlag, Augsburg.
2014 : « L’apport de la recherche pour un musicien instrumentiste : écho de la séance du 4 avril 2014 du séminaire du Conservatoire de Paris », La Revue du Conservatoire, N°4.
2014 : Semplice ou passegiato (Droz). Book dedicated to the art of diminution, Ouvrage consacré à l’art de la diminution, as a result of the research project initiated in the HEM Genève « IMPROPAL ».
Research project around Mersenne : upcoming publications presenting diminution in l’Harmonie universelle (1636).
2015 : Article « Für eine Erneuerung der Cornettino-Praxis, in Der Zink-Geschichte, Instrumente und Bauweise, Michaelsteiner Konferenzberichte », Wissner Verlag, Augsburg, N°79.

Saison 5 – Du 30 juin au 7 juillet 2019

Académie d’improvisation dédiée au Hautbois et Cor Anglais

Jazz et Musiques Actuelles

Précédents intervenants

William Dongois – Saison 4

Improvisation, Musiques anciennes
Cornet à bouquin
Professeur à la HEM de Genève

Après des études de trompette (CNR de Reims, CNSM de Paris) et d’écriture (CRR de Reims), William Dongois enseigne cet instrument parallèlement à une activité musicale soutenue. Il s’initie au cornet à bouquin auprès de Jean-Pierre Canihac puis avec Bruce Dickey à la Schola Cantorum Basiliensis. Il a joué et enregistré pour de nombreuses formations. Il dirige l’ensemble Le Concert Brisé. « Diapason » a décerné « cinq diapasons » à l’enregistrement « La barca d’amore » (Carpe Diem, 1998, rééd. Accent, 2009) saluant « un interprète hors norme » et « un guide précieux sur le chemin d’un style supposé d’époque ». Craig Zeichner (« Early Music America », 2011) écrit au sujet de l'enregistrement live des sonates de Pandolfi-Mealli (Carpe Diem, 2010) : « Dongois est superbe et joue avec un timbre fluide et précis tout à fait irrésistible, un timbre qui peut être clair et brillant mais également moelleux comme celui de Miles ». Deux des derniers CD du Concert Brisé consacrés à Bertali (ACC 24260) et Scheidemann (ACC 24302) ont reçu un diapason d'or (2014 et 2016). Il collabore avec le facteur d’instruments Henri Gohin. William Dongois enseigne l’improvisation lors de Master-classes dans les institutions d’enseignement supérieur de la musique en Europe. Il enseigne le cornet à bouquin à la Haute École de Musique de Genève.

Parutions

2006 : Méthode d’improvisation et de diminution – Apprendre à improviser avec la musique ancienne (éd. Color & Talea, distribution Symétrie).
2014 : Article « Gibt es ein idealen Klang des Zinken für die Kirche, in Über den Klang aufgeklärter Frömmigkeit, Retrospektive und Progression in der geistlichen Musik, Michaelsteiner Konferenzberichte », N°78. Wissner Verlag, Augsburg.
2014 : « L’apport de la recherche pour un musicien instrumentiste : écho de la séance du 4 avril 2014 du séminaire du Conservatoire de Paris », La Revue du Conservatoire, N°4.
2014 : Semplice ou passegiato (Droz). Ouvrage consacré à l’art de la diminution, issu du projet de recherche HEM Genève « IMPROPAL ».
Projet de recherche autour de Mersenne : mise en ligne prochaine de textes présentant la diminution dans l’Harmonie universelle (1636).
2015 : Article « Für eine Erneuerung der Cornettino-Praxis, in Der Zink-Geschichte, Instrumente und Bauweise, Michaelsteiner Konferenzberichte », Wissner Verlag, Augsburg, N°79.

Season 5 – From June 30th to July 7th, 2019

Improvisation Summer Academy, Oboe & English Horn

Jazz & Current Music

Accomodation

Regarding accommodation, we can book one of these three accommodations for you.

Accommodation

Regarding accommodation, we can book one of these two accommodations for you.

Accommodation 1

Guest house –  « Les Damiers »
Comfy and quiet, 500 m from the Castle
From 60 euros / night, breakfast included
Maximum Capacity: 4 rooms with private bathroom

Accommodation 2

The rural cottage, collective accommodation
Share and discover the group, 44 m from the Castle
20 euros / night, breakfast included
Maximum Capacity: 19 people
No mixing rooms from 2 to 6 people (according to the number of registrations), reserved to the participants of the Obomania Academy
One shared bathroom (2 WC, 2 showers, 4 sinks)
One common room / kitchen

Price

Registration will be validated once fees are payed.

Registration : 495 euros to pay before May 1st 2019 (6 lunches from the 1st to the 6th of July + 1 welcome buffet + 1 barbecue dinner + 1 crepes dinner + included activities). Payment can be achieved through bank transfer or Paypal. We would send you payment information by email.

Once we have validated your registration, no reimbursement can be carried out.
Accommodation : if you choose one of the three solutions of accommodation we suggest, we will tell you its actual price. Payment will be carried out on site when you arrive.

Transports

We can provide you with a free shuttle journey on the 30th of June at 2 PM from Paris airports (Paris Charles-de-Gaulle is best), to come to la Roche-Guyon. It will be planned according to the needs. The return journey to Paris on Sunday July 7th can be planned as well.

You can also come to le Roche-Guyon Castle by train (line J, from Paris Saint-Lazare to Mantes-la-Jolie – 35 to 55 minutes). A free shuttle can also be planned if necessary.

Season 5 – From June 30th to July 7th, 2019

Improvisation Summer Academy, Oboe & English Horn

Jazz & Current Music

Château de La Roche-Guyon

The Academy takes place in la Roche-Guyon Castle, located 70 km West from Paris, France ; and 8km from the prestigious Giverny gardens.

La Roche-Guyon Castle, located in Val d’Oise district, in the heart of the Vexin Natural Park, make you aware of over 1 000 years of civilisation in one the most preserved site in Ile-de-France. Built by history, from Middle Age to nowadays, this strange and mysterious castle draws a great attention… Leaning against the cliff and its historical dungeon, offering an outstanding view on the meanders of the Seine, the Castle self developed throughout the centuries, mixing elegantly architectural styles…

Season 5 – From June 30th to July 7th, 2019

Improvisation Summer Academy, Oboe & English Horn

Jazz & Current Music

Oboman

Improvisation
Jazz & World Music
Oboe, English Horn, Oboe d’amore

Jean-Luc « Oboman » Fillon belongs to the rare musicians whose artistic journey is punctuated of original and diverse projects (11 albums in leader). Multi-instrumental composer, with a strong classical background (ex-soloist of the European Symphonic Orchestra), he takes one of the most boundary-breaking and convincing artistic path of our musical stage, with a careful blend of discretion and determination. His credo : to build a musical project anchored in Jazz, World music and improvisation around the specific sound of oboe, oboe d’amore and English horn.
Invited as a solist by the National Orchestra of Ile-de-France and by the Regional Orchestra of Normandy for his project “Oboa Nomade”, he tours in many countries (France, United States, Germany, Switzerland, United Kingdom, Austria, Portugal, Argentina…), and is the artistic director of « Sons 9 » festival in Paris.

MASTER-CLASSES

Certified from the Paris national conservatoire, Oboman teaches improvisation at the national academies of Cergy-Pontoise and Mantes in the Yvelines district. His musical experience, his mastery of various instruments (Oboe, English Horn, Bass clarinet, Electric bass, Double bass) and his knowledges in composing and conducting allow him to successfully lead master classes with ease. Jean-Luc Fillon particularly knows the expectations of students with a classical background and who wish to try out improvisation ; he gives many master-classes : CNSM of Lyon, HEM of Genève, HEM of Lausanne, HEM of Lugano, Universities of New-York, Austin, Birmingham, Porto, Buenos Aires and numerous national academies in France.

“A great moment of pedagogy, based on an experience and a personal development full of humility and research on broad diverse and rich musical outlooks”. Jean-Louis Capezzali and Jérôme Guichard.

Clément Petit – Special Guest

Cello, Improvisation, Composition & Producer
www.clementpetit.info

Clément Petit is, first and foremost, an avid cellist hungry for now sounds and artistic encounters. He is eager for collaborations and new musical contexts, and enjoys mixing things up to throw the listener off-guard with his eclectic creations. He is one of those musicians constantly seeking to reinvent their instruments by developing techniques, using new musical languages and rewriting the rules.

Raised in a diverse and community-based Parisian suburbs, he would be immersed in a world of Afro-American, Caribbean and electronic music, before throwing himself into contemporary and improvised music. Petit’s vision of music is very large, he would claim these influences as his own and as such he has his own highly personal sound: he knocks down the walls of genre and allows the many different sounds to mingle and interact freely.

Whether it be as a cellist or as a composer/arranger/producer, it’s within this optic that he undertakes his projects (Roseaux, Space Galvachers, Le Banquet…) or collaborates with different artists (Blick Bassy, Oumou Sangare, Ray Lema, Fidel Fourneyron, Angélique Kidjo, Nicolas Jules, Ala.ni, Mélissa Lavaux, Pierrejean Gaucher...), diversifying formats and experimenting with all sonic aesthetics without discrimination.

Master-classes

Clément Petit regularly gives Master-classes all over France on various themes: improvisation, jazz, or reinventing pop standards.

Projects

Album « IMMATERIEL  », 2017 /// SPACE GALVACHERS: Trio Drums, Violin, Cello & electronics /// Roseaux: Keyboards & guitars, Cello, Voice /// Le Banquet: String quartet /// AKÖ / A tribute to Skip James: Guitar & voice, Cello & banjo, Trombone /// Crève-Silence: Voice & Guitar, Cello & Keyboards /// OFF THE GRID: Drums, Cello, Sax Baritone

Clément Prioul

Piano jazz
Harmony jazz
Piano accompanying

He graduated in 2012, with a gold medal in Jazz piano and a Jazz Master degree at the Cergy-Pontoise national conservatoire where he studied with Jean-Luc Fillon and Laurent Colombani. He then obtained a scholarship at the Centre Des Musiques Didier Lockwood, where he studied with Benoît Sourisse and André Charlier, among others. He graduated in 2015 with a Jazz DNSPM diploma.
He plays as pianist and organist in various styles : Rhythm' N Blues, Soul, Jazz and also Rock with various projects like Mohamed Najem & Friends, Rumpus ("Dawn" released in 2016), The Kathy Jazz Project, The Jazz Cookers Workshop ("Loose Togetherness" released in 2015, collaborations with Ricky Ford and Razul Siddik).
He also works as arranger for Jean-Luc Fillon and for the angolian singer Lulendo in his project African Market, for Harmony orchestra, rhythm section and choir.
He has already performed in different countries like Cameroon, Gabon, United Kingdom, Portugal and Italy.

Philippe Hékimian

Organ Jazz & Grove
Training
Organ & keyboards accompanying

Born in a family of great musicians, he learned the organ as autodidacte. He was influenced, among others, by Ray Manzarek (The Doors), John Lord (Deep Purple), Keith Emerson (The Nice, Emerson, Lake and Palmer), Gregg Rolie (Santana), Jimmy Smith et Eddy Louiss (album « Dinasty » with Stan Getz, Rene Thomas et Bernard Lubat) ; but also by the pianists Fats Wallers, Oscar Peterson et Errol Garner. With a strong background as an organist, he participated in many projects in musicals, and played with the French bluesman Bill Deraime, the singer Nicole Croisille and many artists of the French variety. Philippe is passionate about the synthesizer and especially the « vintage » instruments like the electric piano Fender Rhodes and the organ Hammond. These mythical instruments have shaped the music of today. Phillippe will offer you groovy accompaniments in the spirit of great jazz organists.

Season 5 – From June 30th to July 7th, 2019

Improvisation Summer Academy, Oboe & English Horn

Jazz & Current Music

To register to Obomania Academy 2019, please fill the following form.
If you have difficulties with the form, please send us your registration by email to the following address: obomania.academy@gmail.com





Your name*

Your firstname*

Sex

Your date of birth*

Your nationality*

Your address*

Your email*

Your phone number*

Your musical level, with a short résumé*

How did you know about the Obomania Academy?*

Your accommodation wish*

Your mean of transport*

Remarks

Season 5 – From June 30th to July 7th, 2019

Improvisation Summer Academy, Oboe & English Horn

Jazz & Current Music

Who should apply?

This summer academy targets oboe & English horn players – professionalizing students, or professionals and teachers – who want to discover the basics of improvisation in various contexts (Jazz, World music and ancient music), or develop further their skills, in the privileged setting of La Roche-Guyon Castle. Beware, the minimum instrumental level preferred is 8 or 9 years in music school or equivalent.

Objectives

By working on orality, discover improvisation and progressively take interest in a specific aesthetic through those key notions:

  • Acquire practical keys to discover and master individual and collective improvisation.

  • Perform improvisation through specific tools in situations of individual and collective improvisation.Identify the main issues raised by the practice and the teaching of jazz and more generally improvised music.

  • Illustrate the bridges between different kinds of music and oral or written traditions and  highlight the interest of mastering improvisation to teach any kind of music.

  • Learn a hands-on approach to develop further the skills.

Course types

The week is organized around various course types, given in English, in a progressive way:

  • Lectures: improvisation, harmony jazz, listening and analysis

  • Practical work

  • Individual course

  • Duo course in various musical contexts

  • Initiation to piano accompaniment

  • Training on standards

  • Master-class by the special guest

En construction

Saison 5 – Du 30 juin au 7 juillet 2019

Académie d’improvisation dédiée au Hautbois et Cor Anglais

Jazz et Musiques Actuelles

Hébergements

Concernant l’hébergement, nous pouvons réserver pour vous une chambre dans un de ces deux hébergements (vous paierez sur place) :

Hébergement 1

Chambres d’Hôtes des Damiers
Confort
et calme, à 500 m du château
Tarif : à partir de 60€ / nuit petit-déjeuner inclus
Capacité maximale : 4 chambres avec salle de bain privative

Hébergement 2

Le gite rural, hébergement collectif
Partage et découverte du groupe, à 44 m
du château
Tarif : 20 € / nuit petit-déjeuner compris
Capacité maximale : 19 personnes
Des chambres non mixtes pour 2 à 6 personnes (selon le nombre d’inscriptions), réservées aux participants de l’Obomania Academy
Une salle de bain commune (2 WC, 2 douches, 4 lavabos)
Une salle commune / cuisine

Tarif

L’inscription est validée une fois les frais payés.

Inscription : 495 euros à régler avant le 1er Mai 2019
(6 déjeuners du 2 au 7 juillet + 1 buffet d’accueil + 1 soirée barbecue + 1 soirée crêpes + les activités incluses)
Le paiement pourra être effectué par virement bancaire ou par Paypal.
Nous vous communiquerons les informations de paiement par email.

Après la validation de l’inscription, aucun remboursement ne pourra être effectué.

Hébergement : si vous optez pour l’une des trois solutions d’hébergement que nous proposons, nous vous communiquerons le coût par email en fonction de votre choix d’établissement et de chambre. Le règlement devra être effectué sur place au moment de l’académie.

Transport

Une navette gratuite pourra être mise en place le dimanche 30 juin à 14 h en provenance des aéroports (Paris Charles-de-Gaulle de préférence), pour venir à la Roche-Guyon. Ceci sera planifié en fonction des demandes. Le retour à Paris pourra éventuellement être prévu le dimanche 7 juillet.

Il est sinon possible de rejoindre le Château de La Roche Guyon par le train J reliant Paris St Lazare à Mantes-la-Jolie (35 à 55 minutes), d’où une navette peut être organisée.

Saison 5 – Du 30 juin au 7 juillet 2019

Académie d’improvisation dédiée au Hautbois et Cor Anglais

Jazz et Musiques Actuelles

Château de La Roche-Guyon

Le stage se déroule au Château de la Roche-Guyon, situé à 70 km à l’Ouest de Paris, et à 8 km des prestigieux jardins de Monet.

Visiter le château de La Roche-Guyon, en Val d’Oise, au cœur du Parc Naturel Régional du Vexin français, c’est s’imprégner de 1 000 ans de civilisation dans l’un des sites les mieux préservés d’Île de France. Façonné par l’histoire, du Moyen-Âge à nos jours, ce château étrange et mystérieux marque les esprits... Adossé à la falaise qui l’a enfanté et à son donjon historique, offrant une vue imprenable sur les méandres de la Seine, il s’est développé au fil des siècles, entrecroisant avec élégance les styles architecturaux…

Saison 5 – Du 30 juin au 7 juillet 2019

Académie d’improvisation dédiée au Hautbois et Cor Anglais

Jazz et Musiques Actuelles

Oboman

Improvisation
Jazz & Musiques du monde
Hautbois, Cor Anglais, Hautbois d’amour

Jean-Luc « Oboman » Fillon fait partie des rares musiciens dont le parcours artistique est jalonné de réalisations originales et multiples (11 albums en leader). Compositeur multi-instrumentiste, doté d’un solide bagage classique (ex-soliste de l’Orchestre Symphonique d’Europe), il emprunte, avec un savant mélange de discrétion et de persévérance, l’un des itinéraires artistiques les plus dépaysants et convaincants de notre scène musicale. Son credo : construire un projet musical ancré dans le Jazz, les Musiques du monde et l’improvisation autour des sonorités spécifiques du Hautbois, Hautbois d’amour et Cor anglais. Soliste invité de l’Orchestre National d’Ile-de-France et de l’Orchestre Régional de Normandie pour son projet « Oboa Nomade », il fait de nombreuses tournées (France, Etats-Unis, Allemagne, Suisse, Angleterre, Autriche, Portugal, Argentine…), et est directeur artistique du festival « Sons 9 » à Paris.

MASTER-CLASSES

Professeur titulaire du CA et DE Jazz, Oboman enseigne l’improvisation au CRR de Cergy Pontoise et au CRD Mantes en Yvelines. Ses expériences musicales, sa maîtrise de plusieurs instruments (Hautbois, Hautbois d’amour, Cor anglais, Clarinette Basse, Basse électrique et Contrebasse), ses talents de compositeur et chef d’orchestre lui permettent de mener des Master-classes avec aisance. Particulièrement sensibilisé aux attentes spécifiques des étudiants issus d’un cursus classique et souhaitant aborder l’improvisation, il dispense de nombreuses master-classes : CNSM de Lyon, HEM de Genève, HEM Lausanne, HEM Lugano, Université de New-York, d’Austin, de Birmingham, de Porto, de Buenos Aires et de nombreux CRR et CRD en France.

« Un grand moment de pédagogie fondé sur une expérience et une évolution personnelle pleine d’humilité et de recherches sur des horizons musicaux larges et riches de diversités. », Jean-Louis Capezzali et Jérôme Guichard.

Clément Petit – Artiste Invité

Violoncelliste, Improvisateur, Compositeur & Réalisateur
www.clementpetit.info

Violoncelliste gourmand et éclectique avant tout, Clément Petit multiplie les collaborations, les contextes musicaux, et aime brouiller les pistes. Il fait partie de ces musiciens qui cherchent sans cesse à réinventer leur instrument en développant des techniques, des langages et modes de jeu originaux.

Enfant d’une banlieue populaire parisienne, il baigne d’abord dans les musiques afro-américaines, caraïbéennes et électroniques, avant de verser dans les musiques improvisées et la musique contemporaine, et d’obtenir son prix du Pole Supérieur Jazz 93. Aujourd’hui il revendique toutes ces influences au travers un jeu personnel et une vision large de la musique dans laquelle le cloisonnement des genres s’efface au profit de leur interaction.

Que ce soit comme violoncelliste ou comme compositeur / arrangeur / réalisateur, c’est dans cette optique qu’il mène ses projets (Roseaux, Space Galvachers, Le Banquet…) ou qu’il collabore avec différents artistes sur scène et en studio (Blick Bassy, Oumou Sangare, Ray Lema, Fidel Fourneyron, Angélique Kidjo, Nicolas Jules, Ala.ni, Mélissa Lavaux, Pierrejean Gaucher...), en diversifiant les formats et en envisageant toutes les esthétiques sans à priori.

Master-classes

Clément Petit intervient régulièrement à l’occasion de Master-classes sur les thématiques de l’improvisation, du jazz, ou encore sur la réappropriation des standards pop, dans toute la France.

Projets

Album « IMMATERIEL  », 2017 /// SPACE GALVACHERS : Trio Percussions, Violon, Violoncelle & électronique /// Roseaux : Claviers & guitares, Violoncelle, Chant /// Le Banquet : Quatuor à cordes /// AKÖ / A tribute to Skip James : Guitare & voix, Violoncelle & banjo, Trombone /// Crève-Silence : Chant & guitare, Violoncelle & Claviers /// OFF THE GRID : Percussions, Violoncelle, Sax Baryton

Clément Prioul

Piano Jazz
Harmonie jazz
Accompagnement au piano

Clément Prioul est titulaire, depuis 2012, d'un DEM Jazz avec médaille d'or à l'unanimité en piano du CRR de Cergy Pontoise, où il a étudié avec Jean-Luc Fillon et Laurent Colombani. Il a ensuite obtenu, en 2015, son DNSPM Jazz au Centre Des Musiques Didier Lockwood où il a étudié notamment aux côtés de Benoît Sourisse et André Charlier. Pianiste et organiste, il joue dans différents styles : Rhythm' N Blues, Soul, Jazz, ou encore Rock, avec des projets variés comme Mohamed Najem & Friends, Rumpus (« Dawn » paru en 2016), The Kathy Jazz Project, The Jazz Cookers Workshop (« Loose Togetherness » paru en 2015, collaborations avec Ricky Ford et Razul Siddik). Il réalise également des arrangements pour Jean-Luc Fillon et pour le chanteur angolais Lulendo dans son projet « African Market » pour orchestre d’harmonie, section rythmique et chœur. Il s’est déjà produit dans de nombreux pays comme le Cameroun, le Gabon, le Royaume-Uni, le Portugal et l’Italie.

Philippe Hékimian

Orgue Jazz & Groove
Training
Accompagnement à l’orgue et aux claviers

Issu d’une grande famille de musiciens, il a appris l’orgue en autodidacte. Il a notamment été influencé par Ray Manzarek (The Doors), John Lord (Deep Purple), Keith Emerson (The Nice, Emerson, Lake and Palmer), Gregg Rolie (Santana), Jimmy Smith et Eddy Louiss (album « Dinasty » avec Stan Getz, Rene Thomas et Bernard Lubat) ; mais aussi par les pianistes Fats Wallers, Oscar Peterson et Errol Garner. Doté d’une solide expérience dans le métier, il a participé à de nombreux projets musicaux dans la comédie musicale et joué avec le bluesman français Bill Deraime, la chanteuse Nicole Croisille ainsi que de nombreux artistes de la chanson française. Philippe est passionné par les synthétiseurs et surtout les instruments « vintages » tels que le piano électrique Fender Rhodes et l'orgue Hammond, instruments mythiques qui ont façonné la musique d'aujourd'hui. Philippe vous proposera des accompagnements groovy dans l’esprit des grands organistes de Jazz.

Saison 5 – Du 30 juin au 7 juillet 2019

Académie d’improvisation dédiée au Hautbois et Cor Anglais

Jazz et Musiques Actuelles

A qui s’adresse ce stage ?

Ce stage s’adresse aux hautboïstes et/ou joueurs de cor anglais, étudiants en voie de professionnalisation ou professionnels et enseignants, qui souhaitent découvrir les fondamentaux de l’improvisation dans différentes esthétiques ou se perfectionner, dans le cadre privilégié du château de la Roche-Guyon. Attention, le niveau instrumental minimal souhaité doit correspondre au 3ème cycle de conservatoire (8 à 9 ans de pratique).

Objectifs du stage

A partir d’un travail sur l’oralité, aborder l’improvisation et progressivement s’intéresser à une esthétique donnée. Pour cela :

  • Acquérir des clés pratiques pour découvrir et maîtriser l’improvisation, individuelle et collective.

  • Pratiquer les outils de l’improvisation par des mises en situation d’improvisation individuelle et collective.

  • Identifier les questions fondamentales posées par la pratique et l’enseignement du Jazz et plus généralement des musiques improvisées.

  • Illustrer les passerelles entre musiques de traditions orale et écrite et mettre en évidence l’intérêt de la maîtrise de l’improvisation pour l’enseignement de toutes les musiques.

  • Acquérir une méthodologie concrète pour se perfectionner.

Contenu du stage

La semaine s'articule autour de divers types de cours, en anglais, de manière progressive :

  • Cours magistraux : improvisation, harmonie jazz, écoute et analyse

  • Travaux pratiques

  • Cours individuel

  • Cours en binôme

  • Initiation à l’accompagnement au piano

  • Entraînement sur des standards

  • Master-class de l’artiste invité

Saison 5 – Du 30 juin au 7 juillet 2019

Académie d’improvisation dédiée au Hautbois et Cor Anglais

Jazz et Musiques Actuelles

Pour vous inscrire à Obomania Academy 2019, merci de compléter le formulaire suivant.
Si vous rencontrez un problème avec la plateforme, merci de nous transmettre votre inscription par email, à l’adresse suivante : obomania.academy@gmail.com





Votre nom*

Votre prénom*

Sexe

Votre date de naissance*

Votre nationalité*

Votre adresse*

Votre email*

Votre téléphone*

Votre niveau musical accompagné d’un court CV*

Comment avez-vous connu l’Obomania Academy ?*

Votre souhait d’hébergement*

Mode de transport envisagé*

Remarques

Oboman : Oboa
Othello Ravez : Didgeridoo



The didgeridoo is a wind instrument in the brass family, originally played by the Aborigines of Northern Australia. Its use could date back as far as the Stone Age (20 000 years). Didgeridoo, didjeridoo, didjeridu or didjeridou, is an onomatopoetic word invented by Western colonists due to the noise made by this instrument. The didgeridoo is generally made from a eucalyptus tree trunk which has been hollowed out naturally along its length by termites. It varies between 100 and 180 cm in length and its diameter is between 5 and 30 cm. The mouthpiece is made of beeswax to reduce it to a suitable diameter of around 30mm so that it is easy to play. To play the didgeridoo, the musician makes his lips vibrate like for a hunting horn, Alphorn. The sound, the droning, is produced by a continuous vibration of the lips against the mouthpiece. To create the melodies, there are five sorts of variations from the drone: variation of the pitch of the drone, amplification of the harmonics, rhythmic accents, vocalizations and tooting. In the regions where it is culturally present, the didgeridoo most often accompanies singing and the beat of pair sticks. It is an instrument that is reserved for ceremonies and festivities. The oboe is also a wind instrument, but of the woodwind family! It originated in Mesopotamia in -2800. From 1650 onwards, the Hotteterre and Philidor families, instrument makers, composers, French court musicians, developed the instrument by splitting it into three sections, sharpening its pitch, adjusting the note holes and adding keys. By definitely abandoning the “pirouettes” and the “capsules”, they established the control of the double reed by the lips to express all the sensitivities of the sound. They are considered to be the inventors of the Baroque oboe. The tone of the oboe can be either extremely resonant or on the contrary, extremely gentle : a diversity that is only equaled by the large variety of instruments that come from the different civilizations and the numerous cultures which still use it today : bombard, bagpipes, gaita, hichiriki, zurna, doudouk, tarogato, shehnai, nagasvarams and for the modern-day oboe: musette, Baroque oboe and heckelphone. In 1664, Jean-Baptiste Lully brought them into the French court of Louis XIV. The oboe accompanied parties, operas, ballets… The 18th century was really the golden age for the oboe. Most didgeridoo players and many oboists use the technique of circular breathing. This enables the musician to play long phrases without interruption, even when breathing in. The didgeridoo and the oboe are instruments of festivities and ceremonies. Obothello adopts for itself the universal principle of the melody and the continuous bass (drone). The sound universe of the duet is made up from classical, jazz or traditional tunes; a cantus firmus gives the pretext for a number of variations and improvisations. At once, the large sound spectrum which is peculiar to these instruments calls us to order : avoid listening on MP3! Taste fully this plainsong on the Hi-Fi or even better… live! Beyond the fullness of the sound of the duet, the refinement of Obothello is illustrated in the numerous inflections of pitch, the use of ornaments, the subtle rhythmic sequences and the lively exchanges… A wonderful complicity!

Othello Ravez

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Oboman : Hautbois, Cor Anglais
Didier Ithursarry : Accordéon

Les dialogues improbables entre le « piano à bretelles », pauvre Gavroche né en pleine révolution industrielle du XIXe et ce vieil aristocrate de Hautbois, qui a connu son heure de gloire au XVIIIe siècle… vont enfin prendre forme – et vie – grâce à la rencontre de Oboman et de Didier Ithursarry !
Ils n’ont pas le même sang, ni le même rang : Jean-Baptiste Lully intègre les hautbois à « La Grande Écurie du Roy » de Louis XIV ; des hordes de hautbois, déclinés en plusieurs tailles, entrent en force dans la musique des Mousquetaires. Ils sont pourtant tous les deux de la même famille : celle des vents… L’un a choisi les anches battantes, l’autre, les anches doubles… mais il s’agit avant tout de vibration, de souffle et d’air. Ironie de l’histoire : le plus petit de la famille s’appelle hautbois-musette... parenté étrange !
Homme-orchestre, l'accordéoniste exécute rythme, mélodie et harmonie : un homme à tout faire ! La destinée du hautbois est, dès son plus jeune âge à la cour, de chanter la mélodie.
Quant à la réalisation sonore de nos deux souffleurs en liberté, elle n’est pas banale, voici comment en juger par vous-même :

Prenez quelques compositions originales de nos deux troubadours.
- Ajoutez-y quelques perles musicales empruntées à d’illustres Jazz-ménestrels des contrées voisines, sans oublier un zeste d’airs traditionnels.
- Arrosez le tout avec un souffle, un doigté et une imagination exceptionnels.
Et vous obtiendrez Oboréades, un souvenir musical impérissable !

Didier Ithursarry, Basque et accordéoniste à la fois, étudie l’art des sons au conservatoire de Bayonne avant d’intégrer la classe d’accordéon du Conservatoire National d’Orsay ; il y obtient avec brio sa médaille d’or, un prix de perfectionnement, ainsi que son Diplôme d’État.
Parallèlement à ses sérieuses études musicales, il prend le temps d’enrichir son savoir faire et multiplie les expériences musicales en jouant avec Alfredo Arias et Annie Fratellini, en accompagnant Clarika, Juan Carlos Caceres, Susy Firth, Sanseverino…

Que croyez-vous qu’il advint alors ? Claude Barthélémy, « derechef national », le remarque derrière François Béranger et l’engage fissa dans l’Orchestre National de Jazz nouvelle mouture. Il y joue pendant trois ans, de 2002 à 2005 et participe à l’enregistrement deux très beaux albums : « La Fête de L’Eau » et « Admirabelamour ».
Didier Ithursarry, musicien aux aguets, passe aisément d’un monde à l’autre. D’un tempérament curieux, avide de rencontres, il évolue dans le trio de Jauvain - Ithursarry - Bras, dans le quartet de Serge Luc, celui de Marco Compo, le quintet de Claude Barthélemy, et plus récemment le quartet de Jacques Vidal, Frédéric Sylvestre et Florine Niculescu, mais aussi l’ensemble « Danzas » de Jean-Marie Machado, en trio avec Sébastien Llado mais aussi des collaborations avec Marc Ducret, Louis Sclavis…

Il appartient à cette lignée d’accordéonistes Français d’après guerre qui furent inspirés par le jazz et le swing manouche, avec dès les débuts de ce mouvement des collaborations répétées entre Jo Privat et Django Reinhardt. Formés au « Musette », ils surent intégrer avec intelligence les éléments essentiels de ce nouveau courant musical et ainsi révolutionner le monde de l’accordéon : les pionniers tels Gus Viseur, Charley Bazin, Tony Murena et les héritiers plus récents comme Marcel Azzola, Richard Galiano, Daniel Mille…

"Un accordéoniste sidérant" - Michel Contat, Télérama

Une escale en clunisois oboreades

"Pour Jean-Luc Fillon et Didier Ithurrsarry, le programme sera majoritairement celui du disque paru en 2012 (« Oboréades, 52ème Rue est) : des compositions des deux compères, plus l'explosif Bebe signé Hermeto Pacoal ; mais avec la vigueur renouvelée du jazz « sur le vif », car ces deux là n'aiment pas rejouer la partie à l'identique. Ici rayonnent toutes les couleurs du monde (et même de tous les mondes), dans une musique qui enserre la pulsation du new tango dans les volutes du jazz pur. L'accordéoniste ose un swing inflexible et un drive infernal, tandis que le hautbois de Jean-Luc Fillon nous régale d'un chorus résolument torride. Les mises en place sont millimétrées, mais avec une souplesse féline (dans Le Chat Pacha, entre autres). Ailleurs s'associent rythmes impairs et groove funky. Le public (votre serviteur inclus) est conquis, et son enthousiasme sera récompensé d'un rappel qui ne figure pas sur le disque, mais provient du répertoire de Jo Privat : Rêve Bohémien."

Xavier Prévost - Les dernières nouvelles du Jazz à Jazz Campus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Oboman : Oboa, English horn
Didier Ithursarry :Accordion

The improbable dialogues between the poor man’s “piano with straps”, invented during the industrial revolution of the 19th Century, and the ancient aristocratic Oboe, which came to fame during the 18th century… finally take shape and come to life, thanks to the encounter of Oboman and Didier Ithursarryl.

These instruments are neither of the same lineage nor of the same rank: Jean-Baptiste Lully introduced oboes to the French Court of Louis 14th; hordes of oboes, in various sizes, made a great entrance into the music of the Musketeers. And yet, both instruments come from the same family: the family of wind instruments…. One chose free reeds, the other double reeds. But above all, what matters most is the vibration, breath and air. Irony of history: the smallest of the family is known as the piccoloboe… what a strange relative!

A one-man orchestra, the accordionist produces the rhythm, melody and harmony: a man of all trades! The destiny of the oboe from its earliest years at court is to sing the melody.
As for the sound produced by our two free blowers, it is not banal. Here is how you can judge for yourselves:
- Take a few original compositions by our two troubadours.
- Add a few musical gems borrowed from illustrious jazz minstrels from neighboring countries, not forgetting a zest of traditional airs.
- Sprinkle all over with a breath, some tricky fingering and a brilliant imagination.
And you will get Oboreades, an unforgettable musical experience.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

João Paulo : piano
Frédéric Eymard : violon alto
Oboman : hautbois, hautbois d’amour, cor anglais

« Jean-Luc Fillon est un amoureux des anches doubles et du hautbois en particulier. Il s’est d’ailleurs forgé son surnom en référence à cet instrument qu’il met dans des situations contrastées en fonction de ses projets. Cette fois, il réunit un trio « de chambre » pour une approche personnelle et originale des grands classiques de Cole Porter. Les alliages hautbois/cor anglais et violon alto (Frédéric Eymard) sont particulièrement agréables à l’oreille. Le remarquable pianiste portugais João Paulo dessine un maillage harmonique précis et sensible pour cette musique, par essence, chantante. »

CULTURE JAZZ

« Tout le monde connaît Cole Porter, même les plus jeunes et ses chansons ont fait le tour de la planète, des années vingt aux années cinquante, gravées dans les mémoires dans l’interprétation qui les rendit célèbres, à Hollywood. Prenez Marilyn pour « My Heart Belongs to Daddy » dans Let’s Make Love ou Fred Astaire pour « Night and Day » dans l’une de ses séquences les plus «glamour» avec Ginger Rogers dans The Gay Divorcee. Parfois on ne sait pas qu’il s’agit de lui, mais le plus souvent, le titre est sur le bout de la langue... ce qui est arrivé à Oboman lui-même avant de reconnaître « Easy to love » et d’ajouter non sans humour que « Love is everywhere » ...chez Cole Porter, même si l’on pourrait ajouter qu’il s’agit aussi d’amour vache, désespéré ou désespérant comme dans “Love for sale”, “What is this thing called love?” Cole Porter savait utiliser la musique pour mordre à la réalité qui pouvait lui échapper, se révélant souvent vulnérable, étrangement familier. Disposant d’une solide formation classique, Cole Porter a vite aimé le jazz, la musique de l’époque et s’est particulièrement illustré dans la comédie musicale avec de grands succès à Broadway comme Anything goes.
Douze titres, parmi des centaines de chansons, le choix a du s’avérer difficile pour le trio sans rythmique composé de Joao Paulo au piano, Fred Eymard à l’alto (il s’agit de violon) et Jean Luc Fillon pour le hautbois. « Un trio à l’instrumentation romantique pour servir le lyrisme du poète de Broadway », qui fait résonner le classique dans le jazz, la musique savante du XXème siècle.
Avec le souvenir de ce musicien, commence une histoire... Même si les mélodies demeurent, les harmoniques sont revisitées et les arrangements sont suffisamment rythmiques pour entraîner sur la piste et inviter à la danse... C’est une des caractéristiques de la musique de Cole Porter. »

SOPHIE CHAMBON, Les Dernières Nouvelles Du Jazz

João Paulo Esteves da Silva est né à Lisbonne en 1961, l’année de la création d’Amnesty International ! A quatre ans, il prend ses premières leçons de piano et étudie ensuite le piano et la composition au Conservatoire National Supérieur de Lisbonne où il obtient son diplôme supérieur de piano. En 1984, il obtient une bourse d’étude du ministère et part s'installer en France où il étudie au Conservatoire National de Région de Rueil Malmaison. De 1987 à 1989, il donne de nombreux récitals classiques (notamment au Carnegie Hall et au Cami Hall de New York).
Depuis la fin des années soixante dix, alors qu’il s’engage toujours davantage dans des études classiques, il joue dans des groupes rock et est profondément intéressé par le jazz et la musique folklorique traditionnelle.
En 1995, il fonde le groupe Almas e Danças et publie le premier album de son quartet « Serra sem Fim ». Il enregistre de nombreux CD avec le saxophoniste américain Peter Epstein (« O Exilio » 1998, « Almas » 1999, « Esquina » 2000, « Nascer » 2001). En parallèle à ces projets, il entreprend des recherches sur la musique populaire portugaise et est sollicité comme arrangeur et compositeur par de nombreux artistes lusophones. João Paulo construit patiemment une oeuvre hors des sentiers battus…
En 2001, il sort son premier disque en piano solo, « Roda, les suites portugaises ». Cette même année, il entame une longue collaboration avec Jean-Luc Fillon avec lequel il enregistre quatre disques.
Il se produit régulièrement dans différents pays, principalement en France et en Allemagne. Il a travaillé avec Peter Epstein, Carlos Bica, Ricardo Dias, Mário Franco, Jean-Luc Fillon, Carlo Rizzo, Cláudio Puntin, Samuel Rohrer, Michel Godard, Jarrod Cagwin, Dennis Gonzalez, David Binney et bien d’autres encore.
Ces dernières années, il se consacre principalement à des récitals en piano solo. Actuellement, ses autres projets de groupe sont Nascer (improvisations sur de la musique portugaise et des mélodies séfarades), As Sete ilhas de Lisboa (musiques improvisées) et Happening (avec Carlos Bica, Júlio Resende et João Lobo).
Il inscrit sa musique dans l’histoire de la culture portugaise. Elle peut être tour à tour classique -influencée en cela par la musique romantique-, traditionnelle -parce que son lyrisme prend des accents portugais et séfarade- et jazz par une improvisation qui s’ancre chez des maîtres comme Bud Powel, Bill Evans ou Keith Jarrett.

Partagé entre le classique et le jazz, Frédéric Eymard achève ses études d'alto sur un prix du Conservatoire Supérieur de Paris. Il se spécialise alors dans le jazz et part aux Etats-Unis, où il se produit sous diverses formations, notamment lors de concerts radiodiffusés à Seattle. Ayant intégré le quintette à cordes de Pierre Blanchard, il est invité au festival des Banlieues Bleues, où il apparaît aux côtés de Ornette Coleman. A enregistré avec Laurent Cugny, Pat Metheny, Charlie Haden, Roy Hardgrove, Lucky Peterson, et Christian McBride, dans le CD d'Abbey Lincoln "A turtle's dream".

I GET A KICK OUT OF YOU & OTHER COLE PORTER SONGS – OBOMAN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

João Paulo : piano
Frédéric Eymard : violin alto
Oboman : Oboa, Oboa d’amore, English horn

“Jean-Luc Fillon” is mad about double reed instruments, and in particular, the oboe. It is no coincidence that he has earned his nick-name thanks to this instrument, which he puts in contrasting settings depending on the project he has. This time, he brings together in a personal and original arrangement the great classics of Cole Porter in a “chamber” trio. The union of oboe/English horn and viola (Frédéric Eymard) are particularly pleasing to the ear. The remarkable Portuguese pianist, Joao Paulo, draws an intricate harmonic rift for this music which is by essence tuneful.”

CULTURE JAZZ

“Everybody knows Cole Porter, even youngsters. His songs travelled around the world between the twenties and the fifties, their renderings engraved in the memories of those that made them famous in Hollywood. Take for example Marilyn with “My Heart Belongs to Daddy” in Let’s Make Love or Fred Astaire with “Night and Day” in one of his more glamorous settings with Ginger Rogers in the Gay Divorcee. Sometimes we do not know that it is him, but often the title is on the tip of our tongues… that’s what happened to Oboman himself before recognizing “Easy to love” and adding, not without humor that “Love is everywhere”… with Cole Porter, even if we could add that it is also all about painful love, desperate or despairing, like in “Love for sale”, “What is this thing called love?” Cole Porter knew how to use music to bite reality which could at times escape him, revealing himself often as vulnerable and yet strangely familiar. Cole Porter had a sound classical training, but quickly fell in love with jazz, the music of the era and he became famous in musicals, with several great successes at Broadway, like “Anything goes.”
Twelve titles, amongst hundreds of songs : the choice was difficult to make for the trio with no percussion, made up of Joao Paulo on the piano, Fred Eymard on the viola and Jean-Luc Fillon on the oboe. “A trio with romantic instrumentation, to serve the lyricism of the poet of Broadway”, classical music reverberating in jazz, the highbrow music of the 20th Century.
With the memory of this musician, a story begins… Even if the melodies are still there, the harmonics are revisited and the arrangements are sufficiently rhythmic to draw you onto the dance floor and invite you to dance… That is one of the characteristics of Cole Porter’s music.”

SOPHIE CHAMBON, Les Dernières Nouvelles du Jazz

I GET A KICK OUT OF YOU & OTHER COLE PORTER SONGS – OBOMAN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Oboman + Oboa Jazz trio + Orchestre Symphonique




En acceptant la proposition d’Oboman de faire se croiser jazz et musique symphonique, l’Orchestre National d’lle de France a une fois encore prouvé sa volonté d’élargir le répertoire de cet ensemble, dont la mission est de diffuser l’art symphonique sur le vaste territoire régional. Depuis 1924 et la fameuse Rhapsodie in Blue de George Gerswhin, Jazz et Classique se sont souvent donné rendez-vous : Woody Herman pour qui Stravinsky écrivit son Ebony Concerto ; Duke Ellington et Billy Strayhorn très intéressés par la musique classique du début du XXe siècle ; Charlie Parker et ses sessions avec cordes ; Stan Getz et son disque Focus… « Oboa Nomade » est né de la rencontre d’un Hautboïste atypique et d’un Orchestre Symphonique aventureux, de la juxtaposition de compositions originales et de compositeurs classiques influencés par le Jazz, d’un délicat dosage entre musique écrite et passages improvisés. La musique proposée par Oboman puise ses sources dans la musique classique, sa spontanéité dans le jazz et sa saveur dans les musiques traditionnelles du pourtour méditerranéen. Par ailleurs, l’instrumentation tout à la fois classique et inédite du quartet – le mariage du hautbois et du tambourin, tous deux originaires de Mésopotamie voici respectivement 2800 ans et 5000 ans associés aux harmonies occidentales du piano et à la bonhomie de la contrebasse jazz – procure à l’ensemble un son à la fois très original et naturel. Soliste : - Oboman : Hautbois, Cor Anglais. (Paris Ouest !) Oboa Jazz trio : - João Paulo Da Silva : Piano (Lisbonne - Portugal) - Jarrod Cagwin : Percussions Jazz & orientales (Vienne - Autriche) - Bruno Rousselet : Contrebasse Jazz (Paris Est !) Programme (indicatif) : - Quiet City de Aaron Copland - Song of Flea Market d’Oboman/Carine Bonnefoy - Oborigins d’Oboman/François Théberge - Poséidos d’Oboman/Carine Bonnefoy - Escales Orientales de Jacques Ibert/Duke Ellington/Billy Strayhorn /oboman

critiques

A Propos du projet « Oboa Nomade» de Jean-Luc Fillon avec L'Ensemble de Basse-Normandie en Mai 2011

"Dans le domaine du spectacle vivant, le métissage culturel est très à la mode : parfois l'échange se produit, mais souvent il n'y a que juxtaposition, le "musicien du monde", la "vedette", se servant des "musicos" classiques pour avoir un tapis de cordes sur lequel briller. C'est pourquoi la rencontre d'il y a 15 jours avec Jean-Luc et son trio fut un moment musical et humain exceptionnel, qui restera gravé dans la tête de tous les musiciens de l'orchestre (pour preuve les sms de contentement reçus après les concerts). Nous fûmes d'abord conviés, sans obligation, à 2 jours d'atelier d'improvisation; la pédagogie généreuse et adaptée à chacun nous mit l'eau à la bouche, et nous apprit beaucoup. Quelques collègues et moi relevèrent le défi de faire un petit chorus pendant les concerts (fou que je suis!!!). Dès la première demi-heure de répétition, nous avons pu goûter la qualité des arrangements, mettant chacun en valeur. L'équilibre acoustique se fit sans avoir besoin de mettre un micro à chaque pupitre: la mayonnaise avait pris. Que dire du talent de Jean-Luc: une technique transcendante au service d'une forme où le bavardage stérile est proscrit, ainsi que le catalogue d’effets. Pourtant le "maître "connait les micro-intervalles, les multiphoniques, etc... il les utilise à bon escient avec un son puissant mais jamais dénaturé : Invention, sensibilité : Du grand Art, je vous dis. Idem pour ses amis, João Paulo, Jarrod Cagwin et Bruno Rousselet. Mon voeu le plus cher est de pouvoir rejouer ce programme qui enchanta le public et les musiciens par sa qualité et son originalité." Alain Hervé, Hautbois solo de L'Ensemble de Basse-Normandie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Soliste :


Oboman : Oboa, English horn. (West Paris! - France)



Oboa Jazz trio :


João Paulo Da Silva : Piano (Lisbon - Portugal)


Jarrod Cagwin : Jazz & oriental percussions (Vienne - Austria)


Bruno Rousselet : Double bass Jazz (East Paris ! - France)



+



Symphonic orchestra




By accepting Oboman’s suggestion to blend jazz and symphonic music, the Ile de France National Orchestra has once again shown its desire to widen their repertoire. The mission of this orchestra is to spread the art of symphonic music throughout this vast region. Since 1924 and the famous “Rhapsody in Blue” by George Gershwin, Jazz and Classical music have often met up : Woody Herman for whom Stravinsky wrote his Ebony Concerto; Duke Ellington and Billy Strayhorn, extremely interested in early 20th Century classical music; Charlie Parker and his string sessions; Stan Getz and his record “Focus”… “Oboa Nomade” is the result of an encounter between an atypical Oboist and an adventurous Symphonic Orchestra, of the juxtaposition of original compositions and of classical composers influenced by jazz, of a fine blend between written music and improvised passages. The music that Oboman proposes draws its sources from classical music, its spontaneity from jazz and its color from traditional musical from the Mediterranean. Furthermore, the classical and original instrumentation of the quartet – the mixture of the oboe and the tambourine, both originating in Mesopotamia, respectively in the years 2800 and 5000, associated with the Western harmonies of the piano and the good-natured jazz double bass – gives the ensemble a sound which is both very original and natural. Soloist: Oboman, Oboe and English horn (Westside of Paris!) Oboa Jazz trio: - Joao Paulo da Silva, piano (Lisbon, Portugal) Jarrod Cagwin: Eastern and jazz percussion (Vienna, Austria) Bruno Rousselet : Jazz double bass (Eastside of Paris!) Programme (example): Quiet City by Aaron Copland – Song of Flea Market by Oboman / Carine Bonnefoy – Oborigins by Oboman / François Théberge – Poséidos by Oboman / Carine Bonnefoy – Escales Orientales by Jacques Ibert / Duke Ellington / Billy Strayhorn / Oboman.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Fawzy Al Aiedy : Oud, voices

Oboman : Oboa, English horn

Adel Shams El Dinn : percussions

+

Harmonic orchestra

“A complete man is one who has travelled widely, who has changed twenty times his way of thinking and of living…”, Alphonse de Lamartine, Travels in the East.
“A thousand and one notes from the East” is a musical journey towards the distant lands of the fascinating, real or legendary, unknown and magnificent East. Three improvising soloists and a wind orchestra perform together traditional Eastern music, as well as music by composers who were inspired by Orientalism : Sheherazade by Rimsky-Korsakov, In the Steppes of Central Asia by Borodin, Danse Bacchanale by Saint-Saëns and many others…

Somewhere in between jazz, improvised music and world music, Fawzy Al Aïedy and Oboman Fillon offer a collection of their own compositions inspired by folk songs and traditional pieces from the Middle East.
The atypical instrumentation of the trio is a bridge between the East and the West: the Oboe, given its place in Western music over the past four centuries and its distant Mesopotamian origins, is symbolic of this link. In this musical context, the blend of the tone colors of the oud and the oboe / English horn becomes evident. Fawzy’s mysterious and powerful Oriental voice evokes the guttural voices of the desert people. The traditional percussion played by Adel Shams El Dinn- Daf, Riqq and Darbuka – constantly accompanies the set with a finely carved-out rhythm.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« Il n’y a d’homme complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie... »
Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient.

« Mille et une notes d’Orient » est un voyage musical vers les lointaines contrées de l'Orient fascinant, réel ou légendaire, inconnu et merveilleux : Trois solistes improvisateurs et un orchestre d’harmonie interprètent ensemble des musiques traditionnelles d’Orient et celles des compositeurs inspirés par l’orientalisme : Sheherazade de Rimsky-Korsakov, Dans les steppes de l’Asie centrale de Borodine, Danse Bacchanale de Saint-Saëns et bien d’autres…

A la croisée du jazz, des musiques improvisées et des musiques du monde, Fawzy Al Aïedy et Oboman Fillon proposent leurs propres compositions inspirées de chants folkloriques et de pièces traditionnelles du Moyen-Orient.

L’instrumentation atypique du trio constitue une passerelle entre l’Orient et l’Occident : le Hautbois, par sa place dans la musique occidentale depuis 4 siècles et ses lointaines origines mésopotamiennes, est emblématique de ce trait d’union. Dans ce contexte musical, le mariage des timbres du Oud et du Hautbois/Cor anglais, s’impose comme une évidence. La mystérieuse et puissante voix d’Orient de Fawzy évoque les voix gutturales des peuples du désert. Les percussions traditionnelles d’Adel Shams El Dinn - Daf, Riqq et Darbouka – soutiennent constamment, par un rythme finement ciselé, le discours d’ensemble.

Fawzy Al Aiedy Oud, Chant
Fawzy Al‐Aiedy est né à Bassorah au sud de l’Irak, dans les années 50. Ses parents ont oublié de noter sa date de naissance, seule certitude : il est né entre deux grandes pluies... À 14 ans, Fawzy quitte sa ville natale pour la capitale, où il étudie à l'École des Beaux‐Arts de Bagdad la musique traditionnelle orientale : luth et chant, ainsi que la musique occidentale (hautbois classique). Il découvre la poésie d'Arthur Rimbaud et de Verlaine, lit des oeuvres de philosophie (Sartre, Debray..) Il réussit à quitter son pays et débarque à Paris en 1971. A l'École Nationale de Musique de Boulogne‐Billancourt, il obtient le 1er Prix de Hautbois à l'unanimité, et le 2ème Prix de Musique de Chambre. En parallèle à son apprentissage classique, il découvre des auteurs comme Georges Brassens, Léo Ferré, Léonard Cohen, Coltrane et Miles Davis. A sa sortie du conservatoire, après l'Orchestre des Jeunes de Paris, il se trouve une nouvelle voie, celle de la création, que lui indiquait son amour de la poésie, et dont le fer de lance fut cette dualité même entre Orient et Occident.

Adel Shams El Din Percussions
Fils d’une famille de mélomanes d’Alexandrie, Adel Shams El Din, musicien égyptien installé à Paris depuis 1980, est passé maître dans l’art de la percussion, notamment sur le riqq (tambour sur cadre à la membrane unique en peau de poisson portant dix paires de cymbalettes), en devenant ainsi une référence en matière de percussions orientales. Après avoir étudié avec Fathi Guened l’art de la darbouka, cet artiste rejoint ensuite l’orchestre de la Radio d’Alexandrie avant de partir s’installer en Angleterre dans un 1er temps. Il commence alors une carrière internationale en accompagnant des chanteurs arabes célèbres tels que le chanteur libanais Wadii Al‐Safi, ainsi que des musiciens internationaux. C’est l’un des piliers de l’ensemble Al‐Kindi depuis sa création, dont il est devenu l’incontournable accompagnateur. Il a également joué avec Wadii Assafi, Lotfi Bouchnak, Sabri Moudallal, Adib Dayikh et Hamza Shakûr, mais aussi Jean Michel Jarre, Michel Sanchez, Renaud Garcia Fons et Zakir Hussein. Sa connaissance, comme sa parfaite maîtrise de tous les rythmes les plus complexes, en font un interprète respecté et très sollicité par les musiciens professionnels du Proche‐Orient, d’Afrique du Nord ou de France. Il a enregistré en 2005 un album de référence qui marquera l’histoire des rythmes orientaux par ses qualités artistique et didactique. Cet album s’intitule « Quarante Rythmes du Moyen‐Orient ». Toutes ces expériences ont permis à Adel Shams El Din de créer un style personnel, basé sur la tradition, mais toujours ouvert sur les influences nouvelles et sa propre inspiration.

Programme proposé
(Indicatif, d’autres propositions peuvent être faites)
Compositions et arrangements pour trio et orchestre d’harmonie:
1. Escales orientales : 30’
- Les Djinns : Oboman
- Rouïane : Oboman
- Chéops : Oboman
- Privé de Désert : Fawzy Al Aiedy
- Sans toit : Fawzy Al Aiedy.
2. Orient Xpress : Oboman 8’
3. Homs : Oboman (commande de l’Adiam 94) 12’
4. Layali : Ensemble clarinettes/flûtes/sax bariton 4’
5. Al Amel : Miguel Angel Sorrio Nadal 4’30
6. Sahara :
- La Caravane: Norman Tailor 4’30
- Danse de la princesse voilée: Norman Tailor 2’30
- La Grande Pyramide : Norman Tailor 3’30
Proposition orchestre seul :
7. Sheherazade (extraits) : Nikolaï Rimsky Korsakov 4/6’
8. Dans les Steppes de l’Asie centrale : Alexandre Borodine 6’30
9. Danse Bacchanale : Camille Saint-Saens 4’
10. Une Légende de Yao : Yeh Shu Han 5’
NB : Les partitions des oeuvres pour trio et orchestre d’harmonie sont fournies.
EXTRAITS DE CONDUCTEURS CI-JOINT
Réalisations
- Avec l’Ensemble Orchestral de Mantes la Ville, concert de Sainte-Cécile devant 800 spectateurs
- Avec l’Orchestre « Musique de Créteil », Sainte Cécile et participation au festival « Sons 9 » à Paris devant 500 spectateurs

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Oboman : Hautbois, Cor Anglais, Hautbois d’Amore, Contrebasse & electronics
Paul Hanson : Basson & electronics




Notre 1ère rencontre remonte à 2005, à Austin au Texas ; Quelle agréable surprise de découvrir Paul Hanson, génial bassoniste improvisateur ; c’est si rare dans le monde des anches doubles! Le plaisir fût partagé car, après plusieurs rencontres musicales, nous avons décidé de construire un duo fondé sur l’improvisation libre et cependant fortement ancré dans le Jazz : Ce sera donc « Late ‘Trane » ! -delà de l’admiration que nous portons à John Coltrane, un faisceau de signes (prémonitoires…) a confirmé notre choix : Coltrane explore sans cesse de nouvelles sonorités, de nouveaux timbres (Dès 1964, après sa rencontre à New-York avec le sitariste indien Ravi Shankar, il s’inspire d’Ustad Bismillah Khan, le plus grand interprète de shehnai –hautbois rustique de l’inde, très apprécié, car auspicieux). Sous l’influence de Yusef Lateef (multi-instrumentiste, entre autre joueur de basson et de hautbois !), Coltrane s’intéresse à la philosophie et la spiritualité orientale ; Sur l’album Africa/Brass, Coltrane utilise la tampoura sur son morceau India et par admiration pour Ravi Shankar, il baptisera son second fils Ravi… Les réminiscences de la musique de Coltrane, l'absence de contexte harmonique, les riches sonorités du hautbois et du basson, ainsi que l’apport de l’électronique sur scène ouvrent de très belles perspectives musicales à notre duo, qui dépasseront sans doute le seul univers du Jazz.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Oboman : Oboa, English horn, Oboa d’Amore, double bass & electronics
Paul Hanson : Basson & electronics




We first met in 2005 in Austin, Texas; what a pleasant surprise to discover Paul Hanson, fantastic improviser and bassoon player, it is so rare in the world of double reeds! The pleasure was shared, because after several musical encounters, we decided to create a duet based on free improvisation, and yet strongly rooted in Jazz. So, “Late ‘Trane” was born – from the admiration that we have for John Coltrane, a stack of (premonitory) signs confirmed our choice. Coltrane endlessly explores new sounds, new tones. (From 1964, after his meeting in New York with the Indian sitarist Ravi Shankar, he was inspired by Ustad Bismillah Khan, the greatest performer of shehnai– the rustic Indian oboe, very much appreciated, because auspicious). Under the influence of Yusef Lateef (multi-instrumentalist, among other things bassoon and oboe player!), Coltrane became interested in Eastern philosophy and spirituality. On the album Africa/Brass, Coltrane uses the tampoura, on his piece India, and due to his admiration for Ravi Shankar, he named his second son Ravi… The musical influences of Coltrane, the absence of harmonic context, the rich sounds of the oboe and the bassoon, as well as the electronic contribution on stage opens up a wonderful musical perspective to our duet, which doubtlessly goes beyond the universe of Jazz.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Hautbois

Paris by Song

Paris by Song, Oboman
Ecouter Acheter

Oboman plays Cole Porter

Oboman plays Cole Porter
Ecouter Acheter

On the Reed...Again!

On the Reed...Again! Oboman
Ecouter Acheter

Flea Market

Flea Market, Oboman
Ecouter Acheter

Cor anglais

Echoes of freedom

Echoes of Freedom - Oboman
Ecouter Acheter

Choros do Brasil

Choros do Brasil, Oboman
Ecouter Acheter

Oborigins

Oborigins, Oboman
Ecouter Acheter

Hautbois d'amour

Aquarela - Outros choros do brasil

Aquarela - Outros Choros do Brasil, Oboman
Ecouter Acheter

Oboreades

Oboreades, Oboman
Ecouter Acheter

Duke (Echoes of Ellington)

Duke (Echoes of Elligton)
Ecouter Acheter

L'instant d'après

L'instant d'après, Oboman Jazzogène
Ecouter Acheter

MASTER CLASS

  • Présentation
    Professeur titulaire du CA et DE Jazz, Oboman enseigne l’improvisation au CRR de Cergy Pontoise et au CRD Mantes en Yvelines. L’originalité de son parcours, celui d’un musicien classique très tôt attiré par d’autres musiques (jazz, musiques du monde et improvisées), en fait aujourd’hui une personnalité unique aux larges compétences.

    Ses expériences musicales, sa maîtrise de plusieurs instruments (Hautbois, Cor anglais, Clarinette Basse, Basse Electrique et Contrebasse) et ses talents de compositeur et chef d’orchestre lui permettent de mener ses Masterclasses avec aisance. Oboman est particulièrement sensibilisé aux attentes spécifiques des étudiants issus d’un cursus classique et souhaitant aborder l’improvisation.

    L’idée directrice de ses Masterclasses peut se résumer dans cette formule :

    Oralité => Improvisation => Jazz

    Ou comment, à partir d’un travail sur l’oralité, on peut aborder l’improvisation puis progressivement, s’intéresser au cas particulier et remarquable du Jazz.
  • Objectifs et contenus
    Les objectifs

    • Identifier les questions fondamentales posées par la pratique et l’enseignement du Jazz et plus généralement des musiques improvisées.

    • Illustrer les passerelles entre musiques de traditions orale et écrite et mettre en évidence l’intérêt de la maîtrise de l’improvisation pour l’enseignement de toutes les musiques.

    • Donner des clés pratiques pour découvrir et maîtriser l’improvisation, individuelle et collective.

    Les contenus

    • Analyse, par l’écoute, des principes fondamentaux nécessaires à la pratique des musiques improvisées.

    • Apprentissage et maîtrise des outils de l’improvisation.

    • Mise en situation d’improvisation individuelle et collective.

    • Acquisition d’une méthodologie concrète pour le perfectionnement.
  • Publiques
    Les interventions pédagogiques

    1) Les classes de hautbois

    Ouvrir les jeunes hautboïstes à l’oralité et à l’improvisation à travers d’autres langages musicaux peut se révéler fort salutaire pour leurs rapports à l’instrument.

    2) Le département des bois

    Ce département n’a pas souvent l’occasion d’être invité sur des projets d’improvisation/jazz. Oboman propose quelques arrangements de standards pour ensemble de bois et rythmique Jazz.

    3) Le département Jazz

    Ex-leader de Big Band, bassiste et contrebassiste, il est particulièrement apte à intervenir auprès de combos Jazz mais aussi de Big Band pour un travail plus « traditionnel »

    4) Formations de formateurs.

    Cette Masterclasse s’adresse aux enseignants de musique « classique » qui désirent ouvrir leur enseignement sur l’oralité et l’improvisation.
  • Références & témoignages
    La présence de Jean-Luc Fillon au sein de la classe de hautbois de Fontenay-sous- bois pendant trois mois fut un enrichissement et une ouverture pour mes élèves. Ils étaient assez inquiets avant de commencer, de savoir s'ils seraient capables d'improviser ! Mais dès la première rencontre avec Jean-Luc, ils furent tout à fait à l'aise grâce au merveilleux contact qu'il a su créer avec eux par des jeux musicaux, de mémorisation sur des thèmes simples qu'ils inventaient eux-mêmes.
    Il leur a révélé une inventivité qu'ils ne se connaissaient pas et par là-même une confiance en eux, une liberté sur l'instrument, une libération du texte écrit ! La venue de Jean-Luc a été une grande motivation pour eux, concrétisée par un concert final où tous ont participé, des premières années jusqu'aux élèves les plus avancés. Je remercie encore Jean-Luc pour sa gentillesse, son sens du contact…

    Jean-Michel Penot, Hautbois solo de l'Orchestre National d'ile-de-France.

ACADEMY

  • Présentation
    L’idée de l’Académie est née de nombreuses sollicitations venues du monde entier —hautboïstes souhaitant aborder l’improvisation, grands conservatoires et universités (CNSM de Lyon, HEM Lausanne et Genève, Université de New York, d’Austin…), étudiants en thèse— et de l’envie de transmettre une expérience et un savoir-faire.

    L’Académie, basée à Paris, est un lieu d’immersion dans l’improvisation et la créativité artistique qui permet à des hautboïstes de haut niveau de devenir des artistes à 360° et offre aux étudiants une occasion de partage.

    Ce cursus devient incontournable pour tous les métiers où la polyvalence est requise du musicien : déchiffrage, jeu par cœur, improvisation, jeu scénique, scénarisation, utilisation d’effets électroniques… exigent à la fois rigueur et de flexibilité.
  • Objectifs & Contenus
    Les études se déroulent à Paris sur 1 ou 2 années à l’issue desquelles l’étudiant peut obtenir son Magistère d’improvisation. Les nombreux cours dispensés dans ce cursus doivent permettre à l’étudiant d’appréhender sa carrière artistique de manière globale. L’équipe enseignante est constituée d’Oboman – cours d’improvisation au hautbois - et de professionnels compétents dans chacune des disciplines : improvisation, musique d’ensemble, harmonie au piano et rythme aux percussions, improvisation vocale, théâtre/présence scénique, histoire/analyse du Jazz et des Musiques du monde, arrangement/orchestration, Mao/Nao/effets électroniques, développement de projets artistiques, gestion de carrière.
    Un partenariat avec des conservatoires et universités est envisageable, notamment pour les musiciens étrangers qui séjourneront à Paris.
  • Publiques
    La candidature à l’académie est ouverte aux étudiants hautboïstes titulaires d’un DNSPM, d’une licence, d’un bachelor, d’un master ou, pour les étudiants étrangers, de la plus haute récompense d’un établissement d’enseignement supérieur de musique.
    Après une présélection sur dossier, les candidats retenus sont invités à se présenter aux épreuves d’admission.
  • Références & témoignages
    Depuis fort longtemps nous avions l’idée avec Jérôme d’inviter Oboman pour une master class au CNSMD de Lyon. Le profil et le parcours artistiques de Jean-Luc nous séduisaient particulièrement : un musicien « Jazz » d’une formation initiale classique sur un instrument comme le hautbois, qui n’est pas forcément réputé pour ses facilités d’adaptation à ce répertoire, nous intriguait. Ce fut une masterclass réellement exceptionnelle ! Un grand moment de pédagogie fondé sur une expérience et une évolution personnelles pleine d’humilité et de recherches sur des horizons musicaux larges et riches de diversités.
    J’ai eu, il y a quelques années, le grand honneur de donner quelques conseils à Jean-Luc lorsque, encore étudiant, il se destinait à une carrière totalement classique. J’ai retrouvé un Maître ! Son chemin artistique, si ouvert et dynamique, lui a permis d’évoluer très vite en pratiquant quelques principes essentiels tels que l’oralité et l’improvisation que le répertoire classique et la manière dont il est généralement transmis ne met pas en priorité.
    Ses démonstrations ciblées, efficaces et directes, agrémentées d’exercices ludiques ont captivé et convaincu aussi bien les étudiants que les professeurs ! Je pourrais disserter encore durant de longues lignes sur tous les sujets que Jean-Luc a pu aborder durant son séjour parmi nous, mais jamais je ne pourrai être aussi convainquant que l’artiste lui-même. Je ne peux que conseiller à mes collègues de l’inviter dans leurs classes. Ils vivront un moment inoubliable tant sur les points artistiques et pédagogiques que sur le plan humain. Un grand merci à Maître Fillon qui va très vite nous rendre visite de nouveau !

    Jean-Louis Capezzali Professeur CNSMD de Lyon et HEM de Lausanne, ex soliste à l’Orchestre Philarmonique de Radio France

    Jérôme Guichard Professeur CNSM de Lyon soliste à l’Orchestre National de Lyon

Tour

Mardi 28 Mai 2019, 20h30  Jazz Club guest Sara Lazarus - La Passerelle - Rosny-sur-Seine (78)

Vendredi 31 Mai 2019, 11h   Oboman & Friends - Place du Marché à Vétheuil (95)

Samedi 1 Juin 2019, 19h   Oboman & Friends- Place de l'église à Follainville (78)

Samedi 15 Juin 2019, 18h   Oboman & Friends - Esplanade de la Mairie à Montreuil sur Epte (95)

Dimanche 30 Juin 2019, 15h   Oboman & Friends - Musée de l'Outil de Wy dit Jolie Village (95)

› Voir tous les concerts

Formulaire de contact

Nom*                    

Prénom*               

Email*                   

Objet*                   

Message*

CONTACTS

Address: Villennes-sur-Seine - Paris - France
Phone: +33 6 22 98 57 30

Oboe

Paris by Song

Paris by Song, Oboman
Listen Buy

Oboman plays Cole Porter

Oboman plays Cole Porter
Listen Buy

On the Reed...Again!

On the Reed...Again! Oboman
Listen Buy

Flea Market

Flea Market, Oboman
Listen Buy

English horn

Echoes of freedom

Echoes of Freedom - Oboman
Listen Buy

Choros do Brasil

Choros do Brasil, Oboman
Listen Buy

Oborigins

Oborigins, Oboman
Listen Buy

Oboa

Oboa, Oboman
Listen Buy

Oboe d'amore

Aquarela - Outros choros do brasil

Aquarela - Outros Choros do Brasil, Oboman
Listen Buy

Oboreades

Oboreades, Oboman
Listen Buy

Duke (Echoes of Ellington)

Duke (Echoes of Elligton)
Listen Buy

L'instant d'après

L'instant d'après, Oboman Jazzogène
Listen Buy

MASTER CLASS

  • Presentation
    A certified teacher from the Paris Academy, Oboman teaches jazz and improvisation at the national academies of Cergy-Pontoise and Mantes en Yvelines. The originality of his artistic path, that of a classical musician who, very early on, was attracted to different kinds of music (jazz, world music, improvisation), has today made him into a unique personality with extensive skills.

    His musical experience, his mastery of several instruments (oboe, English horn, bass clarinet, electric bass guitar and double bass) and his talents as a composer and conductor enable him to lead successful and enriching masterclasses. Oboman is particularly aware of the specific expectations that classically trained students who want to learn more about improvisation have.

    The main idea of these masterclasses can be summarized as follows :

    Orality => Improvisation => Jazz

    Or how, from the study of orality (skills, memory, acquisition, control, analysis and reproduction of sounds), we are able to move towards improvisation, and then progressively confront the specific and remarkable case of Jazz.
  • Educational objectives and content
    Objectives

    • - To identify the main issues raised by the practice and teaching of jazz and more generally improvised music.

    • - To illustrate the bridges between music from oral and written traditions and to highlight why mastering improvisation can help in teaching all kinds of music

    • - To give practical tools for discovering and mastering both individual and collective improvisation.

    Content

    • - Analyzing the fundamental principles which are necessary to master improvisation.

    • - Learning and mastering improvisation tools.

    • - Practicing individual and collective improvisation.

    • - Acquiring a hands-on approach to making progress.
  • Audience
    Educational interventions

    1) Oboe classes

    Giving young oboe players an insight into orality and improvisation through other musical languages can be extremely constructive in terms of their connection with their instrument.

    2) The woodwind section

    This section does not often have the opportunity to be asked to participate in improvisation or jazz projects. Oboman offers arrangements of some standard pieces for woodwind and rhythmic jazz ensembles.

    3) The jazz section

    Ex-leader of a Big Band, bass and double bass player, he is particularly capable of working with jazz groups, but also with Big Band for a more “traditional” approach.

    4) Train the trainers courses

    This Masterclass is more specifically tailored to teachers of “classical” music, who want to enlarge their teaching skills to orality and improvisation.
  • Testimonies
    Jean-Luc’s presence in the oboe class at Fontenay-sous-bois during a three month period was an enriching experience for my students. They were a bit worried before they started, wondering if they would be capable of improvising ! But from their first meeting with Jean-Luc, they were put at ease, thanks to the incredible contact that he created with them through musical games, memorizing simple tunes that they created themselves.
    He opened them up to an inventiveness that they didn’t realize they had and as a result this gave them self-confidence, a freedom with their instrument and a release from the written text. ! Jean-Luc’s visit gave them great motivation, which was materialized by a final concert where everybody took part, from students in their first year to the more advanced students. I would like to thank Jean-Luc for his kindness and human qualities.

    Jean-Michel Penot, Oboa soloist of the Orchestre National d'ile-de-France.

ACADEMY

  • Presentation
    The idea for the Academy came about from a number of contacts that came from around the world – oboists who wanted to learn about improvisation, reputed Music Schools and universities (CNSM Lyon, HEM Lausanne and Geneva, University of New York, University of Austin,…), PhD students – and the desire to transmit a certain professional experience and musical knowledge.

    The Academy, based in Paris, is a place where the student is fully immersed in improvisation and artistic creativity, allowing top oboists to become all-round artists, and offering students the opportunity to exchange with each other.

    This course is becoming indispensable for all professions where a certain polyvalence is required from the musician : sight-reading, playing by heart, improvisation, stage sets, staging, using electronic effects… require at the same time, a certain rigour and flexibility.
  • Objectives and contents
    The course takes place in Paris over 1 or 2 years, at the end of which the student can obtain a degree in improvisation. The numerous lessons given during the course should enable the student to contemplate his or her artistic career in a global way. The teaching team is made up of Oboman – improvisation lessons on the oboe – and of other professional teachers who are competent in all the disciplines: improvisation, musical ensemble, harmony on the piano and rhythm with percussion instruments, vocal improvisation, theatre and stage presence, history / analysis of Jazz and World Music, arrangements / orchestration, Mao/Nao/ electronic effects, developing artistic projects, career management.
    A partnership with Music Schools and universities could be envisaged, in particular for foreign students who are staying in Paris.
  • Audience
    Applications to the Academy are open to oboe students who have obtained a DNSPM, a bachelor or masters degree, or for foreign students who have achieved the highest level in a higher education musical establishment. After a pre-selection process, the selected candidates are invited to take part in the admission examinations.
  • Testimonies
    The idea of inviting Jean-Luc Fillon to give a master class at the CNSMD in Lyon had been an idea we had had for a long-time with Jérôme. Jean-Luc’s artistic profile and achievements were what drew us in particular to this talented musician : a “jazz musician” initially trained as a classical musician on an instrument like the oboe, which is not particularly adapted to this repertoire, was intriguing to us. It was really an exceptional Master Class ! A skilled teaching experience, based on personal experience, full of humility and tapping into a large variety of musical scenes, which were both rich and diverse.
    A few years ago, I was honored to give a few pieces of advice to Jean-Luc when he was still a student and intent on pursuing a purely classical career. I have now found a Master ! His open and dynamic artistic path, has allowed him to develop very fast, by practicing some essential principles, such as oral character and improvisation, which the classical repertoire, and the way it is taught, does not generally make a priority. His targeted, efficient and direct demonstrations, peppered with playful exercises, both captivated and convinced the students, as well as the teachers! I could write many more pages on all the topics which Jean-Luc was able to touch on during his stay with us, but I could never be as convincing as the artist himself. I can only advise my colleagues to invite him to their classes. They will live an unforgettable moment, both from an artistic and educational perspective, as well as from a human one. Many thanks go to Master Fillon, who will be coming to see us again very soon !

    Jean-Louis Capezzli, Professor at CNSMD Lyon and HEM Lausanne, ex soloist of the Radio France Philharmonic Orchestra.

Tour

Friday, May 31 2019, 11:00 pile  Oboman Trio - Market Place in Vétheuil (95)

Saturday, June 1 2019, 19:00   Oboman Trio - Church Square in Follainville (78)

Saturday, June 15 2019, 18:00   Oboman Trio - Esplanade of the town hall in Montreuil sur Epte (95)

Sunday, June 23 2019, 15:00   Oboman Trio - Museum of the tools in Wy dit Jolie Village (95)

› Voir tous les concerts

Contact form

Nom*                    

Prénom*               

Email*                   

Objet*                   

Message*

CONTACTS

Address: Villennes-sur-Seine - Paris - France
Phone: +33 6 22 98 57 30

Oboman : hautbois/cor anglais
François Méchali : contrebasse
Mark Feldman : violon
François Merville : batterie/percussions

Plus de 50 ans après la sortie de l’album « The Shape of Jazz to Come » d’Ornette Coleman, l’envie d’explorer des territoires inconnus reste forte. Jean-Luc « Oboman » Fillon et François Méchali, artistes riches de nombreuses expériences musicales, esquissent les contours d’un nouveau projet musical.
A la croisée du jazz et des musiques improvisées, « Echoes of Freedom » est un projet pour lequel l’apport d’autres esthétiques musicales par chaque membre du groupe est déterminant : la musique classique et contemporaine pour certains, la musique indienne, le flamenco ou la musique Arabo-Andalouse pour d’autres. L’identité du groupe est bâtie sur le rassemblement de fortes personnalités musicales, improvisateurs de talent et par ailleurs leaders remarqués.
Le 4tet est doté d’une instrumentation originale et inédite avec la dualité violon/hautbois d’une part et contrebasse/batterie d’autre part. Un point commun avec le 4tet d’Ornette : pas de piano ! Une vraie différence : on substitue au tandem sax/cornet, le duo violon/hautbois, que l’on aurait, à tort, tendance à ranger dans la musique classique… méfions-nous des apparences…
Une large part du répertoire est consacrée à l’improvisation, à la célébration de l’instant, la mise en danger nécessaire à la recherche de l’authenticité. Ces improvisations sont collectives, elles laissent libre cours aux émotions, aux histoires et origines des musiciens, à l’exploration relationnelle entre les protagonistes et l’interaction avec les auditeurs.

Mark Feldman, violoniste, auteur de disques en leader chez ECM, sideman de John Zorn, John Abercrombie/Joey Baron/Marc Johnson et qui a collaboré avec Kenny Wheeler, Paul Bley, Joe Lovano, Dave Douglas, Tim Bern, Uri Caine, Michael Brecker, Lee Konitz… Il se produit régulièrement avec la pianiste Suisse Sylvie Courvoisier.

Oboman(hautbois/cor anglais), auteur de sept disques en leader avec João Paulo, Carlo Rizzo, Jarrod Cagwin, Glenn Ferris, Jean-Jacques Avenel, Tony Rabeson, Didier Ithursarry, Michael Rabinowitz, Michael Felberbaum, Bruno Rousselet, Karl Jannuska… A collaboré avec Antoine Hervé, Bob Mintzer, Michele Hendricks, Paolo Fresu, Nguyên Lê, François Moutin, Michel Benita, Pablo Cueco, Claude Barthélémy, Michel Godard…
François

François Méchali (contrebasse) : “Contrebassiste polyvalent et grand technicien, il s’exprime aussi bien dans le Jazz Classique que la musique modale et les musiques improvisées” (dictionnaire du jazz). Il a collaboré avec Anthony Braxton, Joachim Kühn, Kenny Wheeler, Enrico Rava, Steve Lacy, Michel Petrucciani, Daniel Humair, Larry Schneider, François Couturier… Il travaille dans la musique contemporaine avec Antoine Duhamel et Ars Nova ; en leader en musique arabo-andalouse avec Transméditerranéenne.

François Merville fait ses débuts dans le jazz avec Jacky Terrasson dès 1984, et c’est à partir de 1993 qu’il se consacre réellement et exclusivement à cette musique. Il est partenaire de Louis Sclavis depuis 1994, dans un trio avec Bruno Chevillon. Création avec le tromboniste Ray Anderson dans plusieurs festivals en 1996 ; collaborations avec des artistes tels que Marc Ducret, Jean Louis Matinier, Dominique Pifarely, Dave Douglas, Django Bates.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Oboman : Oboa/English horn
François Méchali : double bass
Mark Feldman : violin
François Merville : drum/percussions

Over 50 years after the release of the album “The Shape of Jazz to Come” by Ornette Coleman, the desire to explore unknown territory remains strong. Jean-Luc “Oboman” Fillon and François Méchali, artists that are rich with numerous musical experiences, draw the contours of a new musical project.
At the crossroads of jazz and improvised music, “Echoes of Freedom” is a project for which the different musical aesthetics brought by each member of the group is the determining factor : classical and contemporary music for some, Indian music, flamenco or Arabic-Andalucían music for others. The Group’s identity is built on a gathering of strong musical personalities, talented improvisers and remarkable leaders. The quartet benefits from an original instrumentation with the duality violin/oboe on the one hand and double bass/ drums on the other. Something in common with Ornette’s quartet : no piano! A real difference: the tandem sax/cornet is replaced by the duet violin/oboe, which are usually, but wrongly, classified as classical instruments… be wary of appearances…
A large part of the repertoire is devoted to improvisation, the celebration of the moment, risk-taking that is essential when looking for authenticity. These improvisations are collective, they leave the way open to emotions, to the musicians stories and origins, to exploring the relationships between the protagonists and the interaction with the audience.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Biographie

Jean-Luc Fillon :
Hautbois, Cor anglais, Contrebasse, Direction d'orchestre
Compositeur - Arrangeur

En parallèle à de sérieuses études classiques de Hautbois,, de direction d'orchestre et d'écriture (licence de concert à l'Ecole Normale Supérieure de Paris, Médaille d'or au CNR d'Aubervilliers et Prix d'honneur au CNR de Versailles, lauréat du concours international de musique de chambre de San Sebastian), Jean-Luc Fillon étudie l'improvisation et l'écriture jazz au CIM à Paris et obtient dès 1986 son DE de Jazz à la guitare Basse.

En 1987, il débute sa carrière comme hautboïste solo à l’Orchestre Symphonique d’Europe qu’il quittera quelques années plus tard pour s’engager dans une carrière de soliste.

De 1991 à 1998, il enregistre trois Disques avec Jazzogène Orchestra, vivement salués par la critique, se produit dans de nombreux Festivals et salles parisiennes (New Morning, Auditorium des Halles, Salle Gaveau, Petit-Journal…).
Pour la première fois aux Festivals de Jazz de Vienne et de Besançon, il intervient en soliste au hautbois avec Antoine HERVE, Lauren NEWTON, Claudio PONTIGGIA et Franck TORTILLIER.

En 1996, J-Luc Fillon est à l'initiative de deux nouvelles formations : Coyoakan trio (trio world jazz) et Alborada sextuor (musiques du monde / musique classique)

En 1998, une 1ère tournée avec Bob MINTZER - où ce dernier sera séduit par les sonorités du Hautbois et du Cor anglais - incitera J-Luc Fillon à développer un travail systématique de l'improvisation sur ces instruments à anches double, qu'il utilisait jusqu'alors dans un registre classique/contemporain.

En 2000, lors de sa 2ème tournée en France, Bob Mintzer écrira une pièce spécifiquement pour Hautbois/Cor anglais et Sax ténor intitulée " French Suite ".
Après avoir collaboré en tant que chef d’orchestre et bassiste avec Patrice CARATINI, Antoine HERVE, Michele HENDRICKS, Glenn FERRIS, Paolo FRESU, Jean-Marc PADOVANI, Manu di BANGO, TARATATA…, J-Luc Fillon, associé à l’espace musical « Le Sax » à Achères (78), multiplie les nouvelles rencontres au Hautbois et Cor anglais avec notamment : N’Guyen LÊ, Pierre BLANCHARD, Lauren NEWTON, Claudio PONTIGGIA, Bob MINTZER, Yves TORCHINSKY, Pierre-Marie BONAFOS…
Depuis 2001 J-Luc Fillon enchaîne de nombreuses réalisations afin de présenter le caractère novateur du Hautbois et du Cor anglais dans l’improvisation (sélection à l'audition européenne de l'Orchestre National de Jazz Paolo Damiani, enregistrements de plusieurs émissions au sein de " A l'Improviste " diffusée sur France Musiques, création du Collectif Artistique Ad Lib). La même année, il est nommé professeur de Jazz au conservatoire national de Région de Cergy-Pontoise (95).

Fin 2001 - 2002 : JLuc Fillon entame une très longue collaboration avec le pianiste portugais, João Paulo, qu’il avait rencontré quelques années auparavant sur Paris. Ils enregistrent ensemble de nouvelles compositions de J-Luc Fillon au hautbois & cor anglais avec Denis Leloup et Pierre Blanchard, Joël Grare… La même année, il enregistre en compagnie de Pierre-Stéphane Michel au sein du trio pSM et toujours Joël Grare aux percussions.
Jean-Luc Fillon se produit à partir d’octobre 2002 sur Paris, en compagnie de João Paulo, Denis Leloup dans une formule qui reste variable (duo/trio).

En 2003, il fait une sortie parisienne très remarquée de son album "Oboa" au Duc des Lombards. La même année, Glenn Ferris l'invite à rejoindre son quartet "Newance quartet" avec Jeff Boudreaux et Michel Bénita.

L'année 2004 est marquée par la sortie de "Flea Market", et par une très belle tournée au Portugal avec João Paulo. C'est aussi la naissance du quartet " De L'air" plus expérimental avec Carole Hémard, Yves Torchinsky et Xavier Dessandre.

En 2005, après une série de concerts en Allemagne, JLuc Fillon part pour les Etats-Unis où il rencontre et joue avec 2 bassonistes de jazz époustouflants : Paul Hanson et Michael Rabinoviz. En octobre, il est invité par Xavier Prévost à se produire au grand auditorium de la maison de la radio pour l'enregistrement de l'émission "Jazz sur le vif".

Début 2006, d'une rencontre décisive avec Fawzy Al Aïedy est né un projet commun, "Privé de Désert" qui réunit 5 musiciens: Fawzy Al Aïedy, Jean-Luc Fillon mais aussi João Paulo (piano), Adel Shams El Din (percussions) et Lionel Allemand (violoncelle)...Cette création fut donnée dans le cadre du festival "Ca Va Jazzer" au Mureaux (78) . Cette année 2006 est aussi marquée par la sortie du nouvel album de JLuc Fillon "Echoes Of Ellington", CD FIP de la semaine du 24 avril.

2007 : Tournée aux USA avec Michael Rabinowitz et création du tentet « Devil Reeds » avec concert à New-York. Début de la résidence de 2 ans et demi à l’espace culturel « L’Onde » de Vélizy (78). Création du projet « Oborigins » avec Michel Godard, João Paulo et Jarrod Cagwin. Tournée en Allemagne et enregistrement du trio « Oboa » par la « Deutschland Radio Cologne ».

2008 : création du 5tet « On The Reed…Again ! » avec Michael Rabinowitz; masterclasses à la HEM de Lausanne.
En novembre, sortie de l’album « Oborigins » qui est consacré « album de la semaine » sur FIP.
Puis Création de « Hautbois Nomade » avec l’Orchestre National d’Ile de France en clôture de la résidence à Vélizy

2009 : en Mars, sortie de l’album « On the Reed… Again ! » avec concert au New-Morning.
JLuc Fillon invité par Claude Barthélémy dans nouveau projet « Lieder ». Invité de l’émission « Cabaret Musique » par Antoine Hervé en direct sur France Musique.
Il est également invité par Claude Barthélemy dans le nouveau projet « Lieder ».
Cette même année, il crée le festival Sons neufs à Paris, dédié aux instruments les moins habituels dans l'improvisation et le jazz. Par ailleurs, il entame une collaboration avec l'accordéoniste Didier Ithursarry, explorant ainsi le mariage des timbres du hautbois et de l'accordéon.

2010 : il est invité par Martial Solal à accompagner les candidats du Concours international de piano jazz Martial Solal lors des épreuves finales. L’adiam 94 lui passe commande de deux oeuvres pour le "Blue Note Orchestra" de Bry-sur-Marne, dirigé par Heri Paredes.

En 2011, Jean-Luc Fillon dispense des master classes d’improvisation jazz au CNSMD de Lyon.. Il crée également de nouveaux projets en compagnie de François Méchali et Barry Altschul (trio « Echoes of Freedom »), de l’Ensemble de Basse-Normandie (projet « Oboa Nomade »), et entame une série de concert dont un très remarqué avec la création de « du Jazz Plein les Yeux »au théâtre de Poissy, diffusé en direct sur le Jazz Club de France Musique. Il est également invité sur France Musique dans l’émission « Le Matin des Musiciens ».

En 2012, il invite le violoniste Américain Mark Feldman à rejoindre son nouveau trio, « Echoes of Freedom » et le concert donné á l’auditorium St-Germain est enregistré par Ivan Amar pour son « Jazz Club » sur France Musique.
Cette année est aussi marquée par l’excellent accueil réservé par les médias au nouvel album « Oboréades[2] » en collaboration avec l’accordéoniste Didier Ithursarry. Ce disque fût enregistré à la suite de nombreux concerts en France et en Allemagne (Paris Jazz Festival, Festival Bouteille en Bretelles, Jazz-SyndikatSaarbrücken…).

En 2013, Jean-Luc Fillon poursuit les créations audionumériques avec la sortie de l’album « Choros do Brasil » en compagnie des virtuoses Brésiliens Eduardo Miranda et de Tuniko Goulart ; album sélectionné par FIP comme disque de la semaine.
Il est également invité au Portugal par différentes universités et conservatoires de musique à donner des master classes d’improvisation á des étudiants hautboïstes.
Cette même année, le concours international de Hautbois et Basson de Muri (Zürich) offre une soirée carte blanche à J-Luc Fillon qui choisira de présenter un concert en deux duos : le premier avec le pianiste Joao Paulo, le second avec l’accordéoniste Didier Ithursarry.
A son retour, Il est invité par Xavier Prévost de France Musique à présenter « Echoes of Freedom » dans une formule en trio avec le batteur Barry Altschul et le contrebassiste François Méchali lors de l’émission « Jazz sur le Vif ».

En 2014, Il enregistre le projet « Echoes of Freedom » en 4tet avec Mark Feldman, François Méchali et François Merville et donne une série de concert avec cet ensemble.
Il part quelques temps à New-York pour des masterclasses et quelques concerts ; il se produit notamment avec les pianistes Don Friedman et le fougueux Vadim Neselovskyi.
En octobre, il sort son nouvel opus « Oboman plays Cole Porter », son premier album distribué aux Etats-Unis.
Un grand concert est donné au New-Morning à cette occasion avec Christian Escoudé en invité.
Cette fin d’année sera aussi marquée par la création dans le cadre du festival Sons 9 du duo « Late ‘Trane » avec Paul Hanson et d’une rencontre prometteuse avec le guitariste tatare Enver Izmaylov.
Enfin, c’est aussi le début du tournage par Pirouette production du documentaire « ’Obomania », , sur la vie et l’oeuvre de Jean-Luc Oboman Fillon...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Biography

Jean-Luc Fillon :
Oboman… the oboe of all music

Jean-Luc Fillon studied classical music and oboe at national academies of Aubervilliers and Versailles and then at l'Ecole Normale Supérieure de Paris. During this period he was the laureate of the San Sebastian chamber music international competition and studied improvisation and composition at the Centre d’informations musicales (Jazz and Contemporary music in Paris).
From 1987 to 1991, he was oboe soloist in the European Symphonic Orchestra. After 1991, he conducted the Jazzogène Orchestra with which he recorded several CDs and played as a soloist with Antoine Hervé, Lauren Newton, Claudio Pontiggia and Franck Tortillier. It was his first main jazz experience. He went on tour in many festivals and parisian jazz clubs with this orchestra. In 1996, he created the Coyoakan trio (trio world jazz) and the Alborada sextuor (world music). In 1998 during a tour, Bob Mintzer was charmed by Fillon's oboe tone and encouraged Jean-Luc Fillon to develop a systematic work on the oboe and English horn improvisation. In fact, before 1998 Jean-Luc Fillon used these instruments mainly in classical and contemporary music. In 2000, Bob Mintzer composed for him a piece called French Suite. During this period, he also met Nguyên Lê, Pierre Blanchard, Lauren Newton, Claudio Pontiggia, Yves Torchinsky, Pierre-Marie Bonafos.
Since 2001, Jean-Luc Fillon’s began writing numerous compositions in order to introduce the oboe and English horn’s originality in improvisation (selected at the European audition of the Paolo Damiani National Jazz Orchestra, recording of several radio broadcast on France Musiques, creation of Ad Lib Production). In September 2001 he was nominated Jazz teacher at the national academy of Cergy-Pontoise. In early 2002, he recorded his own oboe and English horn composition with Denis Leloup, Pierre Blanchard and Joël Grare. He also recorded with Pierre-Stéphane Michel in the pSM trio, with Joël Grare on drums. From September 2002, Jean-Luc Fillon played in Paris with João Paulo and Denis Leloup. In 2003, the releasing of Oboa on CD was a success. He was invited by Glenn Ferris to join the "Newance quartet" with Jeff Boudreaux and Michel Bénita.
In 2004, he created the "De L'air quartet" with Carole Hémard, Yves Torchinsky et Xavier Dessandre, and recorded "Flea Market". He went on tour in Portugal with João Paulo. In 2005, after a tour in Germany, Jean-Luc Fillon went to USA. He played with two jazz bassoonists: Paul Hanson and Michael Rabinowitz. In October, he was invited by Xavier Prévost to play on Radio France. In early 2006, he created Privé de Désert in the frame of the Les Mureaux jazz festival "Ca Va Jazzer". He recorded a new album (Echoes Of Ellington) on Ellington tunes in order to pay tribute to this great musician and give a new perspective on his works.
In 2007, he went on tour in USA with Michael Rabinowitz and the Devil Reeds with a concert in New York. At the same period, he began a residence during two years and a half at L’Onde, the cultural place in Vélizy, France. He created the Oborigins project with Michel Godard, João Paulo and Jarrod Cagwin. Finally he went on tour in Germany and recorded at the Deutschland Radio in Cologne with the Oboa trio. In 2008, he created the On The Reed...Again ! quintet with Michael Rabinowitz. In November, he came out the Oborigins album, elected album of the week on FIP (Radio-Jazz). He also created Hautbois Nomade with the National French Orchestra in closure of the Vélizy’s residence.
2009 : in March, release of the album “On the Reed…Again!” with a concert at the New-Morning in Paris.
JLuc Fillon was invited by Claude Barthélémy to participate in a new project “Lieder”. Antoine Hervé invited him to participate in the radio programme “Cabaret Music” live on France Music radio station.
In the same year, he set up the Sons neufs festival in Paris, devoted to instruments that are least likely to be used in improvisation and jazz. Moreover, he set up a duet with the accordionist, Didier Ithursarry and explored the blend of the oboe’s tones with those of the accordion.
2010 : Martial Solal asked him to accompany the finalists of the Martial Solal International Competition for jazz piano. The Adiam 94 commissioned two original works for “The Blue Note Orchestra” of Bry-sur-Marne, directed by Heri Paredes.
In 2011, Jean-Luc Fillon gave jazz improvisation master classes at the CNSMD in Lyon… He also created several new projects with François Méchali and Barry Altschul (the trio “Echoes of Freedom”) with the Basse-Normandie Ensemble (project “Oboa Nomade”) and began a series of concerts, including the highly esteemed “An eyeful of Jazz” at the theatre in Poissy, which was broadcast live during the Jazz Club on France Music. He was also invited to the programme “The Morning of Musicians” on France Music.
In 2012, he invited the American violinist, Mark Feldman, to join his trio “Echoes of Freedom” and the concert that they gave at the St Germain auditorium was recorded by Ivan Amar for the “Jazz Club” on France Music.
This year was also marked by the excellent reception from the media of his new album “Oboréades” on which he worked with the accordionist Didier Ithursarry. This recording was made following a number of concerts in France and Germany (Paris Jazz Festival, Festival Bouteille en Bretelles, Jazz-SyndikatSaarbrücken…).
In 2013, Jean-Luc Fillon continued his creations with the release of the album “Choros do Brasil”, accompanied by the Brazilian virtuosos Eduardo Miranda and Tuniko Goulart. The album was chosen by FIP (French radio station) as the album of the week.
He was also invited to Portugal by several universities and musical academies to give master classes in improvisation to student oboists.
In the same year, the international competition of Oboe and Bassoon of Muri (Zurich) gave Jean-Luc the possibility to give an evening of music, where he chose to give a concert with two duets: the first with the pianist Joao Paulo, the second with the accordionist Didier Ithursarry.
On his return to France, he was invited by Xavier Prévost of France Music radio station to give a representation of “Echoes of Freedom” which he presented as a trio with the drummer Barry Altschum and the double bass player François Méchali during the programme “Jazz sur le Vif”.
In 2014, he recorded “Echoes of Freedom” as a quartet with Mark Feldman, François Méchali and François Merville and the group gave a series of concerts.
He spent some time in New York, giving masterclasses and concerts. He performed in particular with the pianists Don Friedman and the spirited Vadim Neselovskyi. In October, he released his new work “Oboman plays Cole Porter”, his first album to be distributed in the USA. A great concert was given at the New Morning (Paris) on this occasion with Christian Escoudé as guest star.
The end of 2014 was also marked by the creation, within the Sons 9 festival, of the duo “Late ‘Trane”with Paul Hanson, and a promising encounter with the guitarist Enver Izlmaylov.
Finally, it was also the beginning of the filming by Pirouette Production of the documentary “Obomania”, on the life and works of Jean-Luc Oboman Fillon…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Edu Miranda, mandoline

Tuniko Goulart, guitare


Disque de la semaine sur FIP




La musique populaire brésilienne oscille constamment entre l’Alegria (la joie) et la Saudade (la nostalgie), les deux pôles complémentaires de l’âme brésilienne : Les richesses musicales du Brésil sont nées du métissage de tous les peuples de ce pays, des éléments indiens, noirs et portugais. Les chôros, mélancoliques airs d’origine portugaise, inspirèrent de nombreux compositeurs, notamment Heitor Villa-Lobos. La musique brésilienne, vibrante, colorée et sensuelle, son climat onirique, ses subtiles harmonies et ses paroles lumineuses, a séduit le monde entier. Le trio « Aquarela », nous fera découvrir, avec audace et virtuosité, des facettes plus méconnues de la musique brésilienne. Du samba au baião, du frevo au forro, du chôros au…fado !!! Villa Lobos, Hermeto Pascoal, Chico Buarque, Egberto Gismonti, Edu Lôbo, Antonio Carlos Jobim, Baden Powell, Luis Bonfa, Sergio Mendès, Vinicius de Moraes, Milton Nascimento, Toquinho, Dori Caymmi, Pixinguinha … seront de la fête !!!

Oboman FILLON & AQUARELA: "Choros do Brazil"

" Jean Luc Fillon continue à exploiter le filon des particularismes musicaux et à braconner sur les terres de l’improvisation en adaptant cette fois le répertoire très particulier des choros du Brésil, à savoir l’une des premières formes musicales qui présente quelques parallèles avec le jazz, puisqu’il s’inspire d’une danse afro-brésilienne ancienne, le lundu. Au début du XXème siècle, le choro se trouva en relation étroite avec d’autres styles voisins nord américains, ragtime et dixieland. D‘où l’adjonction de trombones, saxophones, percussions.... les ensembles de choros étant donc à géométrie variable. A la rencontre de deux styles musicaux, la musique classique romantique qu’il a pratiqué à un très haut niveau et le jazz qui l’a séduit pour sa liberté, son rapport au rythme, Jean Luc Fillon est avant tout intéressé par la recherche d’un son et d’un phrasé très personnels. Il peut les développer dans la forme du choro, dont la cellule de base, le « terno », s’articulant autour de bois et de cordes, a une métrique à deux temps en forme de rondo, marquée de syncopes et de modulations harmoniques caractéristiques. Le hautbois se glisse donc ici à la place de la flûte, et reprend le rôle d’instrument mélodique avec la mandoline brésilienne ( le bandolim), la guitare ayant un rôle harmonique et rythmique. Les choros, de tradition orale à l’origine, se retrouvent au coeur de musiques populaires beaucoup plus connues comme la samba ou la bossa nova. La danse n’est jamais très loin, en dépit de l’étymologie (« chorar » signifie « pleurer ») : les choros sont plutôt conçus sur un rythme joyeux et enlevé qui a ses origines dans la valse, la polka, certaines danses européennes... Le métissage n’est donc pas un mot galvaudé. Dans cet album en trio, notre Oboman s’entoure de nouveaux complices, brésiliens cette fois-ci donc : le guitariste Tuniko Goulart et le mandoliniste Edu Miranda. Le répertoire d’Aquarela, sorti chez Buda Musique, parcourt entre autres des compositions de Vinicius de Moraes, de Pixinguinha et d’Hermeto Pascoal. Il n’est pas étonnant que l’univers décalé et joyeux de ce poly-instrumentiste fou, vraiment inclassable, ait attiré notre hautboïste. Brésilien attaché au folklore de son pays, Pascoal introduisit dans des mélodies superbes tous les ingrédients de l’époque : fusion, free, avec indéniablement ce sens du rythme et des couleurs propres à la musique sud-américaine. Jean Luc Fillon nous fait voyager dans un même morceau entre les musiques ethniques, les folklores de nos provinces (Poitou, Catalogne) ou d’Italie (Sardaigne, Piémont) mais aussi le jazz free ou le contemporain le plus XXème, reliés par des transitions qui nous paraissent naturelles alors qu’elles sont du domaine de la performance. C’est formidablement festif sur le « Chorinho pra ele » que nous avons tous en mémoire sans toujours savoir que c’est du Pascoal. Dans certains titres comme « Doce de Coco », ou « Carinhoso », le jazz apparaît très finement, avec un délicieux parfum de nostalgie : d’un coup, Oboman joue et swingue d’évidence. Notons enfin une rapidité vertigineuse, une virtuosité dans les sinuosités et les volutes, particulièrement dans les unissons, parfaits, avec la mandoline. Jean Luc Fillon a déjà pratiqué avec bonheur dans son CD précédent « Oboréades », le même procédé avec l’accordéon. Sa maîtrise instrumentale se révèle à ce moment là singulière. La synchronisation du rythme, de la justesse et du phrasé est parfaite, note à note, dans un style d’improvisation débridée. Un travail de réglage impressionnant. Un Cd à écouter rapidement. " Sophie Chambon Choros do Brazil a été sélectionné « CD de la semaine » par FIP.

Edu Miranda

Né en 1968 à São Paulo, Edu Miranda a baigné très tôt dans un environnement musical familier et intense, où la seresta et le chorinho occupaient une place de choix. À onze ans, il a eu son premier contact avec une mandoline, et, fasciné par le son de l'instrument, a décidé que celui-ci serait son principal moyen d'expression musicale. À douze ans, il rencontre Lendário Evandro, un des plus grands mandolinistes brésiliens. Evandro travaillait au Dell Vecchio, un grand magasin d'instruments de musique situé dans le centre de São Paulo, où la crème des musiciens de São Paulo avait l'habitude se réunir. Très rapidement, sa participation à des orchestres de Choros l’a incité à améliorer sa technique instrumentale. En sentant, néanmoins, que l'expression de son style exigeait une amélioration théorique et la connaissance d'autres langages musicaux, il a étudié l’harmonie et l’improvisation auprès de Rui Saleme (ex violoniste du Trio D'Alma) et Renata Montanari. Ces enseignements ont été fondamentaux pour le développement de sa propre expression musicale. En 1988, il part en tournée au Portugal, « la mère patrie » avec le groupe musical du théâtre "Haute Forêt", ayant l'occasion de connaître et d’apprécier divers musiciens de différents styles. Il part ensuite aux Pays-Bas, et y séjourne quelque temps. L’attrait de la découverte est là, mais la nostalgie « Saudade » de son Brésil natal l’incite à retourner au Brésil en 1990. En 1992, il repart pour Lisbonne, et commence à développer une intense activité d’arrangeur et producteur de plusieurs artistes du paysage musical portugais, et est sollicité comme mandoliniste auprès de divers groupes et musiciens : Mario Laginha et Maria João, Gilberto Gil, António Chainho, Pedro Jóia, Martinho du Village, Toninho Potager, Filipa Parents, Nico Assomption, Romanças, Réal Société, Je groupe Marambaia, … En 2003, il enregistre son premier compact disc en solo, intitulé "Choro de Longe". Ce disque est salué unanimement par les critiques musicales et bien accueilli par le public. Pour ce disque, Edu a collaboré avec Tuniko Goulart, ami de longue date, et aussi considéré comme l’un des plus grands guitaristes du moment.

Tuniko Goulart

I was born in southern Brazil, in Pelotas city, state of Rio Grande Do Sul, in 1967. In my family (mostly musicians), music was always present, in such a way with 11 years old I was the first and only professional musician recognized by the O.M.B, the Brazilian Musicians Order. From there on, many were the years travelling through Brazil, Uruguay and Argentina with many groups and with lots of musical genres. I’ve always had the luck to be invited to play in tours with musicians much more experienced and informed than me, all graduated in the “school of life”, and they taught me the art of comping. And that, at the time, wasn..t the notion I had about playing well, but the sound, the tranquillity and above all the rhythm got so into me that I delved through that eternal path. Thank you, “Popular Maestros". Either in tours or in studio recordings, I was proud to collaborate with musicians such as: Gilberto Gil, Martinho da Vila, Airto Moreira, Flora Purim, Arthur Maia, Vicente Amigo, Stanley Jordan, Jeff Berlin, Eric Sardinas, Cesária Évora, Antônio Chainho, Edu Miranda Trio, Giovani Goulart, Filipa Pais, Isabel Campelo, João Frade Trio, Real Companhia, Angola Brasil Trio, Paulinho Lêmos, Brisas, André Sarbib, along with many others ... - tuniko goulart ..


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Oboman : hautbois
Othello Ravez : Didgeridoo



Le didgeridoo est un instrument de musique à vent de la famille des cuivres, joué à l'origine par les Aborigènes du Nord de l'Australie ; son usage pourrait remonter à l'âge de pierre (20 000 ans). Didgeridoo, didjeridoo, didjeridu ou didjeridou, est un mot d'origine onomatopéique inventé par les colons occidentaux à partir du son de cet instrument. Le didgeridoo est généralement fabriqué à partir d'un tronc d'eucalyptus creusé naturellement dans toute sa longueur par des termites. Sa longueur varie de 100 à 180 cm, et son diamètre de 5 à 30 cm. L'embouchure est fabriquée en cire d'abeille pour la ramener à un diamètre facilement jouable autour de 30 mm.
Pour jouer du didgeridoo, le musicien fait vibrer ses lèvres comme pour un cor de chasse, cor des Alpes. Le son de base, le bourdon, est produit par une vibration continue des lèvres sur l'embouchure. Pour créer des mélodies, il existe cinq sortes de variations à partir du bourdon : variation de la hauteur du bourdon, amplification des harmoniques, accentuations rythmiques, vocalises, quintoiement (Toot). Dans les régions où il est culturellement représenté, le didgeridoo accompagne le plus souvent le chant et le jeu des claves. C'est un instrument réservé aux cérémonies et aux festivités. Le hautbois est aussi un instrument à vent, mais de la famille des bois ! Ses origines remontent à - 2800 ans en Mésopotamie. A partir de 1650, les familles Hotteterre et Philidor, facteurs d'instruments, compositeurs, musiciens membres de la Musique de la Chambre & de la Grande Écurie du Roy, font évoluer l'instrument, le divisant en trois parties, affinant la perce, ajustant le trou des notes et rajoutant des clefs. En abandonnant définitivement les «pirouettes» et les «capsules», ils imposent le contrôle de l'anche double par les lèvres pour exprimer toutes les finesses du son ; Ils sont considérés comme les créateurs du hautbois baroque. Le timbre des hautbois peut être extrêmement sonore ou au contraire très doux : une diversité qui n'a d'égal que la grande variété des instruments issues des différentes civilisations et des nombreuses cultures dans lesquelles il est encore utilisé actuellement : bombarde, cornemuse, gaïta, hichiriki, zurna, doudouk, tárogatós, shenaïs, nagasvarams et, pour les hautbois modernes ; musette, hautbois, hautbois d'amour, cor anglais, hautbois baryton, hautbois baroque et heckelphone.
En 1664, Jean-Baptiste Lully les intègre à « La Grande Écurie du Roy » de Louis XIV. Dès lors, le hautbois accompagne les fêtes, les opéras, les ballets de cour... Le XVIIIe siècle sera véritablement l'âge d'or du hautbois. La plupart des joueurs de didgeridoo et de nombreux hautboïstes utilisent la technique du souffle continu ou respiration circulaire. Celle-ci permet de jouer de longues phrases sans s'arrêter, même lors de l'inspiration. Le didgeridoo et le hautbois sont des instruments de fêtes et de cérémonies. Obothello reprend à son compte le principe universel du chant et de la basse continue (bourdon). L’univers sonore du duo s’élabore à partir de mélodies classiques, Jazz ou de chants traditionnels; un cantus firmus prétexte à de nombreuses variations et improvisations.
D’emblée, le large spectre sonore propre à ces instruments nous rappelle à l’ordre : fuir l’écoute sur MP3 ! Goûter pleinement à ce plain-chant sur de la Hi-Fi ou mieux… en live! Au-delà de la plénitude sonore du duo, le raffinement d’Obothello s’illustre dans de nombreuses inflexions des hauteurs, des jeux d'ornements, de subtiles séquences rythmiques, dans de vifs échanges… Une belle complicité !

Othello Ravez



Joueur de didgeridoo contemporain, multi-instrumentiste : guimbarde rajasthanaise, sanza africaine, percussionniste, chanteur voix- diphonique, Othello Ravez transporte les sonorités du monde jusqu’à vos oreilles. Depuis presque vingt ans, il étudie l’apprentissage traditionnel du yidaki (didgeridoo) et l’exploration occidentale de cet instrument le style « moderne-didge ». Animé par l’envie de fusionner la vibration et les rythmiques du didgeridoo aux musiques actuelles telles que le jazz, le blues, le rock, il a développé le projet Othello Ravez Trios.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Press

" La plénitude de sa sonorité confère à ses instruments –le hautbois et le cor anglais- une place dans le jazz à laquelle les anches doubles accèdent rarement."

Franck Bergerot

"Et les lieux se succèdent, parcourus avec un brin de nostalgie : le tout avec une vivacité éloquente, une virtuosité virevoltante, une expressivité et des nuances confondantes. Bref de la belle musique, très vivante."

Xavier Prévost-Les dernières nouvelles du Jazz

OBOMAN – NAVARRE - LULENDO "African Dream"

"Le percussioniste Xavier Desandre Navarre et le joueur de hautbois Oboman ont toujours fait montre, dans leurs multiples expériences musicales, d'ouverture et d'un goût très sûr. En Lulendo, chanteur Angolais à la voie suave et aux pouces véloces lorsqu'il joue du Quissange, ils ont certainement trouvé un partenaire à leur mesure. Mélodies douces et écoutes fraternelles à prévoir!"

Louis Julien Nicolaou - Télérama

JEAN-LUC FILLON – DIDIER ITHURSARRY "Paris by Song"

"Jean-Luc Fillon est un si bon joueur de hautbois ("oboe" en anglais) qu'on le surnomme Oboman! Dans son dernier album Paris By Song enregistré en duo avec l'accordéoniste Didier Ithursarry, il fait swinguer cet instrument au rythme du pavé parisien et promène son chant de cygne blessé de Belleville au Moulin Rouge, du Père Lachaise au Pont des Arts. Loin de la carte postale attendue, cette musique frappe par sa poésie très personnelle."

Louis Julien Nicolaou - Télérama

... le pas juste un peu pressé par l’énergie des soufflets de Didier Ithursarry et des anches d’Oboman. Alliance d’un banlieusard et d’un Basque, rien de plus cohérent pour rendre grâce à une ville-monde qui se persuade qu’elle résonne encore comme un village… La claudication bravache des basses de l’accordéon, qu’accompagnent les élégants entrechats de l’aristo hautbois sur le rêveur « Montmartre », en témoigne.... Chaque station, chaque détour est l’occasion de raconter une histoire, de décrire une atmosphère, de regarder Paris avec un œil extérieur. Celui de la chanson, rapide crayonné d’à peine cinq minutes qui laisse beaucoup de place à l’imagination. « Moulin Rouge » et ses pas qui arpentent le pavé, captés en field-recording, en est l’exemple : images suggérées, couleurs exacerbées… La rencontre entre Ithursarry et Oboman est ancienne, elle date des Oboréades qui s’inscrivait davantage dans une confrontation. Ici, les instrumentistes font cause commune. Celle de Paris ; mais elle sait aussi regarder ailleurs, n’est pas cosmopolite qui veut : ainsi « Casa Pepe », hommage à Paco de Lucia rappelle qu’Oboman aime tout autant l’Orient que le Brésil et tout ce qui offre des latitudes tropicales. Paris by Song est une lumineuse chimère qui commence à « République » et se termine à « Bastille » comme tous les messages d’espoir. On virevolte de morceaux en morceaux avec le sourire aux lèvres. Une magnifique promenade.

Franpi Barriaux-Citizen Jazz

"... le pas juste un peu pressé par l’énergie des soufflets de Didier Ithursarry et des anches d’Oboman. Alliance d’un banlieusard et d’un Basque, rien de plus cohérent pour rendre grâce à une ville-monde qui se persuade qu’elle résonne encore comme un village… La claudication bravache des basses de l’accordéon, qu’accompagnent les élégants entrechats de l’aristo hautbois sur le rêveur « Montmartre », en témoigne.... Chaque station, chaque détour est l’occasion de raconter une histoire, de décrire une atmosphère, de regarder Paris avec un œil extérieur. Celui de la chanson, rapide crayonné d’à peine cinq minutes qui laisse beaucoup de place à l’imagination. « Moulin Rouge » et ses pas qui arpentent le pavé, captés en field-recording, en est l’exemple : images suggérées, couleurs exacerbées… La rencontre entre Ithursarry et Oboman est ancienne, elle date des Oboréades qui s’inscrivait davantage dans une confrontation. Ici, les instrumentistes font cause commune. Celle de Paris ; mais elle sait aussi regarder ailleurs, n’est pas cosmopolite qui veut : ainsi « Casa Pepe », hommage à Paco de Lucia rappelle qu’Oboman aime tout autant l’Orient que le Brésil et tout ce qui offre des latitudes tropicales. Paris by Song est une lumineuse chimère qui commence à « République » et se termine à « Bastille » comme tous les messages d’espoir. On virevolte de morceaux en morceaux avec le sourire aux lèvres. Une magnifique promenade."

Franpi Barriaux-Citizen Jazz

Une escale en clunisois oboreades

"Pour Jean-Luc Fillon et Didier Ithurrsarry, le programme sera majoritairement celui du disque paru en 2012 (« Oboréades, 52ème Rue est) : des compositions des deux compères, plus l'explosif Bebe signé Hermeto Pacoal ; mais avec la vigueur renouvelée du jazz « sur le vif », car ces deux là n'aiment pas rejouer la partie à l'identique. Ici rayonnent toutes les couleurs du monde (et même de tous les mondes), dans une musique qui enserre la pulsation du new tango dans les volutes du jazz pur. L'accordéoniste ose un swing inflexible et un drive infernal, tandis que le hautbois de Jean-Luc Fillon nous régale d'un chorus résolument torride. Les mises en place sont millimétrées, mais avec une souplesse féline (dans Le Chat Pacha, entre autres). Ailleurs s'associent rythmes impairs et groove funky. Le public (votre serviteur inclus) est conquis, et son enthousiasme sera récompensé d'un rappel qui ne figure pas sur le disque, mais provient du répertoire de Jo Privat : Rêve Bohémien."

Xavier Prévost - Les dernières nouvelles du Jazz à Jazz Campus

Oboman FILLON & AQUARELA: « Choros do Brazil »

"Notons enfin une rapidité vertigineuse, une virtuosité dans les sinuosités et les volutes, particulièrement dans les unissons, parfaits, avec la mandoline. Jean Luc Fillon a déjà pratiqué avec bonheur dans son CD précédent « Oboréades », le même procédé avec l’accordéon. Sa maîtrise instrumentale se révèle à ce moment là singulière. La synchronisation du rythme, de la justesse et du phrasé est parfaite, note à note, dans un style d’improvisation débridée. Un travail de réglage impressionnant."

Sophie Chambon - Les Dernières Nouvelles du Jazz (30 juin 2013)

JEAN-LUC FILLON – DIDIER ITHURSARRY « Oboréades »

"De ce matériau Jean-Luc Fillon en fait une musique buissonnière, heureuse, virevoltante, la robe légère et le sourire aux lèvres. Les deux hommes s’écoutent, s’entendent et se comprennent admirablement. L’énergie domine les échanges et la couleur du son, la pâte harmonique tirée du mariage du Hautbois et de l’accordéon est carrément convaincante.

Mais la musique est belle. C’est une musique qui danse. Une musique emplie d’humanité et de fraternité. De ce duo où dominent l’écoute et le partage, le résultat est beau. Juste beau. Et se déguste sans modération."

Jean-Marc Gelin - Les Dernières Nouvelles du Jazz (décembre 2012)

JEAN-LUC FILLON – DIDIER ITHURSARRY « Oboréades »

"Une précision au-delà de ce qu’on pourrait imaginer. Une maîtrise inimaginable. Celle-ci leur permet toutes les audaces. C’est de toute évidence un très grand disque. D’aucuns s’interrogent pour savoir si c’est du jazz ou quoi d’autre. Je dirais que c’est une musique telle qu’elle transcende les catégories et les classifications. En ce sens, c’est aussi du jazz, mais pas seulement."

Michel Rebinguet - l’autre bistrot des accordéons (décembre 2012)

Jean-Luc FILLON "Oborigins", 3 ETOILES JAZZMAN - Mélodique

"Ce jazz nomade est une invitation aux voyages. Une ouverture sur le monde."

extrait de la chronique de Renaud Czarnes - Jazzman (janvier 2009)

Jean-Luc FILLON "Oborigins", conte des mille et une notes.

"La poésie voyageuse des mélodies écrites par Jean-Luc Fillon incite à l’empathie. Elle fonctionne à l’équilibre et à la plénitude; deux carburants fiables qui ne polluent pas l’esprit."

Yves Dorison - culturejazz.net (27 décembre 2008)

Jean Luc Fillon

"Jean Luc Fillon montre qu’il sait s’emparer d’une forme musicale en plasticien stylé, user de la paraphrase et de la variation, s’inspirer tout en détournant de façon pertinente, revivifier de façon astucieuse la tradition sans que l’on puisse un seul instant oublier l’original "

Sophie Chambon - JazzBreak (9 avril 2006)

La séduction et l’originalité de la musique de Fillon doivent évidemment beaucoup à l’instrument qu’il utilise, le cor anglais, hautbois ténor en fa. Jean-Luc nous donne avec audace et virtuosité de nouvelles façons de l’aimer.

Claude Carrière - France Musiques (février 2006)

"Jean-Luc Fillon a certes imposé des instruments peu utilisés en Jazz; il a surtout créé une couleur orchestrale inédite, toute de sensualité et de pulsation."

Stéphane Carini - JAZZMAN (n°Octobre 2004)

"Dans un tel contexte, la mobilité du jeu du hautboïste (de la ductilité la plus fraîche aux sonorités étranglées que s’autoriserait un sopraniste), l’éventail de couleurs et de nuances qu’il déploie, la clarté de ses idées s’imposent d’autant plus qu’elles sont soutenues par un accompagnement à la fois attentif et délicat."

Stéphane Carini - JAZZMAN (n°janvier 2004)

"N’écoutez pas J-Luc Fillon en pensant qu’il joue d’un instrument peu utilisé en Jazz. Il n’a pas besoin de ce genre "d’indulgence", son talent de compositeur et d’improvisateur fait rapidement oublier l’instrument. Dès la première plage, on est sûr que J-L F. sait de quoi il parle et qu’il maîtrise tous les aspects essentiels de la musique de Jazz, sans parler de sa technique instrumentale au dessus de tout soupçon."

Martial Solal (disque "OBOA" avril 2003)

Oboman plays Cole Porter

"Belle invitation que ce Begin the night (en fait une contraction de « Begin the Beguine » et «Night & Day» ) que nous propose Oboman (Jean Luc Fillon) pour son nouvel album en trio après 7 disques en leader. Il s’agit de rendre hommage cette fois au musicien poète de Broadway, Cole Porter qui disparut il y a juste 50 ans. Et d’ailleurs par une élégance suprême, l’album sortira le 15 octobre, date de la disparition de cet auteur prolifique génial.
Tout le monde connaît Cole Porter, même les plus jeunes et ses chansons ont fait le tour de la planète, des années vingt aux années cinquante, gravées dans les mémoires dans l’interprétation qui les rendit célèbres, à Hollywood. Prenez Marilyn pour « My Heart Belongs to Daddy » dans Let’s Make Love ou Fred Astaire pour « Night and Day » dans l’une de ses séquences les plus «glamour» avec Ginger Rogers dans The Gay Divorcee. Parfois on ne sait pas qu’il s’agit de lui, mais le plus souvent, le titre est sur le bout de la langue... ce qui est arrivé à Oboman lui-même avant de reconnaître « Easy to love » et d’ajouter non sans humour que « Love is everywhere » ...chez Cole Porter, même si l’on pourrait ajouter qu’il s’agit aussi d’amour vache, désespéré ou désespérant comme dans “Love for sale”, “What is this thing called love?” Cole Porter savait utiliser la musique pour mordre à la réalité qui pouvait lui échapper, se révélant souvent vulnérable, étrangement familier. Disposant d’une solide formation classique, Cole Porter a vite aimé le jazz, la musique de l’époque et s’est particulièrement illustré dans la comédie musicale avec de grands succès à Broadway comme Anything goes.
Douze titres, parmi des centaines de chansons, le choix a du s’avérer difficile pour le trio sans rythmique composé de Joao Paulo au piano, Fred Eymard à l’alto (il s’agit de violon) et Jean Luc Fillon pour le hautbois. « Un trio à l’instrumentation romantique pour servir le lyrisme du poète de Broadway », qui fait résonner le classique dans le jazz, la musique savante du XXème siècle.
Avec le souvenir de ce musicien, commence une histoire... Même si les mélodies demeurent, les harmoniques sont revisitées et les arrangements sont suffisamment rythmiques pour entraîner sur la piste et inviter à la danse... C’est une des caractéristiques de la musique de Cole Porter, il n’y a donc aucun faux-sens dans ce parcours impeccablement cohérent, qui transforme les standards coleportiens en les réadaptant au style particulier d’Oboman. Amoureux du timbre si original du hautbois, Jean Luc Fillon a choisi de servir l’instrument - dont il est capable de tout obtenir, en en repoussant les limites, dans un autre contexte que celui du répertoire classique. Sans rejouer ces chansons en « revivaliste », Oboman réussit à adapter le monde brillant de l’auteur, superficiel en apparence et léger. Pas du tout opposé à la tradition américaine, le trio la fait revivre, mais différemment. C’est beau, c’est autre chose et en même temps c’est encore du Cole Porter, évoqué de façon lumineuse. S’arracher à la continuité du temps, pour mieux s’y replacer. Voilà vraiment une façon de le revisiter dignement. Quoi de plus jazz dans cette attitude ? Respect."

Sophie Chambon - Les Dernières Nouvelles du Jazz (15-10-2014)

__

Oboman FILLON & AQUARELA: « Choros do Brazil »

"Jean Luc Fillon continue à exploiter le filon des particularismes musicaux et à braconner sur les terres de l’improvisation en adaptant cette fois le répertoire très particulier des choros du Brésil, à savoir l’une des premières formes musicales qui présente quelques parallèles avec le jazz, puisqu’il s’inspire d’une danse afro-brésilienne ancienne, le lundu. Au début du XXème siècle, le choro se trouva en relation étroite avec d’autres styles voisins nord américains, ragtime et dixieland. D‘où l’adjonction de trombones, saxophones, percussions… les ensembles de choros étant donc à géométrie variable.
A la rencontre de deux styles musicaux, la musique classique romantique qu’il a pratiqué à un très haut niveau et le jazz qui l’a séduit pour sa liberté, son rapport au rythme, Jean Luc Fillon est avant tout intéressé par la recherche d’un son et d’un phrasé très personnels. Il peut les développer dans la forme du choro, dont la cellule de base, le « terno », s’articulant autour de bois et de cordes, a une métrique à deux temps en forme de rondo, marquée de syncopes et de modulations harmoniques caractéristiques. Le hautbois se glisse donc ici à la place de la flûte, et reprend le rôle d’instrument mélodique avec la mandoline brésilienne ( le bandolim), la guitare ayant un rôle harmonique et rythmique.
Les choros, de tradition orale à l’origine, se retrouvent au cœur de musiques populaires beaucoup plus connues comme la samba ou la bossa nova. La danse n’est jamais très loin, en dépit de l’étymologie (« chorar » signifie « pleurer ») : les choros sont plutôt conçus sur un rythme joyeux et enlevé qui a ses origines dans la valse, la polka, certaines danses européennes… Le métissage n’est donc pas un mot galvaudé.
Dans cet album en trio, notre Oboman s’entoure de nouveaux complices, brésiliens cette fois-ci donc : le guitariste Tuniko Goulart et le mandoliniste Edu Miranda. Le répertoire d’Aquarela, sorti chez Buda Musique, parcourt entre autres des compositions de Vinicius de Moraes, de Pixinguinha et d’Hermeto Pascoal. Il n’est pas étonnant que l’univers décalé et joyeux de ce poly-instrumentiste fou, vraiment inclassable, ait attiré notre hautboïste. Brésilien attaché au folklore de son pays, Pascoal introduisit dans des mélodies superbes tous les ingrédients de l’époque : fusion, free, avec indéniablement ce sens du rythme et des couleurs propres à la musique sud-américaine.
Jean Luc Fillon nous fait voyager dans un même morceau entre les musiques ethniques, les folklores de nos provinces (Poitou, Catalogne) ou d’Italie (Sardaigne, Piémont) mais aussi le jazz free ou le contemporain le plus XXème, reliés par des transitions qui nous paraissent naturelles alors qu’elles sont du domaine de la performance. C’est formidablement festif sur le « Chorinho pra ele » que nous avons tous en mémoire sans toujours savoir que c’est du Pascoal. Dans certains titres comme « Doce de Coco », ou « Carinhoso », le jazz apparaît très finement, avec un délicieux parfum de nostalgie : d’un coup, Oboman joue et swingue d’évidence. Notons enfin une rapidité vertigineuse, une virtuosité dans les sinuosités et les volutes, particulièrement dans les unissons, parfaits, avec la mandoline. Jean Luc Fillon a déjà pratiqué avec bonheur dans son CD précédent « Oboréades », le même procédé avec l’accordéon. Sa maîtrise instrumentale se révèle à ce moment là singulière. La synchronisation du rythme, de la justesse et du phrasé est parfaite, note à note, dans un style d’improvisation débridée. Un travail de réglage impressionnant.
Un Cd à écouter rapidement."
Sophie Chambon - Les Dernières Nouvelles du Jazz (30 juin 2013)
__

Jean Luc Oboman FILLON & Didier ITHURSARRY: « Oboréades »

"Avec l’alliance du hautbois et du « piano à vent », Jean Luc « Oboman » Fillon continue à jouer -et son parcours nous le prouve- avec l’originalité de cet instrument, hors contexte classique, privilégiant les particularismes musicaux, toujours à la recherche d’un son, d’un phrasé personnels. Musicien audacieux, il ose se frayer un chemin au cœur de tous les possibles, attiré par l’aventure. Et chaque album en est une nouvelle preuve, multipliant les rencontres, les essais, les recherches. Pour l’élégance du jeu, l’équilibre des voix, la couleur et la subtilité de l’anche double. Oboréades réunit cette fois Jean Luc Fillon à l’accordéoniste Didier Ithursarry . Oboréades, dans la mythologie est lefils de Borée (vent du Nord) avec Erythie qui souffle du sud, et il peut à loisir se transformer de simple brise fraîche en tornade.
Dans cet album, la combinaison de deux timbres originaux et particulièrement inusités en jazz ne nous surprendra pas, mais il ne s’agit pas de world music, avec effets exotiques. Cultiver l’originalité en soi n’a rien de remarquable, beaucoup de musiciens du classique et du contemporain ont tenté de sortir de leur territoires drastiquement délimités mais quand cette recherche se réalise dans un contexte adapté et insolite, après une véritable réflexion musicale, on atteint l’exception et le résultat tout à fait époustouflant confirme une intelligence musicale hors norme. Ça groove grave entre eux deux qui savent intégrer de multiples influences en un entrelacs harmonique subtil.
Dès le premier morceau « Les lavandières », nous en avons la preuve : l’album démarre sur un formidable unisson accordéon /hautbois, une petite prouesse technique. Dans « Sconclusione » au cor anglais, plus sombre et moelleux, Jean Luc Fillon se jette avec le soutien de l’accordéoniste en contrepoint, qui commente et pimente leur dialogue. Le « Chat pacha » tout en allitération, au tempo rapide, tourbillonne avant que « Frecciarossa » ne réveille subtilement quelques effluves de chansons napolitaines. Sur « Double Scotch », toujours enlevé, composition de Hermeto Pascoale, le hautbois se pête à une montée « en broderie » raffinée, brillante tout simplement. Et quant au traitement du tube « Bebe » de l’incroyable Hermeto Pascoal au « look d’albinos barbu et chevelu », le hautboïste arrive à jouer, toujours aussi rapide et leste sur des rythmes différenciés. Ainsi cette promenade qu’il nous offre est-elle pleine d’imprévus. On ne sait jamais où ces deux là nous entraînent mais on se laisse embarquer bien volontiers, confiants. Quand le talent est là…"
Sophie Chambon - Les Dernières Nouvelles du Jazz (30 juin 2013)
__

JEAN-LUC OBOMAN FILLON – DIDIER ITHURSARRY « Oboréades »
"Sortir un CD de plus de 60 minutes et 13 titres avec l’association insolite d’un hautbois (ou d’un cor anglais) et d’un accordéon, est un pari suffisamment fou pour qu’il éveille notre curiosité. Le mariage des timbres de ces instruments unis par la vibration, le souffle et l’air, fonctionne à merveille, surtout lorsqu’il est porté par des instrumentistes aussi exceptionnels que Fillon et Ithursarry. Deux musiciens qui se connaissent bien et savent instaurer un remarquable dialogue porté par une bouillonnante alchimie. La musique est suffisamment riche et dense pour que l’absence de section rythmique ne se fasse pas sentir – elle propose parfois des unissons enivrants et fougueux qui remplissent l’espace sonore (Le Chat Pacha) mais sait aussi utiliser le silence et la ponctuation (Sconclusione). Le choix du répertoire permet de varier les atmosphères en équilibrant les compositions ce chacun et les reprises, toutes pertinentes, comme l’entraînante valseBornéo de Claude Barthélemy, les célèbres Double Scotch de Marcel Azola et Bebê d’Hermeto Pascoal et le méconnu et subtil The Aerie de Peggy Stern. Le souffle continu et varié d’ « Oboréades » ne pourra que distiller chaleur, séduction et étonnement à vos oreilles engourdies par l’approche de l’hiver."
Lionel Eskenazi - Jazzman (décembre 2012)
__
JEAN-LUC FILLON – DIDIER ITHURSARRY « Oboréades »
"Jean-Luc Fillon (dont la patronyme n’a rien à avoir avec le célèbre empêtré) est un garçon résolument gonflé. Et audacieux ! Non contant d’avoir apporté depuis quelques années et avec brio, la preuve que le hautbois (oucor anglais if you prefer) n’était pas un instrument réservé aux baroqueux mais qu’il pouvait créer de nouvelles sonorités dans le jazz ( cf. son travail sublime sur Duke Ellington), non contant de se monter fort audacieux disais-je, Jean-Luc Fillon est aussi casse cou. Car il faut avoir une petite dose de folie pour oser s’engager dans une formule fort exigeante en duo Hautbois/Accordéon.
Et force est de constater que l’on ne peut manquer d’être impressionné par la qualité musicale de ce que ces deux-là proposent. Ça joue à haut, très haut niveau. En grande partie, la performance résulte de l’appropriation d’une écriture magnifique signée soit de l’accordéoniste, de Fillon lui-même mais aussi de Claude Barthélemy, Marcel Azzola, Hermeto Pascoal ou encore Peggy Stern. De ce matériau Jean-Luc Fillon en fait une musique buissonnière, heureuse, virevoltante, la robe légère et le sourire aux lèvres. Les deux hommes s’écoutent, s’entendent et se comprennent admirablement. L’énergie domine les échanges et la couleur du son, la pâte harmonique tirée du mariage du Hautbois et de l’accordéon est carrément convaincante.
Pour autant l’exercice impose un partage des tâches un peu unilatéral. Jean-Luc Fillon, en gourmand épicurien de la musique s’y jette à corps perdu dans des arrangements très serrés et denses où la répartition des rôles, un peu contrainte par le registre des instruments ( difficile en effet pour le hautbois de jouer les lignes de basse) est du coup un peu unilatérale confiant aux sinuosités du hautbois les lignes mélodiques et les improvisations (exceptionnelles) et à l’accordéon la chaleur des harmonies et la ponctuation rythmique.
Mais la musique est belle. C’est une musique qui danse. Une musique emplie d’humanité et de fraternité. De ce duo où dominent l’écoute et le partage, le résultat est beau. Juste beau. Et se déguste sans modération."
Jean-Marc Gelin - Les Dernières Nouvelles du Jazz (décembre 2012)
__
Jean-Luc oboman Fillon et Didier Ithursarry « Oboréades »
"C’était le troisième et dernier jour du festival "Bouteille en bretelles", à Bourg Saint Andéol. En fin de matinée. Un ciel d’une pureté absolue. Une église aux murs nus. J’ai déjà dit le haut niveau de ce festival, mais, pour nous, le duo de Jean-Luc Fillon et Didier Ithursarry en fut l’apogée. Ils avaient pour nom : "Duo Illico". A l’issue du concert, ils nous avaient dit leur projet de sortir un disque en 2012. C’est fait. Son titre ? "Oboreades".
On a reçu cet album samedi; on l’a écouté à plusieurs reprises et c’est un vrai bonheur. Plusieurs titres (3/13) sont signés de Didier Ithursarry, d’autres de J.-L. FIllon (5/13), d’autres encore de Maurizio Giammarco, de Claude Barthélémy, de Marcel Azzola, d’Hermeto Pascoal et de Peggy Stern. Mais, en fait, quel que soit le morceau, mon impression dominante a été la même, par delà les différences propres à chaque composition : une ligne claire tracée par Jean-Luc Fillon et l’accordéon qui vient y ajouter de la perspective. Une précision au-delà de ce qu’on pourrait imaginer. Une maîtrise inimaginable. Je n’ai pas dit virtuosité, un terme qui pour moi connote toujours une habileté vaine, dénuée de signification; j’ai bien dit maîtrise, au sens où celle-ci leur permet toutes les audaces. C’est de toute évidence un très grand disque. D’aucuns s’interrogent pour savoir si c’est du jazz ou quoi d’autre. Je dirais que c’est une musique telle qu’elle transcende les catégories et les classifications. En ce sens, c’est aussi du jazz, mais pas seulement."
Michel Rebinguet - l’autre bistrot des accordéons (décembre 2012)
__
JEAN-LUC FILLON – DIDIER ITHURSARRY « Oboréades »
"Jean-Luc Fillon a donné ses lettres de noblesse au hautbois de jazz en France. C’est en quelque sorte notre Yusef Lateef. Son sens de l’improvisation, l’équilibre du phrasé, ses possibilités illimitées garantissent des prestations d’une qualité supérieure. Tout le monde s’arrache sa collaboration. Lui-même sucite une pléiade de groupes. Du coup, le voilà dans une multitude de configurations. Allez écouter, par exemple, à l’Auditorium St-Germain, le projet Echoes of Freedom avec Mark Feldman, François Mechali et Ramon Lopez! Du pur bonheur. En attendant, ouvrez le dernier disque en duo avec l’accordéoniste Didier Ithursarry. C’est un coffre aux merveilles."
Bruno Pfeiffer - Ça va jazzer (novembre 2012)
__

Master Class de Obo-Super-man Alias Jean-Luc Fillon

"Depuis fort longtemps nous avions l’idée avec Jérôme d’inviter Jean-Luc Fillon pour une master class au CNSMD de Lyon. Nous avons pu réaliser ce projet au début Mars de cette année. Le profil et le parcours artistiques de Jean-Luc nous séduisaient particulièrement : un musicien « Jazz » d’une formation initiale classique sur un instrument comme le hautbois qui n’est pas forcément réputé pour ses facilités d’adaptation à ce répertoire nous intriguait.
Ce fut une master class réellement exceptionnelle ! Un grand moment de pédagogie fondé sur une expérience et une évolution personnelle pleine d’humilité et de recherches sur des horizons musicaux larges et riches de diversités.
J’ai eu, il y a quelques années, le grand honneur de donner quelques conseils à Jean-Luc lorsque, encore étudiant, il se destinait à une carrière totalement classique. J’ai retrouvé un Maître ! Son chemin artistique, si ouvert et dynamique, lui a permis d’évoluer très vite en pratiquant quelques principes essentiels tels que l’oralité et l’improvisation que le répertoire classique et la manière dont il est généralement transmis ne met pas en priorité.
Ses démonstrations ciblées, efficaces et directes, agrémentées d’exercices ludiques ont captivé et convaincu aussi bien les étudiants que les professeurs ! Je pourrais disserter encore durant de longues lignes sur tous les sujets que Jean-Luc a pu aborder durant son séjour parmi nous, mais jamais je ne pourrai être aussi convainquant que l’artiste lui-même.
Je ne peux que conseiller à mes collègues de l’inviter dans leurs classes. Ils vivront un moment inoubliable tant sur les points artistiques et pédagogiques que sur le plan humain. Un grand merci à Maître Fillon qui va très vite nous rendre visite de nouveau !"
Jean-Louis Capezzali - Professeur CNSMD de Lyon et HEM de Lausanne,
ex soliste à l’Orchestre Philarmonique de Radio France
Jérôme Guichard - Professeur CNSM de Lyon, soliste à l’Orchestre National de Lyon
A Propos du projet « Oboa Nomade» de Jean-Luc Fillon avec L’Ensemble de Basse-Normandie en Mai 2011
"Dans le domaine du spectacle vivant, le métissage culturel est très à la mode : parfois l’échange se produit, mais souvent il n’y a que juxtaposition, le "musicien du monde", la "vedette", se servant des "musicos" classiques pour avoir un tapis de cordes sur lequel briller. C’est pourquoi la rencontre d’il y a 15 jours avec Jean-Luc et son trio fut un moment musical et humain exceptionnel, qui restera gravé dans la tête de tous les musiciens de l’orchestre (pour preuve les sms de contentement reçus après les concerts).
Nous fûmes d’abord conviés, sans obligation, à 2 jours d’atelier d’improvisation; la pédagogie généreuse et adaptée à chacun nous mit l’eau à la bouche, et nous apprit beaucoup. Quelques collègues et moi relevèrent le défi de faire un petit chorus pendant les concerts (fou que je suis!!!). Dès la première demi-heure de répétition, nous avons pu goûter la qualité des arrangements, mettant chacun en valeur. L’équilibre acoustique se fit sans avoir besoin de mettre un micro à chaque pupitre: la mayonnaise avait pris.
Que dire du talent de Jean-Luc: une technique transcendante au service d’une forme où le bavardage stérile est proscrit, ainsi que le catalogue d’effets. Pourtant le "maître "connait les micro-intervalles, les multiphoniques, etc… il les utilise à bon escient avec un son puissant mais jamais dénaturé : Invention, sensibilité : Du grand Art, je vous dis. Idem pour ses amis, João Paulo, Jarrod Cagwin et Bruno Rousselet.
Mon voeu le plus cher est de pouvoir rejouer ce programme qui enchanta le public et les musiciens par sa qualité et son originalité."
Alain Hervé, Hautbois solo de L’Ensemble de Basse-Normandie.
__

ON THE REED AGAIN: JAZZ OBOE AND JAZZ BASSOON

Jean-Luc Fillon, oboe and English horn; Michael Rabinowitz, bassoon;
Michael Felberbaum, guitar; Bruno Rousselet, bass; Karl lannuska, drums.
When Parisian jazz oboist Jean-Luc Fillon and New York bassoonist Mike Rabinowitz met in Texas in 2005, they soon realized that from both sides of the continent they had a similar goal: to bring the double reed instruments into mainstream jazz. This CD attests to the success of their endeavor. The result is a very fine CD featuring both these artists together in a nifty album of finely conceived and performed swinging jazz at its very best!
Most of the works on the CD are either by Jean-Luc, or Michael, with a couple by guitarist Michel Felberbaum and one by Peggy Stern, an interesting ballad entitled The Aerie, thrown into the mix. The style is generally cool, modern East Coast jazz, with lots of improvisation by all members of the ensemble, most especially Jean-Luc and Mike.
I particularly liked Jean-Luc’s Spick and Span which opens the album, with it single melody “unison” in perfect 4ths and Mike’s nice, warm ballad For Jean-Luc, with its nice contrapuntal interplay between the instruments, along with it’s nifty bass solo; but there isn’t a dull or contrived piece anywhere in the 11 separate compositions. Instead it is inspired and fun jazz at its finest. It is obvious that these guys really love playing together. Occasionally, Jean-Luc picks up the cor Anglais and is able to improvise with the same great talent and knowledge he exhibits on the oboe. Both performers, moreover, “get down and dirty” (multiphonics, etc.) in Jean-Luc’s Les 100 Ciels! For tonal color, the best cut on the album is Mike Felberbaum’s Boody, featuring beautiful improvisations by both bassoon and guitar, along with some lovely English horn-guitar counterpoint in the intro and the conclusion. And so it goes throughout this lovely highly colorful CD, right to the last cut, which is a cute improv for English horn and bassoon alone-nice final touch.
I think it is interesting to note that it was the French, through such composers as Stravinsky (a Russian, but living in Paris), Milhaud, and Ravel, to name just a few who first recognized the newness and power of jazz and began incorporating into their own music. Jean-Luc carries this “torch” into the present. “Vivre la France!” In many ways this recording is a unique “first” by featuring virtually the entire family of double reed instruments as the front line in a jazz recording. Let’s hope that more is forthcoming from these guys in the future!
To those double reeders among us who would like to give jazz a try, I suggest that they use this beautifully recorded, beautifully performed CD as a primer or teaching tool for your own double reed jazz endeavors. There is much to hear and learn from in the fine CD!
Rating: 3 ½ Crows
Ron Klimko - International Double Reed Society Quarterly Journal (2009, Vol.32 No.3)
__
Jean-Luc Fillon - On the Reed… Again!
Un disque de "vrai" jazz actuel réunissant comme principaux solistes hautbois et basson mérite une attention particulière tant ces deux instruments s’aventurent rarement hors des territoires des musiques classique et contemporaine, cette aventure n’étant pas sans risques : risque du musicien classique "débarquant" dans le jazz sans langage ni culture, risque du musicien de jazz bricolant sur ces instruments difficiles un jeu approximatif, voire caricatural. Le Français Jean-Luc Fillon et l’Américain Mike Rabinowitz ne sont heureusement à ranger dans aucune de ces catégories. Spécialistes amoureux de leur instrument (auquel s’ajoute naturellement le cor anglais chez Fillon), ils ont pris le temps de développer d’authentiques qualités d’improvisateurs sur la base d’une solide technique classique. La musique proposée, intelligente synthèse entre modalité (Lateef) et jazz moderne (Mintzer, Quest…) est ni plus ni moins envoûtante. La combinaison des deux timbres, riches et serrés, apporte évidemment son lot de mystère mais, et là se situe la vraie réussite, notre intérêt ne repose qu’en partie sur la présence de cette étrange paire instrumentale : le discours tissé au gré des dix compositions originales est solide, énergique et inspiré, loin de tout cliché exotico-instrumental.
Eric Quénot - Jazz Magazine (juin 2009)
__
Jean-Luc Fillon - On the Reed… Again!
Le hautboïste de jazz vient de signer le disque le plus décisif de son audacieux parcours musical.(…)
Ce quintet franco-américain baptisé « On the Reed… Again! » interroge avec des arguments sonores jamais entendus une certaine idée du jazz contemporain, intense, inventive et fraîche, aidé en cela par l’engagement total de ses musiciens.(…)
Jean-Luc CARADEC - La Terrasse (avril 2009)
__
Jean-Luc Fillon - On the Reed… Again!
Même s’ils y font quelques incursions, hautbois, cor anglais et basson restent des cousins éloignés dans la famille du jazz. Jean-Luc Fillon côté hautbois et cor, et Michael Rabinovitz côté basson les rassemblent pourtant avec bonheur dans ce On the Reed… Again auquel leurs timbres donnent une personnalité inédite et séduisante…
extrait de la chronique de Yann Mens - La Croix (14 février 2009)
__
Jean-Luc Fillon - On the Reed… Again!
Cet album, qui rassemble le bassoniste new-yorkais Mike Rabinowitz, le guitariste Michael Felderbaum, le contrebassiste Bruno Rousselet et le batteur Karl Jannusha, développe un discours musical à grand pouvoir de séduction, fait de morceaux très travaillés, et dont l’originalité tient peut-être davantage à la forme qu’au fond.
Un discours - un parcours plutôt, comme le suggèrent titre et pochette – qui tire en effet sa singularité de la présence du hautbois et du basson, puisque ces deux instruments ne font qu’exceptionnellement partie des formations de jazz. L’approche est moderne, décontractée et groovy. Les morceaux, tous très aboutis, sont exclusivement composés par les membres du groupe et tirent visiblement leur grande richesse de nombreuses influences parfaitement assumées et intégrées, flirtant même par moments avec le free (le titre Kairos). Mais tous développent des phrasés mélodiques s’étirant en de longues plages d’une savante construction.
J’aime tout particulièrement Spick & Span et son intro tendue, aux accents coltraniens. Le titre Anandepossède quant à lui un petit quelque chose d’un bon morceau de Weather Report, dans sa construction et ses accords. On ne s’étonnera pas de trouver sur ce disque quelques belles ballades (The Aerie, For Jean-Luc), auxquelles les timbres sombres du hautbois et du basson confèrent une saveur parfois mélancolique, voire tragique (en particulier sur la très belle mélodie Booty, et sur Twin Flowers – In memoriam 11 septembre 2001). Sur Les 100 Ciels, J.-L. Fillon et M. Rabinowikz développent avec leurs bois respectifs un entrelacs harmonique complexe et inventif que complète soudain une digression guitaristique qui n’est pas sans évoquer Mike Stern ou Pat Metheny.

Voilà donc une musique plutôt bien faite et accessible, portée par des musiciens qui semblent s’amuser - notamment sur un titre tel que Vertigo, dont on citera en exemple l’excellence quasi irrépressible de la section rythmique.
Technique :
Tous les moyens humains et techniques ont été rassemblés pour que cet album sonne. Les timbres originaux qui s’y développent sont captés et retranscrits de manière simple et directe, avec beaucoup de présence et de propreté. Bruits de clés du basson, souffle du hautboiste, mordant du contrebassiste et frappe du batteur, tout est reproduit en vraie grandeur !
Christian Izorce - ECOUTEZ Voir
__

Oborigins

« Oborigins » est un audacieux projet musical sur le thème du voyage, réunissant autour de l’hautboïste et poly-instrumentiste Jean Luc Fillon, son compagnon de route, le pianiste João Paulo, le percussionniste américain Jarrod Cagwin et en invité spécial, le contrebassiste Michel Benita. Basé sur la forme du trio « Oboa » de Jean Luc Fillon, cet alliage unique entre hautbois, piano et percussions ouvre une porte vers une géométrie instrumentale tout à fait inédite en son genre, déjà par l’absence d’une batterie, pas si indispensable finalement. Ce disque de compositions du leader débute par une œuvre inattendue (« Miss Shanghai »), en hommage, comme nous raconte Jean Luc Fillon dans ses liner-notes, à cette nouvelle Byzance du XXIe siècle qu’est la ville de Shanghai. Une composition étrange par les chromatismes de sa mélodie. Dès les premières mesures se décline une atmosphère relativement coltranienne, emprunt de sagesse harmonique européenne mêlée à de subtiles évocations modales orientales. S’en suit un langoureux arrangement de « Bemsha swing » (intitulé simplement « Bemsha » sur le disque), le célèbre thème de Thelonious Monk. La maîtrise instrumentale est totale, surtout dans cette intro magistrale de la danse intitulée « Miss Trall » (petit clin d’œil au vent qui décoiffe les gens du sud). La poésie y atteint son comble. Cette fresque imaginaire est l’œuvre de quatre créateurs au service d’une incontestable alchimie sonore. Une autre danse, cette fois sous le nom de « Poseïdos », nous emmène avec panache sur les routes de l’explorateur Marco Polo et de tous les aventuriers du monde. Mais alors que le calme se réinstalle de tout son poids, c’est avec méditation qu’il nous enchante (« Pagode »). Cette apaisante improvisation laisse place ensuite à la revisite d’un pavé de la Musique contemporaine, « Eternal Child », à l’origine une composition de Chick Corea pour son Elektric Band en 1988. Après tant d’audace, il fallait revenir à la chair, aux plaisirs humains de la séduction d’un Boléro empli de saveurs exquises (« Bolero for João »). A noter l’extrême sensualité du pianiste João Paulo qui met au service du groupe toute la subtilité d’un improvisateur parfaitement conscient de la dynamique de son instrument. Il faut aussi souligner la remarquable assise rythmique du percussionniste Jarrod Cagwin qui ajoute par son talent des couleurs orientales à ces magnifiques compositions qui nous sont offertes. Dans les fonctions attribuées à chaque instrument, il ne fait pas de doute que le rôle du hautbois laisse entrevoir une certaine ressemblance au rôle aérien d’un saxophone à sein d’un tel projet musical, sans pour autant dénigrer le défi que relève, haut la main, notre protagoniste. Aussi, la présence d’anches doubles sur cet instrument originaire de Mésopotamie y est un atout supplémentaire dans le franchissement des frontières. Pour clôturer cet album de Jazz aux influences méditerranéennes, les musiciens terminent par un morceau au tempo relevé, intitulé « Druidos », révélant une dernière fois notre allégresse à l’écoute d’un tel disque.
Tristan Loriaut - lesdnj.com
__
Jean-Luc FILLON "Oborigins", 3 ETOILES JAZZMAN - Mélodique
Les amoureux de mélodies bien troussées, de jazz soyeux et généreux (sans jamais passer en force à travers les tympans) pourront se réjouir de la sortie de cet enregistrement de l’hautboïste et joueur de cor anglais Jean-Luc Fillon. Entouré de musiciens en empathie, il nous offre une promenade musicale raffinée magnifiquement enregistrée…
les compositions, toutes écrites par le leader constituent de remarquables tremplins pour l’envol des solistes…
Ce jazz nomade est une invitation aux voyages. Une ouverture sur le monde.
extrait de la chronique de Renaud Czarnes - Jazzman (janvier 2009)
__
Oborigins nous transporte vers l’Orient, pour explorer sa dimension originelle…
un monde primitif riche en couleurs modales, dansant comme une flamme, un monde presque enchanté où la vie s’exprime spontanément…
la musique de cet album est décidément chatoyante, tout comme le jeu de Jean-Luc Fillon. Sa sonorité est à la fois proche et lointaine du saxophone soprano, mais son originalité réside plutôt dans le phrasé : il exploite avec bonheur toute une gamme d’ornements et de mélismes. De quoi donner des idées à tous les instrumentistes!
extrait de la chronique de Martin Guerpin - Jazz Magazine (janvier 2009)
__
Jean-Luc FILLON "Oborigins", conte des mille et une notes.
Sur son site Jean-Luc Fillon cite cette phrase de Tchekhov : "Autrefois, je considérais que chaque original était un malade et un anormal, mais à présent, je considère que l’état normal d’un homme est d’être un original." Il en va de même de l’état normal des disques que nous écoutons; ils se doivent d’être originaux, sous peine de lasser. Et ils sont rares ceux qui tiennent dans la durée, qui retiennent l’oreille avec ce je-ne-sais-quoi et ce-presque-rien qui font, depuis toujours, la différence.
Oborigins est de ceux-là. L’alchimie entre les instrumentistes est patente. Sans coup férir, elle s’impose, parcourt l’ensemble de l’enregistrement. Jean-Luc Fillon, Joao paulo, Jarrod Cagwin et Michel Bénita, narrent une indescriptible histoire aux accents pluriels. Qu’ils reprennent Monk et Corea ou s’immergent dans des compositions aux inflexions méditerranéennes, qu’ils puisent au classicisme ou s’en démarquent, ils intègrent l’auditeur dans leur univers avec une aisance désarçonnante, le captivent au sein d’un espace kaléidoscopique où se succèdent les impressions oniriques d’une aventure non pareille, nourrie de diversité. La poésie voyageuse des mélodies écrites par Jean-Luc Fillon incite à l’empathie. Elle fonctionne à l’équilibre et à la plénitude; deux carburants fiables qui ne polluent pas l’esprit.
Écoutez donc ce conte des mille et une notes, il brille d’un lustre nitescent. A moins que vous ne choisissiez de parcourir ce tour d’un monde en 33 tours; les détours valent le périple.
Yves Dorison - culturejazz.net (27 décembre 2008)

__

HAUTBOIS NOMADE

le hautboïste Jean-Luc Fillon conclut ses trois années de résidence "fructueuse et prolifique" par une création, le temps d’un long week-end dédié au "Hautbois Nomade", avec masterclasses, expositions, concerts impromptus et récital classique… Associer son trio jazz à un orchestre symphonique, le hautboïste "polyglotte" aura jusqu’au bout profité du soutien de l’Onde pour développer des projets osés.
Jacques Denis - La Terrasse (octobre 2008)
__

Caravan version 2 - Jean-Luc Fillon Quintet - Echoes of Ellington

Ce CD est un enchantement, un casting magnifique, une reprise des thèmes de Duke avec à la clef des cadences originales, quelques fois binaires et un beau ptit secret sur « the mooche » où les 5 compères placent une mesure en 3 temps sur la 2ème et 6ème mesure du A du thème, donnant l’impression que la reprise du cycle arrive plus vite que sur l’original!
Bien vu, ca sonne super! Et je le dis, le disque en entier et une vraie réussite, faut dire qu’avec une rythmique de taille, et un pianiste qui joue super et quelques gugus qui ne sont pas à leur première merveille discographique, ca promettait!
Z - Jazz Chroniques et coups de cœur (30 août 2007)
__
Jean-Luc Fillon contre le trou dans la couche d’ozone! (Echoes of Ellington)
Excellent petit combo que celui de Jean-Luc Fillon et qui me rappelle - un peu - les expériences de Grass, watkins, Schuller pour Contemporary dans les années 50 où la sonorité de ces instruments particuliers allait au jazz, musique diablement particulière pour particuliers, comme un gant. Idem pour le hautbois introduit chez les mal élevés par Bob Cooper, bref, un petit air de Californie sur Seine ou comment réchauffer agréablement la planète sans agrandir le trou dans la couche d’ozone mais en remplissant nos verres deux fois plus vite.
Bannister - JAZZ VOICES (30 août 2007)
Le hautbois de Fillon
On n’a pas tous les jours l’occasion d’entendre du hautbois dans un contexte jazz. C’était le cas ce soir à la Maison de la Radio lors du très beau concert du trio Oborigins, emmené par Jean-Luc Fillon, l’un des rares spécialistes de l’instrument. A ses côtés : Michel Godard (tuba, serpent) et Jarrod Cagwin (percussions), deux vieux complices qui officient tous deux dans les divers groupes du joueur de oud libanais Rabih Abou-Khalil. Le trio donna un concert entièrement improvisé, où le jazz se frottait aux modes et aux rythmes orientaux, pour un résultat puissamment expressif, à la fois moderne et archaïque.
Pascal Rozat - Jazzman.fr/Le Blog (21 mai 2007)
__
De nouvelles couleurs pour le Duke.
L’entreprise était hardie, et c’est une bien belle réussite. Jean-Luc Fillon a écrit des arrangements originaux pour des thèmes, souvent connus mais parfois moins, de Duke Ellington. Il fallait oser passer derrière le maître des couleurs et des timbres! Si notre téméraire jazzman s’en est très joliment tiré, c’est qu’il a su marier avec créativité la sonorité de son instrument de prédilection, le cor anglais, à celle du trombone de Glenn Ferris. Et qu’il a choisi une rythmique d’une souple élégance (João Paulo au piano, Jean-Jacques Avenel à la contrebasse, Tony Rabeson à la batterie). Le cor acidulé plane et virevolte, tandis que le trombone tantôt ronronne et tantôt grogne. On redécouvre, étonné, sous un éclairage nouveau les Caravan et Perdido souvent entendus. Un moment de plaisir que les amateurs pourront partager sur la scène du Sunside (Paris-1er) les 17 et 18 mai.
Yann Mens - la Croix (6 mai 2006)
__
Jean Luc Fillon a la curiosité du passionné et la minutie du bricoleur. Deux qualités que le joueur de cor anglais, un instrument peu connu (il s’agit d’un hautbois ténor en fa) met au service d’une redécouverte complice des thèmes d’Ellington. L’arrangement est un art difficile. Comment apporter du neuf sans dénaturer l’ « esprit » de la composition ?
C’est ici à cinq que les musiciens répondent à cette énigme. Tony Rabeson à la batterie, Jean Jacques Avenel à la contrebasse, Jao Paulo au piano portent avec entrain et de manière appuyée les improvisations mesurées du cor anglais de Jean Luc Fillon et du trombone de Glenn Ferris. On sera charmé par le groove élancé de The Mooche et par l’interlude nostalgique de I Got It Bad. Mais c’est aussi de voyage dont il est question ici. Avec notamment la reprise d’un Caravan aux formes mouvantes ou encore la course-poursuite évoquée par Wig Wise. Beaucoup de bonnes saveurs à se mettre sous la dent. L’exercice aurait pu paraître complexe. Jean Luc Fillon propose, lui, une réponse sobre et personnelle. Et d’une aisance troublante.
Vincent Fertey - musiQualité (1er mai 2006)
__
Alors que Stéphane Oliva et François Raulin sortent un « Echoes of Spring » en hommage aux pianistes de stride, revenir sur Ellington s’impose régulièrement comme un passage obligé bien que risqué. Avec "Echoes of Ellington", le hautboïste Jean Luc Fillon, musicien au parcours original, qui a toujours souhaité faire se croiser les chemins de la musique, est allé braconner sur les terres voisines de l’improvisation. Après un remarqué Oboa, où il tentait déjà le passage, il sort résolument du répertoire de son instrument et s‘attaque à un des géants du jazz classique. Reprendre Duke Ellington n’est jamais facile, car dans l’œuvre démesurée du Duke ne retrouve-t-on pas le jazz dans son intégralité ?
L’instrumentation mérite une mention particulière : le cor anglais -encore plus rare en jazz que le hautbois, est un instrument étrange encore plus qu’étranger : ni cor ni anglais, il fait partie des vents, anche double qui sonne aussi une quinte au-dessous du hautbois. Le hautbois n’a pas en général les faveurs du grand public (le son parfois décrié comme aigrelet et nasillard, se rapproche tout de même du soprano) : instrument noble -il donne le "la" à l’orchestre- fragile et complexe, il lui faut s’adapter aux paysages du jazz avant de prétendre à une légitimité qu’il peut acquérir avec l’adaptation des classiques du grand orchestre de Duke.
Claude Carrière, le génial producteur sur France musique, de la série des « Tout Duke », ne s’y est pas trompé : dans des notes de pochette impeccables, il présente le travail précis, original et néanmoins fidèle à l’esprit de ces thèmes éternels qui retraversent une bonne partie de l’histoire du jazz : de l’inoxydable The mooche(1928) à Wig wise de 1962 qui marque la rencontre "moderne" de Duke avec Mingus et Roach, excusez du peu.
Comme le chef savait écrire pour « ses » hommes, les Cootie Williams, Johnny Hodges, Lawrence Brown, Ray Nance et braquer les projecteurs sur eux, ces partitions redonnent la part belle à des «solistes» brillants.
Le trombone velouté, enjôleur de Glenn Ferris assure l’alliage-alliance rutilant autant qu’indispensable, tout en virevoltes et caresses. Il peut aussi reprendre avec vigueur et jubilation Caravan et Perdido , les chevaux de bataille de Juan Tizol avec une rythmique entraînée à jouer ces compositions rendues "simples" par un swing imparable (l’impeccable contrebassiste Jean Jacques Avenel et le percutant Tony Rabeson entretiennent une belle tension ). Le pianiste coloriste, fidèle complice de JL Fillon, le portugais João Paulo prend de belles échappées en duo sur I got it bad ou dans le final Warm valley.
Jean Luc Fillon montre qu’il sait s’emparer d’une forme musicale en plasticien stylé, user de la paraphrase et de la variation, s’inspirer tout en détournant de façon pertinente, revivifier de façon astucieuse la tradition sans que l’on puisse un seul instant oublier l’original (I’m beginning to see the light). Car si rejouer serait contraire à l’esprit du jazz, phagocyter les thèmes ellingtoniens est impossible.
Cette relecture de toute une époque dans une perspective moderne, qui n’oublie pas la lisibilité, est le coup de chapeau d‘un arrangeur qui sait aussi s’effacer devant son héros.
La caravane continuera de passer longtemps.
Sophie Chambon - JazzBreak (9 avril 2006)
__

Jean-Luc Fillon

C’est une grande bouffée de fraîcheur. Le contraire de la reconstitution ou de la copie conforme. C’est en revanche le fruit du désir de Jean-Luc de prendre à son compte cette série de grands thèmes ellingtoniens, de leur insuffler une vie nouvelle au feu de sa propre culture, de ses souvenirs et de ses nostalgies, et de donner une unité à l’ensemble, alors que trente-quatre ans séparent la création de l’œuvre la plus ancienne, The Mooche, de celle de la plus récente, Wig Wise… De faire également de la musique d’aujourd’hui sur un répertoire d’hier qui n’a, il est vrai, jamais fait son âge. Goûtons donc ce nouveau The Mooche dans lequel Glenn Ferris nous ramène mieux que personne pourrait le faire, à la « jungle » du Duke, ou encore ce Caravan déhanché et drôlement exotique. Apprécions également les reprises audacieuses des chefs-d’œuvre de l’an 40, apogée de l’art du compositeur, Morning Glory. All Too Soon et Warm Valley, singulièrement corrigés sur des rythmes imprévus, impairs ou latins, et I Got It Bad, chanson de la revue « Jump for Joy » créée en 1941 et qui est habillée, en duo, d’un chic très actuel. Saluons enfin le beau solo de contrebasse d’Avenel sur un Perdido bigrement bousculé par Glenn, la radicale relecture de Lady in Blue, la Cléopâtre plus vraie que nature de Half the Fun, et Wig Wise, l’Ellington « moderne » de la rencontre avec Mingus et Max Roach, le 17 septembre 1962, qui allait remettre ça neuf jours plus tard avec Coltrane, comme s’il avait encore besoin de prouver son éternité…
La séduction et l’originalité de la musique de Fillon doivent évidemment beaucoup à l’instrument qu’il utilise, le cor anglais, hautbois ténor en fa. Ce cor est "anglais" faute de ne pas être angélique, comme il aurait dû l’être en vieil allemand. Il prête d’autant plus à confusion que des traducteurs distraits en firent souvent un « French horn » ! Le Dioclesian de Purcell en offre au 17e un premier exemple. Il fait également merveille chez Bach (Passion selon Saint Matthieu), dans la « Scène aux champs » de la Symphonie fantastique de Berlioz (solo sur les roulements de trois timbales, à faire dresser les cheveux…), dans La Mer de Debussy, dans Daphnis et le Concerto en sol de Ravel, au début du Sacre de Stravinsky, etc. Ce grand « hautbois d’amour », inquiétant et mystérieux, sait jouer de beaucoup de nos sentiments. Jean-Luc nous donne avec audace et virtuosité de nouvelles façons de l’aimer.
Claude Carrière - France Musiques (février 2006)

__
Un mot, un jour, une pensée, un regard sur OBOA…
__
Dans un marché du disque frileux, rares sont les musiciens qui parviennent à jalonner un parcours original. Jean-Luc Fillon fait partie de ceux-là. Contrebassiste, hautboïste, adepte du cor anglais, doté d’un solide bagage classique, il aurait pu n’être –tel le talentueux Bob Mintzer, qu’il a d ‘ailleurs accompagné – que l’un de ces polyinstrumentistes promis à une luxueuse marginalisation. Jean-Luc Fillon a évité l’écueil en nouant une complicité originale qui l’unit désormais, en une remarquable symbiose, au pianiste João Paulo et au percussionniste Carlo Rizzo et en puisant dans un univers vibrant et chamarré : des sonorités hispano-orientales aux références bop jusqu’aux chants traditionnels.
Depuis « Oboe Sessions » (un peu fourre-tout) au plus homogène « OBOA » jusqu’à son récent « Flea Market », Jean-Luc Fillon a certes imposé des instruments peu utilisés en Jazz; il a surtout créé une couleur orchestrale inédite, toute de sensualité et de pulsation.
Stéphane Carini - JAZZMAN (n°Octobre 2004)
__
Cet album du poly-instrumentiste Jean-Luc Fillon (hautbois, cor anglais et même contrebasse sur quelques titres) est sans conteste son enregistrement le plus homogène. Constitué avec le pianiste João Paulo et le percussionniste Carlo Rizzo, lequel n’est pas présent sur toutes les plages du disque précédent (« OBOA »), le trio est ici réuni d’un bout à l’autre. Sur un répertoire totalement original (à l’exception du thème traditionnel les Prisons de Nantes, très efficacement dépoussiéré), la complicité acquise entre musiciens accroît, dès le thème-titre, la densité de leurs interventions (ainsi que du chorus du pianiste) et leur permet d’élargir avec beaucoup de fraîcheur et d’à-propos leur palette expressive.
Au fil des plages, on dénote ainsi un travail inventif sur les timbres (le grain des percussions sur Rouïane, l’effet de bourdonnement du piano dans les graves sur One to On, qui tient lieu de contrebasse !), sur la pâte orchestrale (recording et amplification aidant), et sur les rythmes (Vice et Versa).
Faisant se succéder une belle et cohérente diversité de climats et de formats (notamment les pièces longues dues au pianiste et tout particulièrement La Peau), la musique reste toujours attentive aux couleurs harmoniques et à la qualité de la pulsation. Empruntant aux folklores leur parfum sans jamais s’y ancrer, elle se paie même le luxe sur Flea Market, à l’attention des jazzfans purs et durs, d’orienter l’improvisation vers la grille de Nardis.
L’indéniable confirmation du talent d’une formation originale est soudée.
Jazzman, chronique album « Flea Market » (2004)
__
Entre Jazz et Hautbois
Le hautboïste Jean-Luc Fillon mène, avec un savant mélange de passion, de discrétion et de persévérance, l’un des itinéraires artistiques les plus dépaysants et convaincants de notre scène musicale. Son credo : construire un projet musical ancré dans le jazz et l’improvisation autour de la sonorité spécifique du hautbois.
Jean-Luc Fillon signe aujourd’hui avec “ Flea Market ” (chez Ad Lib Prooduction/Abeille Musique) un album convaincant d’un bout à l’autre, son deuxième disque à la tête d’un trio composé du pianiste portugais João Paulo et du percussionniste italien Carlo Rizzo. Rafraîchissant et captivant à la fois… Rencontre :
Comment en êtes-vous venu à exploiter les possibilités du hautbois dans le domaine du jazz et de l’improvisation?
Jean-Luc Fillon : J’ai longtemps mené une double vie… musicale ! Entre études musicales classiques (hautbois et direction d’orchestre) et expériences jazz à la basse électrique ! Pendant cinq ans, j’ai été hautbois solo à l’Orchestre Symphonique d’Europe et, parallèlement, leader du Jazzogène Orchestra avec lequel j’ai enregistré 3 albums. En 1995, lors d’une tournée avec le Jazzogène, j’ai joué du hautbois et du cor anglais pour la première fois en public dans un contexte "jazz". Des musiciens m’ont alors vivement encouragé à développer l’improvisation sur ces instruments : Antoine Hervé, Mathias Ruegg, Héri Parédes et plus particulièrement Bob Mintzer. Je n’avais jusqu’alors pratiqué le jazz qu’à la basse, doutant de la possibilité de jouer cette musique au hautbois. J’étais pourtant intimement convaincu que cet instrument, le mien depuis l’âge de 9 ans, était comme le prolongement naturel de mon chant intérieur. Ce jour-là, j’ai compris que la fusion du jazz et du hautbois/cor anglais était possible. Depuis lors, je n’ai de cesse d’enrichir mon langage. Je suis sûr aujourd’hui d’aller dans la bonne direction.
Vos deux instruments sont le hautbois et le cor anglais. On connaît mal ces instruments qui appartiennent d’abord au monde de l’orchestre classique…
Jean-Luc Fillon : Bien sûr, le hautbois et le cor anglais sont très marqués par la tradition classique. Mais les origines des instruments à anche double sont orientales, à rechercher du côté de la Mésopotamie il y a 2800 ans… Ces instruments ont des timbres très reconnaissables, très marqués pour le cor anglais qui se rapproche beaucoup de la voix humaine. Le cor anglais est naturellement plus fluide et sa tessiture correspond davantage aux "normes" du jazz. Le hautbois est plus vif, plus incisif mais aussi très volubile. J’ai lu un jour que le hautbois est considéré comme l’instrument le plus difficile ! Je n’aime pas ce type de superlatifs mais essayez un jour de souffler dans une anche double, vous pourrez mieux imaginer l’intensité de l’effort physique nécessaire pour tenir une note !
Quelles difficultés posent ces instruments dans le domaine du jazz et de l’improvisation?
Jean-Luc Fillon : Une grande maîtrise de ces instruments est indispensable avant de pouvoir atteindre la fluidité et la souplesse nécessaires dans le Jazz. Par ailleurs, l’improvisation oblige à se tenir prêt à toute éventualité. Le passage magique en Jazz du souffle au son mais surtout du son au souffle est particulièrement délicat à obtenir au hautbois. Tout se joue dans un subtil équilibre entre la pression et le débit d’air. Le paradoxe consiste à jouer "cool" avec une pression d’air intense ! A priori, le hautbois et le cor anglais ne présentent pas les caractéristiques immédiates des instruments du Jazz : le hautbois a peu de dynamique, peu de puissance, un son difficile à "tordre". Mon objectif est donc de trouver tous les modes de jeux possibles sur ces instruments permettant de phraser "jazz" et de trouver un vrai langage d’improvisateur.
Plus généralement, au-delà de la question des instruments, à quelles sensibilités du jazz d’aujourd’hui votre musique se rattache-t-elle ?
Jean-Luc Fillon : Si l’universalité existe en musique, c’est vers elle que je tends. J’ai toujours eu une certaine méfiance vis-à-vis de l’idolâtrie, des mouvements, des familles, de tout ce qui rassemble mais qui inévitablement exclut aussi. Dans le Jazz, mes influences sont multiples et non exclusives. À 12 ans, mon premier concert de jazz, c’était du free. Quel choc ! Deux ans plus tard, j’étais le bassiste d’un big band au sein duquel je découvrais l’univers de Basie et Ellington…
Votre nouveau disque qui s’intitule "Flea Market" se compose de morceaux très différents les uns des autres. Pourquoi ce parti pris ? Faut-il y voir le reflet d’une personnalité artistique à facettes qui cherche dans le bric à brac de son histoire personnelle des morceaux éparpillés de son passé ?
Jean-Luc Fillon : Oui, c’est vrai. Je suis né dans des poubelles… parisiennes tout de même ! (rires) Je suis un "sans feu, ni lieu", un enfant abandonné si vous préférez, alors mes origines… Enfant de la banlieue de surcroît, à l’image de celle-ci, sans racine et sans culture propre, mais riche de toutes les cultures. Je me sens assez éloigné de la recherche identitaire, des communautarismes exacerbés, et donc de la recherche de la pureté d’un style musical ! Je préfère m’envoler dans mon imaginaire, riche de rencontres, d’images et de sons, d’envies et de rêves. Tout cela, je tente de le suggérer avec la musique de "Flea Market", une musique de "Marché aux Puces", qui vient de partout et de nulle part, mais aussi de ma rencontre avec deux musiciens extraordinaires qui sont João Paulo, pianiste de Lisbonne et Carlo Rizzo, “ tambouriniste ” de Venise… Je préfère de loin les bourgeons aux racines !
propos recueillis par Jean-Luc CARADEC - La Terrasse (septembre 2004)
Il faut louer J-Luc Fillon pour sa constance et sa persévérance : constance d’une association (avec João Paulo) qui s’est muée en une véritable osmose entre deux sonorités (…) et deux discours; constance d’une formule orchestrale ramassée, sans contrebasse ni batterie, qui sert à la fois la lisibilité des interprétations et l’aisance instrumentale des protagonistes; constance du répertoire enfin, partiellement repris d’un disque à l’autre, et qui ne s’en trouve que mieux poli. Dans un tel contexte, la mobilité du jeu du hautboïste (de la ductilité la plus fraîche aux sonorités étranglées que s’autoriserait un sopraniste), l’éventail de couleurs et de nuances qu’il déploie, la clarté de ses idées s’imposent d’autant plus qu’elles sont soutenues par un accompagnement à la fois attentif et délicat.
Stéphane Carini - JAZZMAN (n°janvier 2004)
__
Quelques mois après la sortie de son remarquable album " OBOA " chez Deux Z, le hautboïste J-Luc Fillon prolonge et amplifie sa démarche unique, novatrice et historique d’intégration de son instrument dans l’univers de l’improvisation. Une des expériences les plus saisissantes du jazz d’aujourd’hui largement applaudie par la critique et encouragé par Bob Mintzer, Martial Solal ou Glenn Ferris. Avec le pianiste portugais João Pauo, véritable alter-ego du leader, et Joël Grare aux percussions.
Jean-Luc CARADEC - La Terrasse (janvier 2004)
__
Le hautbois et le cor anglais ne sont pas vraiment familiers des allées du jazz. Dans les années 1950, des musiciens californiens les introduisirent timidement dans ce milieu (…) . J-Luc Fillon reprend avec bonheur cette tradition débutante dans un album très rafraîchissant. L’influence de Coltrane s’y mêle très naturellement à des parfums extraits des compositeurs dit classiques, aux effluves de l’Orient, voire à celle des chaudes musiques latines. Pour ce faire, J-Luc Fillon a recruté le pianiste portugais João Paulo, trop méconnu en France, dont le jeu lumineux et délié se conjugue merveilleusement au sien. (…) le percussionniste italien Carlo Rizzo, à la tête d’une panoplie impressionnante d’instruments donne la pulsation vitale à cette musique touchée par la grâce.
Yann Mens - LA CROIX (n° du 3-4 janvier 2004)
__

Le Swing du Hautbois

Vous n’avez jamais entendu jouer du jazz comme ça. Car Jean-Luc Fillon est tout simplement le premier à l’interpréter au hautbois. "Du très beau travail", lui a écrit Martial Solal, après l’avoir écouté. Le Parisien fait un tabac. Tout ce qui fait le grand musicien de jazz se retrouve dans son jeu : les idées, le son et l’originalité. De surcroît, quel entrain ! Ancien bassiste de nombreuses formations réputées, dont celle de Bob Mintzer de 1998 à 2000, il a décidé de s’adonner aux délices des musiques improvisées avec son instrument de prédilection : le hautbois. Le joueur de tambourin sarde Carlo Rizzo lui assure actuellement la rythmique. Une garantie supplémentaire d’être agréablement surpris
Bruno Pfeiffer - Marianne (avril 2003)
__
(…) Jean-Luc Fillon - qui double au cor anglais - possède les moyens techniques et l’ambition louable de promouvoir ces instruments particulièrement expressifs. (…) une réelle cohésion d’ensemble, servie par la qualité des compositions et des climats musicaux (Upside Down, Car Parfois, Les 100 Ciels), (…) l’entente du duo J-Luc Fillon - João Paulo (piano) et l’inattendue plasticité que le hautboïste confère, parfois avec des accents de soprano, à son instrument.
Stéphane Carini - JAZZMAN
__
OBOA, album (Deux Z/Nocturne) enregistré avec le pianiste João Paulo et la tête chercheuse du tambourin Carlo Rizzo, se révèle assez époustouflant. Une écoute live s’impose.
Martine Lachaud - L’EXPRESS
__
(…) D’abord recherché en tant que partenaire par quelques valeurs sures du jazz d’aujourd’hui, Fillon développe désormais prioritairement sa carrière d’instrumentiste-improvisateur et de compositeur. En juin 2001, il retrouve le pianiste portugais João Paulo qui donne une nouvelle impulsion à sa musique. Un nouvel album en duo (enrichi par le percussionniste Carlo Rizzo en invité) sort aujourd’hui et témoigne de leur rare et fructueuse complicité. (…)
Jean-Luc Caradec - La Terrasse
__
N’écoutez pas J-Luc Fillon en pensant qu’il joue d’un instrument peu utilisé en Jazz. Il n’a pas besoin de ce genre "d’indulgence", son talent de compositeur et d’improvisateur fait rapidement oublier l’instrument. Dès la première plage, on est sûr que J-L F. sait de quoi il parle et qu’il maîtrise tous les aspects essentiels de la musique de Jazz, sans parler de sa technique instrumentale au dessus de tout soupçon. João Paulo est de son côté un pianiste qui sait vraiment comment agir en duo, et ce n’est pas un mince compliment
Martial Solal (disque "OBOA" avril 2003)
__
Dès qu’on l’entend, Fillon nous contamine. (…) il est bien le seul de son espèce. En France, bien sûr. Mais aussi sur la scène internationale. La seule qui compte. S’il me fallait citer d’autres noms, je me souviendrais sans doute de Yussef Lateef, (…), de Bob Cooper, de …Med Flory, peut être…Mais après, plus personne. Personne sauf J-Luc Fillon. Lui qui persiste à se tenir résolument à l’étage supérieur. Là où il y a moins de monde (…). Et par dessus tout il compose. Seulement du premier choix. C’est tout lui. Je connais J-Luc Fillon depuis plus de quinze ans. Alors quand j’y pense, les bras m en tombent (…) L’essentiel est qu’il n’a jamais cessé d’avancer et de nous surprendre.
Jean-Louis Chautemps
__
C’est une véritable bonne surprise que d’écouter le CD Oboa de Jean-Luc Fillon. Je me suis souvent demandé pourquoi le hautbois n’avait pas été mis en valeur en Jazz. C’est chose faite et bien faite. La musique est magnifique autant que les sons. Jean-Luc Fillon a trouvé sa voix (ou voie…) et je suis certain de l’avenir de cette formule. Bravo - *** - Saluons au passage la participation exceptionnelle de Denis Leloup au trombone.
Marc Steckar
__
Merci pour ces disques que j’écoute et réécouterai encore (…). La musique qui résiste est forcément petite et incomparablement grande puisqu’elle résiste, toujours debout au bord du monde (…)
Bertrand Renaudin
Rêve de troubadour…
En d’autres temps, j’imagine Jean-Luc Fillon troubadour sur les routes, tant les chemins qu’il a parcourus sont divers, complémentaires, incontournables aussi, et convergent vers un lieu unique : celui du plaisir et du don de soi. On peut être troubadour de père en fils; Jean-Luc Fillon est tout sauf un enfant de la balle, lui qui peut prendre à son compte, dans cet album, l’expression moyenâgeuse du " sans feu, ni lieu " désignant les enfants abandonnés recueillis par une famille adoptive. A sa mère adoptive, il dédie ici la musique de " Pour toujours ". L’ivresse de la musique a eu raison de ce lignage aveugle.
La guitare ou la flûte auraient rendu la tâche plus facile à notre nomade, soucieux, dès ses premiers pas, de faire se croiser les chemins de la musique. Le violon, en dépit de sa fragilité, s’emporte lui aussi sur les routes, les musiciens du voyage l’ont adopté de par le monde, Jean-Luc en parle presque avec envie ou nostalgie. Le hautbois a une toute autre histoire…et pourtant notre troubadour aime cet instrument aristocratique, trop fragile et complexe pour conquérir d’emblée le grand public, même s’il avoue avec malice que c’est en classe de saxophone qu’il aurait d’abord voulu étudier gamin, et que seul un banal problème d’effectif l’a conduit vers le hautbois, à cette époque de la vie où le destin se met en route. Ce n’est peut-être pas un hasard si aujourd’hui, après des années de recherche sur son instrument, Jean-Luc est parvenu sur son hautbois (et son acolyte le cor anglais) à l’aisance du sax dans le phrasé !
Venons-en aux chemins parcourus par notre troubadour " boulimique ". Même s’il aime dire aujourd’hui que ce qui importe c’est la musique et non l’instrument, son premier instrument a déterminé la toute première musique : le "répertoire" (baroque, classique, romantique et contemporain) du hautbois, cette terre nourricière qui " porte " aujourd’hui encore le musicien. Instrumentiste Jean-Luc Fillon ? Un bon troubadour se doit d’être traversé, habité par la musique; il lui faut savoir écrire la musique, à l’occasion diriger d’autres musiciens, et surtout voir comment les choses se passent sur les terres voisines, en l’occurrence les terres du jazz. A tout cela Jean-Luc s’emploie avec passion ne négligeant rien, ni le concert classique, ni l’orchestre d’harmonie, ni le big band. Et si, au départ, le hautbois semble rétif à ces nouveaux paysages sonores ou inversement si le jazz a du mal à l’adopter, qu’à cela ne tienne !… Jean-Luc s’offre quelques détours du côté de la guitare basse et de la contrebasse, parce qu’avec elles il peut chanter tout de suite dans l’idiome des terres nouvellement conquises.
Infidélité du troubadour ?
L’instrument des origines ne dort pas pour autant dans l’étui noir. Il n’attend qu’une occasion pour revendiquer sa légitimité dans ce nouvel idiome. Et comme la vie de musicien nomade est faite de rencontres, celle de Bob Mintzer en 1998 est déterminante. C’est lui qui le premier encourage Jean-Luc à développer ses recherches sur l’improvisation avec son instrument d’origine, le hautbois. Beau gage d’amitié et de confiance, Bob Mintzer écrit même peu après une " French Suite" pour hautbois/cor anglais et sax ténor.
L’histoire aurait pu s’arrêter là; elle ne fait que commencer. Le troubadour s’est transformé en homme de laboratoire spéculatif et actif, oeuvrant sur ses anches comme un alchimiste sur ses fioles. Troubadour reconverti ? Le goût des voyages musicaux au contraire s’en est accru; l’homme de laboratoire sort souvent de sa tanière pour offrir à différents publics le fruit de ses recherches. Le rêve du troubadour est en train de s’accomplir : " peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ", autrement dit l’instrument des origines a été à ce point repensé, que le musicien a fini par en effacer les traits ingrats ou du moins les faire oublier même aux musiciens de jazz les plus sensibles et avertis, comme Martial Solal.
L’ivresse est là… et avec elle la nécessité d’offrir la musique qu’on a en soi.
En sortant de sa tanière, le musicien nomade croise fatalement d’autres destins; celui d’un pianiste de Lisbonne, poète à ses heures, João Paolo, et plus tard celui d’un percussionniste italien réfugié en Savoie, Carlo Rizzo, avec lequel il a en commun la fibre exploratrice. Le résultat de leur rencontre est dans cet album, avec en filigrane la même quête des origines. Celles de Jean-Luc Fillon ont le mystère des enfances voilées, mais son goût de la Méditerranée et de l’Orient aura peut-être un jour raison du mystère… Ses origines, João Paolo les a retrouvées en explorant la musique traditionnelle portugaise, après un long séjour en France, et si l’improvisation et le jazz ont été son premier contact avec la musique, l’exploration des racines est venue nourrir l’imagination déjà fertile du pianiste. L’histoire de Carlo Rizzo, né à Venise, est sans doute la plus enracinée dans la tradition, lui qui a fait de la musique traditionnelle italienne et des tambourins du Sud de l’Italie son mode d’expression essentiel. Très tôt cependant la nécessité de marier ces instruments à des instruments modernes s’est imposée à lui, et quelques années de recherche et d’atelier ont transformé cet autre troubadour en luthier inventif, auteur de deux nouveaux tambours aux effets inédits (le polytimbral et multitimbral). Je parierais volontiers que depuis sa rencontre avec Jean-Luc Fillon, les recherches de l’un profitent à l’autre, et que du hautbois jaillissent un jour des sons de tambourin… De quoi mettre une fois encore les amateurs de jazz en déroute !
Anne Montaron - France Musiques
__

Jean-Luc Fillon « Jazzogene Orchestra » - Tribute to George GERSHWIN (1898-1937)

Pianiste et grand compositeur, on le retrouve sur disque jouant ses propres airs (Pro Arte) ou épaulant Adele et Fred Astaire dans les années vingt (IMP; EPM Musique) -, George Gershwin fut l’un des principaux compositeurs de Broadway avec, entre autres, Lady be good, Oh, Kay !, Funny Face, Girl crazy et Porgy and Bess, tout en écrivant pour l’orchestre et le cinéma Rhapsody in blue, Un Américain à Paris et le Concerto en fa.
D’origine antillaise et formé au conservatoire de Paris, Georges Rabol entretient depuis longtemps une complicité avec cette musique; on ne peut donc que se réjouir de le voir associé à cette anthologie. Si Gershwin ne se rattache pas directement au jazz, nombre de ses mélodies fameuses ont été reprises par des musiciens de jazz. C’est dans cet esprit qu’on été conçus ces deux disques par les musiciens du Jazzogène Orchestra, dirigé par Jean-Luc Fillon et mené avec fougue par Rabol. Ainsi, Fillon jazzifie plus qu’à l’ordinaire Un Américain à Paris (1928) et Philippe Selve eubanise l’Ouverture cubaine (1932) et la Deuxième Rhapsodie pour piano et orchestre –dite aussi Manhattan Rhapsody, que Serge Koussevitzki créa en 1932 à la tête de son orchestre symphonique de Boston. Pour les Variations sur « I got rhythm » pour piano et orchestre (1934) on peut préférer une interprétation plus swingante, notamment dans sa version originale pour voix et orchestre tirée de l’opéra Porgy and Bess mais celle-ci, arrangée par Rabol, ne manque pas d’attrait. La célèbre Rhapsody in blue (1924), souhaitée par l’auteur plus debussyste que jazzy, est ici interprétée dans l’instrumentation de Ferde Grofé, révisée par Fillon qui en allège l’orchestration et la tire, justement, du côté de Ravel et Debussy (le dialogue avec le violon solo –Elsa Scavo- est splendide). Une fois encore, Georges Rabol s’y révèle d’une sensibilité idéale, comme dans les brefs et très inspirés Trois Préludes pour piano seulde 1926 et l’arrangement qu’il a réalisé de la suite tirée de Porgy et Bess.
Franck Maller - Le Monde de la Musique (1998)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Concerts 2019

« OboNight »

Samedi 6 Juillet à 20h - Château de la Roche-Guyon (95)

Avec Oboman, hautbois, hautbois d'amour et cor anglais / Clément Prioul, piano / Rémi Prioul, batterie / Philippe Hékimian, orgue et l'Ensemble des 16 stagiaires de l'Obomania Academy Saison 5

« Obocello Tribu »

Jeudi 4 Juillet à 20h - Eglise de La Roche-Guyon (95)

Avec Clément Petit, Violoncelle & Electronics ; Oboman, hautbois, hautbois d'amour et cor anglais.

« Oboman & Friends »

Dimanche 23 Juin à 15h - Musée de l'outil à Wy Dit Jolie Village (95)

Avec Oboman, hautbois, hautbois d'amour et cor anglais ; Clément Prioul, piano/orgue et Rémi Prioul, batterie

« Oboman & Friends »

Samedi 15 Juin à 18h - Esplanade de la Mairie à Montreuil-sur-Epte (95)

Avec Oboman, hautbois, hautbois d'amour et cor anglais; Clément Prioul, piano/orgue et Rémi Prioul, batterie

« Oboman & Friends »

Samedi 1 Juin à 19h - Place de l'église à Follainville (78)

Avec Oboman, hautbois, hautbois d'amour et cor anglais; Clément Prioul, piano/orgue et Rémi Prioul, batterie

« Oboman & Friends »

Vendredi 31 Mai à 11h - Place du Marché à Vétheuil (95)

Avec Oboman, hautbois, hautbois d'amour et cor anglais; Clément Prioul, piano/orgue et Rémi Prioul, batterie

« Jazz Club All Right »

Mardi 28 Mai à 20h30 - La Passerelle à Rosny-sur-Seine (78)

Avec Sara Lazarus, chant; Benoit de Mesmay, piano ; Andrea Michelutti, batterie et Jean-Luc Oboman Fillon, contrebasse.

ARCHIVES – 2019

« Back to New-York »

Dimanche 12 Mai 2019 -14h00 -Théâtre Alphonse Daudet à Coignières (78)

Avec GPSOrchestra placé sous la direction de Jean-Luc "Oboman" Fillon

« Back to New-York »

Samedi 11 Mai 2019 - 20h30 - Salle Louis Armand à Carrières-sous-Poissy (78)

Avec GPSOrchestra placé sous la direction de Jean-Luc "Oboman" Fillon

« Master classe d'Oboman : le Hautbois & Cor anglais dans l'improvisation»

Vendredi 26 Avril - Concours international de Hautbois et Basson de Muri - Suisse

avec Oboman => hautbois, hautbois d'amour et cor anglais

« Obothello » + « Aquarela »

Vendredi 12 avril 2019 – Conservatoire Olivier Messiaen, Champigny-sur-Marne (94)

Avec Oboman, hautbois-cor anglais; Othello, didgeridoo; Tuniko, guitare & Miranda, mandoline

« Carte Blanche Oboman »

Vendredi 5 avril 2019 - Centre Jean Vilar, Champigny-sur-Marne (94)

Projection du documentaire OBOMANIA en présence du réalisateur Jean-Yves Legrand.

« Carte Blanche Oboman »

Jeudi 4 avril 2019 - Centre Jean Vilar, Champigny-sur-Marne (94)

Avec Oboman, hautbois-cor anglais; Olivier Hutman, piano & Bruno Rousselet, contrebasse

« Paris by Song »

Vendredi 22 février 2019 – Le Triton aux Lilas (93), dans le cadre du festival Oboe

Avec Oboman, hautbois, cor anglais & Ithursarry, accordéon

« American Market »

Samedi 16 février 2019 – Salle Louis Jouvet à Bonnières-sur-Seine (78)

Avec Linda Lee Hopkins , Oboman & EOM

Master classe

Samedi 16 février 2019 – Paris, dans le cadre du festival Oboe

« Paris by Song »

Mardi 29 janvier 2019 – Jazz au Chesnay-Parly 2 (78)

Avec Oboman, hautbois, cor anglais & Ithursarry, accordéon

ARCHIVES – 2018

« Oboman & Newyorkestra »

Dimanche 16 décembre 2018 – Centre culturel Louis Jouvet à Bonnières-sur-Seine (78)

« Speak Like a Child »

Samedi 15 décembre 2018 – Courdimanche (95) dans le cadre du festival Jazz au fil de l'Oise

« American Market »

Dimanche 18 novembre 2018 – Salle Jacques Brel à Mantes la Ville (78)

Avec Linda Lee Hopkins , Oboman & EOM

« Over the Top »

Vendredi 19 octobre 2018 – Auditorium Mantes la Jolie (78)

Avec Lucie Rouits, tap dance, Nicolas Fargeix, clarinette, Benoit de Mesmay, piano; JLuc Oboman Fillon, contrebasse et Karl Jannuska, batterie

« Light Motif »

Samedi 13 octobre 2018 – Centre culturel Louis Jouvet à Bonnières (78)

Avec Oboman, Othello & la Compagnie PGK

All Star Double Reed IDRS

Samedi 1 septembre 2018 à 15h – Palacio Congresos, Sala Falla, Granada, Espagne

Avec Oboman & Daniel Balwin

Oboe/Bassoon Jazz Meeting IDRS

Jeudi 30 août 2018 à 22h30 – Auditorium Manuel de Falla ; Mae West, Granada, Espagne

Avec Oboman, Michael Rabinowitz & Maripepa

Aquarela Duo

Mercredi 29 août 2018 à 13h30 – Palacio Congresos, Sala Isabel Catlica, Granada, Espagne

Avec Tuniko Goulart, guitare & Oboman, hautbois & cor anglais

IDRS, International Double Reed Society Conference

Du 28 août au 2 septembre 2018 - Granada, Espagne

Aquarela

Lundi 23 Juillet 2018 - Festival de la guitare de Patrimonio en Corse (20)

Avec Edu Miranda, mandoline ; Tuniko Goulart, guitare & Oboman, hautbois & cor anglais

Aquarela

Samedi 21 Juillet 2018 - la Sirène de Paimpol (22), dans le cadre du Festival L'Appel du Loup

Avec Edu Miranda, mandoline ; Tuniko Goulart, guitare & Oboman, hautbois & cor anglais

Aquarela

Vendredi 20 Juillet 2018 - Festival des Sables d’Olonne (85)

Avec Edu Miranda, mandoline ; Tuniko Goulart, guitare & Oboman, hautbois & cor anglais

Paris by Song

Samedi 7 Juillet 2018 à 19h - Château de la Roche Guyon (95)

Avec Oboman, hautbois-cor & anglais & Didier Ithursarry, accordéon En première partie : les stagiaires de l'Obomania Academy et les professeurs : Clément Prioul, piano ; Philippe Hékimian, orgue ; Jean-Luc Fillon, contrebasse & Rémi Prioul, batterie

L'esprit de la Diminution (Improvisation Ancient Music)

Jeudi 5 Juillet 2018 à 20h30 - Eglise de la Roche Guyon (95)

Avec William Dongois, cornet à bouquin et Anne-Catherine Bucher, clavecin En première partie : les stagiaires de l'Obomania Academy

Obomania Academy – Saison 4

Du 2 au 8 Juillet 2018 – Château de la Roche Guyon (95)

Paris by Song

Dimanche 3 juin 2018 – Abbaye de Port Royal des Champs - Magny les Hameaux (78)

Avec Oboman, hautbois-cor anglais & Didier Ithursarry, accordéon

African Dream

Vendredi 18 mai 2018 – Maisonnettes, ex demeure de Nadia Boulanger Gargenville (78)

Avec Lulendo, chant ; Oboman, hautbois & Navarre, percussions

African Dream

Jeudi 17 mai 2018 – Le Sunset, Paris (75)

Avec Lulendo, chant ; Oboman, hautbois & Navarre, percussions

African Dream

Mercredi 16 mai 2018 - L’école Atla, Paris (75)

Avec Lulendo, chant ; Oboman, hautbois & Navarre, percussions

Concert de sortie de l’album « Paris by Song »

Mardi 10 Avril 2018 - Studio de l’Ermitage à Paris (75)

Avec Oboman & Ithursarry

Jazz club « Django »

Mardi 3 Avril 2018 - la Passerelle à Rosny sur Seine (78)

Avec Johann Renard, violon ; Noé Reinhardt, guitare ; Benoit Demesmay, piano & Oboman, contrebasse

Oboman en trio + projection du documentaire Obomania

Vendredi 30 Mars 2018 - Maurecourt (78)

Avec Clément Prioul & Arthur Henn

Oboman plays Cole Porter

Samedi 17 mars 2018 - la Cordonnerie de Romans sur Isère (26)

Avec Joāo Paulo & Fred Eymard

African Market

Samedi 10 février 2018 – MPAA/Saint-Gemain à Paris (75)

Avec Lulendo, chant ; Oboman, hautbois ; Ecole Orchestrale de Mantes (EOM)

Masterclass Oboman

Samedi 3 Février 2018 - CRD Valence (26)

Oboman & Ithursarry

Samedi 13 janvier 2018 - salle des fêtes de Vétheuil (95)

ARCHIVES – 2017

« For a Song »

Samedi 2 décembre 2017 – Carrières-sous-Poissy (78)

Avec Oboman & l’Orchestre Départemental d'Harmonie des Yvelines (ODHY)

Jazz Club « A Night in Tunisia »

Mardi 28 novembre 2017 - Audito CRD Mantes la Jolie (78)

Avec Yoann Loustalot, Sébastien Llado, Oboman, Benoit Demesmay, Stéphane Lebreton & Abraham Mansfarroll

African Dream

Vendredi 24 novembre 2017 - Audito du CRR de Cergy-Pontoise (95)

Avec Lulendo, chant ; Oboman, hautbois & Navarre, percussions

Oboman + Guillermo Romero trio

Dimanche 19 novembre 2017 - Festival international de Buenos Aires, Argentine

Oboman + Guillermo Romero trio

Samedi 18 novembre 2017 - Centre Culturel Kirchner, Buenos Aires, Argentine

Masterclass Oboman : Encuentros Oboistas

16, 17, 18 & 19 novembre 2017 - Buenos Aires, Argentine

Oboman en tournée en Argentine

Du mercredi 14 novembre au mardi 21 novembre 2017

African Market

Dimanche 12 novembre 2017 – Le Sax, Achères (78)

Avec Lulendo, chant ; Oboman, hautbois ; Ecole Orchestrale de Mantes (EOM)

Gaspard de la nuit

Vendredi 10 novembre 2017 – MPAA/Saint-Germain, Paris (75)

Avec Jean François Zygel, Carole Hémard, Joël Grare & Jluc Oboman Fillon

Masterclass Oboman

Samedi 21 octobre 2017 - Tain l’Hermitage, CRD Valence (26)

Tournage du clip « Paris by Song »

Vendredi 21 juillet 2017 - Passerelle Simone de Beauvoir, Paris (75)

Avec Oboman, Ithursarry & la compagnie PGK

Tournage du clip « Paris by Song »

Jeudi 20 Juillet 2017 – République, Paris (75)

Concert de l’Obomania Academy

Samedi 8 Juillet 2017 - Château de la Roche-Guyon (95)

Avec Oboman, Xavier Dessandre Navarre & Clément Prioul

Obomania Academy

Du 2 au 9 juillet 2017 - Château de la Roche-Guyon (95)

Oboman & Ithursarry : Enregistrement de l’album « Paris by Song »

Du mardi 27 juin au jeudi 29 juin 2017 - Studios de Meudon (92)

Oboman plays Cole Porter 5tet

Jeudi 22 juin 2017 - Paris international Visual Theater

Oboman & l’Orchestre Départemental d'Harmonie des Yvelines (ODHY)

Samedi 17 juin 2017 – Carrières-sous-Poissy (78)

Oboman & Ithursarry

Dimanche 21 mai 2017 - Belfort (90)

Masterclass Oboman & Ithursarry

Vendredi 19 et Samedi 20 mai 2017 - au CRR de Belfort (90)

Jazz club: Lady’s First

16 mai 2017 - La Passerelle, Rosny-sur-Seine

Sophie Alour (saxophone), Mila Lumbroso (chant), Benoit de Mesmay (piano), Jean-Luc Fillon (basse électrique)

Orchestre Départemental d'Harmonie des Yvelines

5 mai 2017 - ENM de Mantes-la-Jolie (78)

Masterclasses Oboman

3 et 4 Mai - CRR de Montpellier

SPEAK LIKE A CHILD, TRIBUTE TO HERBIE HANCOCK

29 avril 2017 - Le Forum
, Bd de l’Oise - 
95490 Vauréal

Sylvain GONTARD, trompette et bugle, Guillaume PEREZ, sax ténor, Jean-Luc FILLON, cor anglais et clarinette basse, Laurent COLOMBANI, guitare, William CAROSELLA, piano, Yves TORCHINSKY, contrebasse, Andrea MICHELUTTI, batterie

Orchestre Départemental d'Harmonie des Yvelines

25 mars 2017 - Carrière-sous-Poissy (78)

Jazz club : Healing songs...

3 mars 2017 - Les Maisonnettes, Gargenville (78)

Glenn Ferris : trombone, Benoit De Mesmay: Piano, Jean-Luc Fillon : Basse, Antoine Banville : batterie

Festival Extravagant Baroque

25 février 2017 à 20h - Auditorium de l'ENM à Mantes-la-Jolie

Patricia GONZALEZ, chant, Evolène KIENER, flûte et dulciane, Jean-Luc FILLON, hautbois, Françoise ENOCK, viole de gambe, Stanislas DELANNOY, percussions, Pascale CHOCHOD, clavecin.

Masterclasse Oboman - Evreux

28 janvier 2017 - Evreux

ARCHIVES – 2016

Light Motif - Festival Sons 9

13 décembre 2016 - MPAA Paris

avec Compagnie PGK, Chorégraphe : Patricia Karagozian / Danse Jazz, Othello Ravez / Didgeridoo,

Oboman / Oboe & Clarinette basse, Jacques Boault : Designer Light

Urban Motion - Festival Sons 9

10 décembre 2016 - MPAA Paris

avec Magic Malik / Flûte, Ronnie Lynn Patterson / Piano, Oboman / Oboe & clarinette basse
Claude Tchamitchian / Contrebasse, Antoine Banville / Batterie

Und Jetzt ? - Festival Sons 9

9 décembre 2016 - MPAA Paris

avec Clément Petit / Violoncelle, Johan Renard / Violon ,Oboman / Oboe

African Dream - Festival Sons 9

8 décembre 2016 - MPAA Paris

avec Lulendo / Sanza & chant, Xavier Dessandre / percussions, Oboman / Oboe & clarinette basse

Jazz Club : South Africa Jazz

29 novembre 2016 - Auditorium de l'ENM de Mantes-la-Jolie

avec Deborah Tanguy, Miss Dominique, Benoit de Mesmay, Stanislas delannoy, Abraham Mansfarroll, Jean Luc Fillon

Musique d’aujourd’hui pour Orchestre d’Harmonie

25 janvier 2016 à 20h Auditorium du CRR de Boulogne Billancourt

Chef Invité : Jean-Luc Fillon dirige l’Orchestre d’Harmonie de la Police Nationale dans des Œuvres du 20ème
Tarifs : 9.50€ -6€ - 3€

Avant première du film Obomania et sortie du 10ème album « Echoes of Freddom »

28 janvier 2016 à partir de 19h15

Ateliers Varan 6, impasse Mont-Louis 75001 Paris

Blue Monday

15 février 2016 à 19h au théâtre 95

avec la participation des étudiants de la classe de J-Luc Fillon du CRR de Cergy-Pontoise.

Oboréades : Didier Ithursarry (accordéon) et Oboman (hautbois & cor anglais)

18 février 2016 à 20h Concert à Ulm (Allemagne)

19 février 2016 à 20h Concert à Raesfeld (Allemagne)

20 février 2016 à 20h Concert à Cologne (Allemagne)

Aquarela, Outros Choros do Brazil Oboman (hautbois & cor anglais), Edu Miranda (Mandoline), Tuniko Goulart (guitare)

11 mars 2016 à 21h à Longjumeau (77)

Organisé par les concerts de poche

12 mars 2016 à Rosny-sur-seine (78)

infos et résa : Tarif : 5€ / La Passerelle - 41 rue Nationale / 01 30 42 80 60

14 mars 2016 à 19h

Blue Monday au théâtre 95 avec la participation des étudiants de la classe de J-Luc Fillon du CRR de Cergy-Pontoise et de Tuniko Goulart, guitariste brésilien.

1001 Notes d’Orient : Oboman (hautbois & cor anglais), Fawzy Al Aiedy (oud et voix) Adel Shams el Dinn (percussions orientales) et l’Harmonie de Nanterre

23 mars 2016 à 20h30 à la Maison de la Musique-Nanterre (92)

Oboman plays Cole Porter 5tet : Oboman (hautbois & cor anglais), Joao Paulo (piano), Fred Eymard (alto), Bruno Rousselet (contrebasse) et Karl Jannuska (batterie)

2 avril 2016 à 20h30 à l’auditorium de l’école de Musique de Trappes (78)

Orchestre d’Harmonie des Yvelines

10 avril 2016 à 16h à l’auditorium du CRR de Versailles (78)

Ailleurs, Bien loin d’ici… Direction : Jean-Luc Fillon

Aquarela, Outros Choros do Brazil

15 avril 2016 à 19h30 à Mûri (Suisse) Concours international

16 avril 2016 Masterclass oboman à Mûri

Masterclass et Concerts d’Oboman

Du 18 au 22 avril 2016 à 19h30 au CRR de St-Denis de la Réunion

Aquarela, Outros Choros do Brazil

12 Mai 2016 à 20h30 à Neuville-sur-Oise (95)

13 Mai 2016 à 20h au Duc des Lombards (75)

Obothello : Oboman (hautbois & cor anglais) et Othello (Didgeridoo)

27 Mai 2016 à 20h30 à la Passerelle-Rosny-sur-Seine (78)

Jazz Club de l’ENM: Song For Nadia avec Oboman (hautbois/cor anglais); Nicolas Fargeix (clarinette/clarinette Basse); Yves Torchinsky (contrebasse) et Benoit Demesmay (Piano)

• 11 Juin à 20h30 - Gargenville (78) - Les Maisonnettes

infos et résa : http://www.gargenville.fr/

Oboman plays Cole Porter: Oboman (hautbois & cor anglais), Joao Paulo (piano), Fred Eymard (alto)

14 Juin à 20h30 Studio de l’Ermitage Paris (75020)

Oboman Jazz Academy :

Du 3 au 8 Juillet au Château de La Roche Guyon (95) Parc National du Vexin

Oboréades : Didier Ithursarry (accordéon) et Oboman (hautbois & cor anglais)

18 juillet au Festival de Jazz de Souillac (46)

ARCHIVES – 2015

Oboréades : Didier Ithursarry (accordéon) et Oboman (hautbois & cor anglais)

Vendredi 2 octobre à 20h30 - Gargenville (78) - Les Maisonnettes


infos et résa : http://www.gargenville.fr/content/oboreades

Samedi 3 octobre à 20h30 - Rosny-sur-Seine (78)


infos et résa : Tarif : 5€ / La Passerelle - 41 rue Nationale / 01 30 42 80 60

Vendredi 20 novembre à 20h30 - Brest (29) Espace Roz-Valan/Bohars


infos et résa : http://www.conservatoire-brest.com/saison-culturelle/

Samedi 5 décembre à 19h30 - Clichy-sous-Bois (93) L’Espace 93 – Victor-Hugo


infos et résa : Tarif : 10€ http://www.clichy-sous-bois.fr/Culture/L-Espace-93-Victor-Hugo

Oboman plays Cole Porter : Oboman (hautbois & cor anglais), Joao Paulo (piano), Fred Eymard (alto)

Dimanche 18 octobre à 10h30 - Dieppe (76) - Scène Nationale


infos et résa : http://www.dsn.asso.fr/saison15-16/spectacle/oboman.php

Dimanche 25 octobre à 16h30 - Pau (64) - Le Palais Beaumont - Centre de Congrès


infos et résa : http://www.pau-congres-hautbois.com/le-congr%C3%A8s/le-programme/

Aquarela : Oboman (hautbois & cor anglais), Edu Miranda (Mandoline), Tuniko Goulart (guitare)

Samedi 7 novembre à 20h00 - Paris - MPAA Saint Germain


infos et résa : http://www.sons9.com/concert7novembre2015.html

Lundi 9 novembre à 20h00- Paris - Le Comedy Club


42 Boulevard de Bonne Nouvelle, 75010 Paris (sous réserve)

Oboscope : Oboman (hautbois, cor anglais), Nicolas Fargeix (clarinette basse), Claude Tchamitchian (contrebasse), François Merville (batterie)

Mardi 10 novembre 20h30 - Paris - Péniche Anako


infos et résa : http://www.sons9.com/concert10novembre205.html

Jazzclub : Yann Loustalot (trompette), Frédéric Favarel (guitare), Benoît De Mesmay (fender Rhodes), Abraham Mansfarroll (batterie), Jean-Luc Fillon (basse électrique)

Vendredi 4 décembre 20h00 Mantes-la-Jolie - Auditorium de l'ENM (78)


infos et résa : : http://www.camy-info.fr/agenda/jazz-club-groove

Oboman & Friends, Résidence, masterclasses & concerts

6 au 11 juillet


Château de la Roche Guyon

Aquarela, Otros Choros do Brazil

11 juin 2015


Studio de l’Ermitage

Obothello

2 Juin 2015 19h


Palais des congrès

Jazz Club de l’Enm invite David Linx

22 mai 2015


Mantes-la-Jolie

Plus d'info...

Oboman Plays Cole Porter

9 mai 2015


Jazz à Versailles

RESERVEZ

Masterclass Oboman HEM de Genève

7 et 8 mai 2015


l'HEM de Genève

Oboman Plays Cole Porter

24 avril 2015


Sunside, Paris

RESERVEZ

Orchestre d’Harmonie des Yvelines

11 avril 2015


Conservatoire de Saint Cloud

Plus d'info...

Oboréades, Oboman et Didier Ithursarry

10 avril 2015


Conservatoire de Saint Cloud

Plus d'info...

Jazz Club de l’Enm invite Eric Le Lann

20 mars 2015


La Passerelle, Rosny/Seine

Plus d'info...

Passion Classique

18 mars2015


Radio Classique

Oboman invité d’Olivier Bellamy pour « Passion Classique » écoute possible jusqu'au 24 mars : http://www.radioclassique.fr/player/progaction/initPlayer/podcast/2015-03-18-18-03-12.html

Plus d'info...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

[music_store]